04 Décembre 2018
Proposition d’article très atypique pour un magazine sur l'aviation française dont je suis abonné
Rubriques envisageables : « droit de réponse » ou « prise de recul ? » ou « 1er avril »

Cas de l’aérophile follement pacifiste
[Ce texte étrange a été reçu d’un membre très anormal (de l’association), il n’exprime en rien le point de vue de l’équipe rédactionnelle ou de l’association dans sa majorité.]
   
  Une revue aéronautique centrée sur l’aviation française n’est a priori pas du tout « orientée politiquement, véhiculant un message partisan ». Il se trouve néanmoins que ses valeurs célèbrent le public principal escompté : personnels militaires (et ex-militaires, d’Armée de l’Air et Aéronautique navale), et leurs confrères civils (pilotes et mécaniciens des compagnies nationales). Des évidences s’avèrent implicites ici : l’armée de la France est une honorable institution, pour la très respectable grandeur de la France. Or un aéro-maquettiste abonné peut travailler loin de l’aviation (plombier ou microbiologiste), et avoir pour référence des valeurs humanistes (antinationalistes) et pacifistes (antimilitaristes). D’où malaise profond.
  Même s’il ne « convient » pas de traiter dans cette revue les questions de fond politico-philosophique, hors-sujet aéronautique, on peut néanmoins se risquer ici à les entendre, comme questions non violentes bouleversant le contexte :
1/ Côté batailles aériennes de la France au-dessus du Moyen-Orient (de Suez à Daesh), pourquoi avoir rendu Israël aux Juifs et pas les USA aux Amérindiens ? Et pourquoi la loi française interdit-elle de douter des six millions de Juifs génocidés en autorisant à nier les cent millions d’Amérindiens génocidés ? Si ces questions sont traditionnellement classées racistes antisémites, est-ce que la mise en question de l’apartheid était classée raciste antiblanc ? Les personnes juives osant poser ces questions sont-elles automatiquement classées malades mentaux ?
2/ Côté guerres d’Indochine et Algérie, pourquoi les Français ont-ils envahi le monde (Louisiane, Québec, Antilles, Polynésie, etc.) en refusant (en 1940 et 2018) d’être envahis à leur tour ? La morale n’est-elle pas « ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te fasse » ? Pourquoi instaurer un délai de prescription à 120 ans pour les horreurs mais déclarer incontestable la propriété sur Israël 2 000 ans après ? Pourquoi notre état prétendument laïc approuve-t-il l’interdiction de retour des expulsés palestiniens 1948 avec invitation à l’aliyah des Juifs du monde ? et pourquoi encourage-t-il fiscalement les dons aux églises chrétiennes vénérant le texte sacré anti-Droits-de-l’Homme-universels affirmant que les non-juifs sont des chiens et que le mieux serait de tuer les parents éloignant leurs enfants de Dieu ?
3/ Côté avions bombardiers stratégiques, pourquoi est-il inadmissible que la Corée du Nord ou l’Irak se dote de l’arme nucléaire alors que nous l’avons, nous-mêmes contrevenant au Traité de Non-Prolifération Nucléaire (chapitre Désarmement imposant la dénucléarisation aux déjà nucléarisés, sans quoi il n’aurait pas été signé par le monde entier) ? Pourquoi la France se clamant très fière du principe démocratique « 1 humain = 1 voix », et 19e population du monde démographiquement, a-t-elle un des cinq droits de veto ONU, interdit à l’Inde et l’Indonésie musulmane (2e et 3e populations du monde) ? Si la « raison historique » est légitime pour déclarer éternelles les anciennes dominations (du Royaume-Uni sur l’Inde, de la France sur le Vietnam), va-t-on rétablir l’aristocratie, le droit de cuissage et l’esclavage ?
4/ Côté fierté des couleurs nationales, pourquoi l’hymne Marseillaise clame-t-il que les étrangers (et indigènes ?) ont le « sang impur », à déverser avec joie pour être riche ? Et cet hymne n’appelle-t-il pas au crime contre l’humanité d’égorger les touristes étrangers en visite amicale chez nous ? Pourquoi cet hymne déclare-t-il que tous les citoyens sont soldats, donc les civils : tuables de plein droit comme combattants volontaires (ainsi que leurs enfants, comme les Alliés fièrement célébrés ont massacré les bébés de Dresde et Hiroshima) ? Le Terror Bombing des Anglais et Français « libres » n’était-il pas du terrorisme, par notre camp pratiqué ?
5/ Côté vie des bases aériennes et nouveaux équipements militaires, avec puissant essor actuel du budget « Défense », pourquoi ne pas envisager d’économiser cent milliards d’Euros par an en dépenses publiques (donc en impôts/taxes ou dette à rembourser par nos enfants) simplement en supprimant l’armée nationale, en confiant à l’ONU le soin de nous défendre contre une attaque militaire éventuelle ? Pourquoi ne pas reconvertir les soldats et ouvriers/ingénieurs de l’armement en changeurs de couches-culottes dans les hospices gériatriques (vrai besoin, pacifique) ?
6/ Concernant l’amour des avions (plus ou moins modernes), pourquoi ne pas envisager qu’il s’agisse d’une sensibilité esthétique aux formes aérodynamiques ou « originales compréhensibles », sans aucun besoin de construction effective ? (chère et dangereuse). Pourquoi l’aérophilie ne serait-elle pas une modalité de la sensibilité artistique innocente, sans jeu de massacre ni soif de faire du fric ?
  Les questions interdites sont folles, oui, peut-être, au sens soviétique, ou au sens « fou du roi ». Mais les regarder en face pourrait prévenir la guerre (dite justicière en face). Oser réfléchir pourrait être plus important/utile/juste que mitrailler/bombarder/exploser.
  Il serait douteux de juger « ce n’est pas du tout le sujet ici » : chaque cocarde est un manifeste nationaliste, politiquement orienté, chaque arme aérienne est un manifeste militariste, moralement orienté, chaque avion de ligne décoré célèbre le contestable capitalisme (ou communisme/fascisme/fanatisme). Certes, la violence peut hélas être nécessaire contre les méchants, mais il faudrait autoriser l’autocritique envisageant que nous sommes de tels méchants nous-mêmes. Exprimer son désaccord n’innocente même pas vraiment, comme a été condamnée/tuée une antinazie que nous avons brûlée vive à Dresde, avec ses bébés. (Gros soupir.)
  [Christophe Meunier, auteur de livres aéronautiques et sites Web sur les bipoutres et avions asymétriques ; texte (ridicule ?) écrit en congé maladie psychiatrique]

---------------- Discussion (20/12/2018) :
Résultat de la proposition : le texte est dit intéressant (« pertinent ») mais refusé. Je reprends les arguments reçus, même si je ne les conteste pas en retour fâché non, juste pour me conforter dans mon sentiment de ne pas être en tort :
- Ça ne cadre pas avec les statuts de l’association, puisque débordant largement du cadre de l’aviation française --> Oui, c’était dit en clair : il s’agissait de questions se posant « autour de » l’aviation, pas dans le détail de celle-ci, mais quand sont traités des sujets invoquant des décisions budgétaires ou de l’électronique emportée, ce n’est pas non plus de l’aviation au sens strict, seulement des sujets reliés à elle, et c’est l’arbitraire qui semble trancher entre le permis et l’exclu. Tant mieux pour ceux qui en profitent, tant pis pour moi, d’accord (aucun argent n’est en jeu, il s’agissait d’une contribution d’amateur, en partage).
- Il est exigé convivialité et complète neutralité, sans positionnement personnel polémique. --> Ainsi, l’avis très majoritaire impose sa loi, et si on a un avis individuel discordant, on est astreint au silence en tant que potentiel polémiste agressif (osant résister à l’écrasement majoritaire, seule la « pensée unique » ayant vraiment droit de parole, hors d’Internet). Je ne suis pas d’accord sur ce principe niant la liberté d’opinion, mais d’accord, je fais avec, c’est la vie (je suis résigné, pas révolutionnaire).