Laïcité ? Mon œil…
par Sèp Tik, 08/05/2018

  On apprend à l’école publique française que toutes les religions et non-religions sont également respectables, mais…
- Pourquoi écrit-on obligatoirement, officiellement, que l’on est en 2018 après Jésus-Christ (et pas X après Mahomet ou Y dans le calendrier chinois ou Z dans le calendrier maya etc.) ? Il y aurait dominance injuste du christianisme.
- Pourquoi démarre-t-on l’année au 1er Janvier alors que Jésus-Christ est né (« à Noël ») un 25 Décembre ? (de l’an moins 1 avant lui-même ??). Qu’il ait été circoncis le 1er Janvier est un détail propre à la religion judaïque, s’il était Dieu le fils il n’avait aucunement à être allié à Dieu par les prêtres. Il y aurait dominance injuste du judaïsme.
- Pourquoi la semaine a-t-elle 7 jours ? La Genèse biblique parle d’un monde créé en 7 jours, et le judaïsme dit de se reposer donc le 7e jour de chaque période de 7 jours, mais pourquoi y aurait-il dominance judaïque ? J’ai appris à l’école publique que les révolutionnaires français ont voulu passer à une semaine de 10 jours, mais ils ont renoncé devant le risque de contre-révolution, les gens exigeant 1/7 de repos (14,3%) et refusant 1/10 (10,0%) à la place ! J’ai lu aussi qu’au temps des Romains, le judéo-christianisme (des esclaves ?) était considéré comme la religion des fainéants, exigeant de se reposer au lieu de travailler tout le temps normalement. Aujourd’hui avec les week-ends de 2 jours, le repos occidental « normal » est 2/7 (28,6%), et en France sont en plus appliqués les 6 ou 7 jours fériés catholiques (Pâques, Noël, Assomption, etc.) [et nationaliste et congés payés et RTT], pourquoi pas les fêtes musulmanes ou autres, ou aucune d’elles ? Il y aurait dominance injuste du catholicisme. Je ne hurle pas que c’est insupportable, mais les pays travaillant 365 jours par an me semblent davantage méritoires.
- La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dit (article 18) : « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu'en privé, par l'enseignement, les pratiques, le culte et l'accomplissement des rites. ». Mais il s’agit des religions reconnues telles : en France, les religions classées « sectes » (dites « aliénantes ») se voient déniées ce droit – et si le nazisme et l’apartheid s’étaient prétendus religieux, il me parait clair qu’ils ne méritaient pas pour autant bénédiction universelle. Toutefois, les anticléricaux n’ont pas le droit de poursuivre pour crime les religions (adoration du génocidaire auteur du Déluge, des génocidaires Hébreux massacreurs de Cananéens, de Jésus appelant à tuer les incroyants, de Mahomet appelant à tuer les traitres, etc.). Et la loi française combat spécifiquement l’islamisme (prières de rues, voile/burka, burkini, etc.). Hum. Avec la loi Gayssot (pro-juive anti-amérindienne anti-bouddhiste), elle combat aussi la liberté de pensée et de conscience (et la liberté d’expression de l’article 19 « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »), hum hum.
  Tout ça implique un système de dominance religieuse complexe, caché, antihumaniste, et le mot « laïc » n’est pas crédible. Ça me semble surtout de la propagande idiote, cachant des compromis plus ou moins acceptables, plus ou moins honteux camouflés.

------- (Ajout 09/05/2018) « Tradition »
  On me répond un argument que je n’avais pas cité : « c’est ainsi parce que c’est la tradition ». Si je n’ai pas compté ça comme argument, c’est qu’à mon sens c’est invalide, sous-entendant une loi horrible : « les dominances dont l’on a hérité doivent être éternelles ». Je ne suis pas d’accord. Avant la Révolution Française, la tradition c’était la royauté, le meurtre des opposants, le droit de cuissage, etc. Avant les Droits de l’Homme, la tradition c’était que les dictateurs oppriment les individus. Avant l’abolition de l’esclavage, la tradition c’était l’esclavage des plus faibles que soi, etc. Je préfère un milliard de fois la justice équitable à la prétendue tradition.

------- (Ajout 24/09/2019) « Semi-provocation »
   Le sujet de débat ce jour (à la télévision, chaines BFM-TV, C-News, LCI) était une affiche d’association de parents d’élèves avec une mère musulmane voilée disant « Oui, je vais en sortie scolaire, et alors ? » avec un sous-titre « La laïcité, c’est accueillir à l’école tous les parents d’élèves sans exception ». Les commentateurs disant quelque chose comme « non, la neutralité de l’école publique, obligatoire, interdit le prosélytisme religieux ». ( https://www.bfmtv.com/societe/la-fcpe-ciblee-apres-une-campagne-defendant-le-droit-des-meres-voilees-a-accompagner-les-sorties-scolaires-1773148.html ).
   A mon avis, argumenté, ce n’est pas vrai que l’école (publique française) est neutre, c’est une entreprise d’embrigadement déloyal : elle est criminelle contre l’humanité pro-Occidentaux, approuvant la conquête sans retour d’Amérique, Australie, Tahiti etc. le fait de rendre Israël mais pas les USA etc., l’extermination des Caraïbes et autres Amérindiens (non-Juifs), les massacres de civils par les Alliés 1941-45, la possession d’arme atomique ici interdite aux autres, le dressage de frontières antihumanistes (anti-étrangers). De plus, au nom du prétendu Savoir incontestable, elle criminalise le scepticisme (anti-Histoire ou anti-Minutes de silence – pas organisées en souvenir de Hiroshima anti-jaune ou Der-Yassin anti-goy mais spécifiquement pour les victimes d’Islamistes). C’est l’application de la loi pourrie, qui n’est absolument pas neutre, mais s’autorise déloyalement des exceptions à la liberté d’opinion (avec complicité des institutions européennes), avec interdiction d’en débattre sous peine de prison – ce à quoi forme l’école, oui, c’est logique et atroce à la fois. L'école laïque semble une machine à fabriquer des moutons stupides et fiers, soldats volontaires pour une mauvaise guerre (en affichant dans toutes les classes les paroles de la Marseillaise comme quoi il faut égorger les étrangers et c'est bien car ils ont le sang "impur", racisme tueur oui, neutre ? non...).

------- (Ajout 07/01/2021) Source suspecte mais…
   J’ai reçu dans ma boîte mail comme « junk » (déchet) un « spam » (publicité non sollicitée) de « La riposte laïque ». A priori j’étais méfiant car je ne suis pas laïcard, et le titre général me paraissait suspect de xénophobie : « on ne fait pas Nation avec des gens qui nous haïssent ». Mais j’ai lu quand même les débuts tronqués d’articles, effectivement inusuels différents de la pensée unique télévisée. Un article m’a intéressé : « Un élu d'origine polonaise dénonce le Coran : le maire lui arrache le micro ! (Auteur Pierre Cassen) Il s'est passé une scène étonnante à Pons, ville de Charente-Maritime. Lors de l'hommage à l'enseignant Samuel Paty, alors que la parole était librement distribuée, un élu de l'opposition, Stanislas Czerwinski, a pris la parole, et expliqué que les crimes des musulmans venaient du contenu du Coran. Il a eu beaucoup de mal à continuer son discours, il a été … »
  Effectivement, je pense que le Coran est condamnable pour ses appels au meurtre (je suis d’accord sur ce point avec l’auteur d’article) MAIS il y a de pareils appels au meurtre dans Les Evangiles chrétiens et La Torah israélite (ce qui n’est sans doute pas dit dans un journal anti-islamiste ou/et antimusulman).
  Loin de vouloir une virulente réponse laïque, je pense que la laïcité se trompe gravement en s’alliant à Torah, Evangiles, Coran, dans leur lecture dite modérée (contraire du texte prétendu sacré). Ça m’amène à m’opposer à cette laïcité, au lieu de vouloir une laïcité renforcée (ou renforcée en sens spécifiquement anti-Coran). Je n’ai pas cliqué sur les liens, puisque je désapprouve grandement ce journal (hors petit mot approuvé ci-dessus).