Super-déficit mortel
Appel étouffé, à une purge sévère mais saine
30/03/2018 par Bah Lette, sous traitement antipsychotique

  J’ai lu les Evangiles (sans y croire) et je viens d’entendre aux informations que le déficit annuel de l’Etat Français vient miraculeusement de tomber enfin sous la barrière de 3% du Produit Intérieur Brut. J’en déduis que les Français actuels et leurs enfants doivent donc devenir esclaves ! C’est imparable, idiot mais imparable. Je déclare criminels les politiciens (de gauche-centre-droite) accumulant cette dette, et les fonctionnaires appelant à toujours davantage de dépenses publiques donc de dette de l’état.
  Je précise :

Mon diagnostic
  Dans l’Evangile de Matthieu Verset 18.25, Jésus approuve qu’un surendetté soit traîné pour ce fait en esclavage avec ses enfants, sauf s’il a lui-même gracié des esclaves. Les Français contemporains n’ont gracié aucun esclave, sont surendettés, donc la sanction chrétienne automatique est l’esclavage. Sauf à dire que Jésus-Christ était un gros con ou un immoral salopard, comme ses adorateurs actuels, ce qui est puni par la loi française comme offense aux Chrétiens pour leur appartenance religieuse. Donc esclavage pour tous les Français, sauf s’ils remboursent demain intégralement la dette : 33 mille Euro par Français, bébés inclus. OK ? Pas « après-demain c’est-à-dire un jour » en continuant à être en déficit, non, stop ! Cesser maintenant tout déficit et rembourser très fort très vite, sans laisser l’ardoise salée à nos enfants et petits-enfants.

Mes solutions
  Comme tout gros employeur en déficit, l’Etat doit réduire son nombre d’employés. Les statuts fonctionnaires l’interdisent ? Alors on abolit ce statut. Et on abolit le systématiquement bloquant « droit de grève des fonctionnaires », comme en Allemagne où il n’existe pas, car les employés publics ne sont pas exploités par un richissime patron s’en foutant plein les poches, mais sont là pour servir le bien commun, et pas emmerder les gens avec monopole + grève refusant de servir. Ce serait là œuvre de salubrité publique. A leur semi-violence coutumière (causer des soucis aux usagers) répondrait la semi-violence inusuelle d’abolition des privilèges.
  La gauche hurlerait évidemment, mais je ne suis absolument pas de droite : je suis d’accord pour raboter tous les revenus au SMIC pour rembourser, saisir les fortunes héritées etc. Donc la droite hurlerait aussi. Et le centre pareil, puisqu’il cumule les 2 clientèles, des privilégiés publics et des privilégiés richards. Les pauvres du privé prendraient le pouvoir. Et sans les salaires énormes des commandeurs du privé, on redeviendrait super-compétitifs au plan mondial, ce serait la fin de la crise chronique et des délocalisations répétées. Le fait que les revenus soient plafonnés ne serait pas la ruine car tous les prix spéculatifs s’effondreraient, d’où niveau de vie correct, simplement humble.
  Je rêve, oui, on se ferait massacrer pour mille fois moins, mais j’exprime ce rêve, qui est ma conviction profonde, argumentée. Pas un seul politicien n’est sur cette ligne, cantonnée à l’hôpital psychiatrique (ou la prison). En tout cas, l’impuissance des politiciens est un aveu de nullité, manque d’imagination et de courage – même chez les prétendus super-brillants, tout juste bons à piquer une grosse part du fromage à leur tour, sans rien changer aux abus, aux pièges, infernaux.