Gaz public contre gaz privé : mal contre mal
Exemple vécu
22/04/2021, par Dondé Zolé

   Autrefois, il n’y avait qu’un opérateur d’énergie domestique en France je crois : EDF/GDF, et je faisais donc partie de leurs clients bien sûr, sans avoir le choix. Et puis, un démarcheur est venu sonner à ma porte, m’expliquant que la loi avait changé permettant la concurrence et qu’en passant chez eux, ENI, je ferais 30% d’économies. J’étais méfiant, pas convaincu, mais pas hostile, non. Il m’a fait remplir et signer des papiers, qu’il garantissait « sans aucun engagement » : j’allais recevoir sous peu une prévision de prix adaptée à ma consommation, et je pourrais comparer et trancher. Bien.
   Puis j’ai reçu un mot de GDF me disant que c’était la facture finale clôturant mon compte puisque j’avais changé de fournisseur, je ne comprenais pas. Puis j’ai reçu une première facture d’ENI, je comprenais encore moins. Puis j’ai reçu l’estimation ENI sur l’année précédente au cas où j’aie été leur client. J’ai comparé : c’était un peu moins cher pour le gaz, un peu plus cher pour l’électricité, le total étant quasiment le même (à 1% près je crois). Donc j’aurais dit non au changement de fournisseur (le boniment commercial ayant parlé de 30% d'économie étant prouvé faux), mais ENI m’avait déjà « réquisitionné ». Les mots oraux « sans engagement » du vendeur étaient mensongers, c’était de l’escroquerie !
   Mais allais-je annuler chez eux pour retourner chez EDF/GDF ? Euh, je me souvenais qu’étant enfant, les incessantes grèves EDF nous privaient d’électricité, en faisant jeter les contenus de congélateur (la règle sanitaire étant de ne pas recongeler un aliment dégelé). Et EDF/GDF, organismes publics, me faisaient penser à la Sécu, ne répondant pas aux questions et engueulant l’usager osant les déranger. De mon côté, travaillant dans le privé biomédical, j’étais choqué par les mensonges au quotidien, « pour faire du fric ». Et mon honnêteté douloureuse (complice avec silence acheté par le salaire) a finalement été classée souffrance psychotique, me faisant mettre en invalidité « psychiatrique ». Le mensonge vaut normalité dans ce milieu, hélas. Régulièrement, des vendeurs ENI viennent sonner à ma porte pour gagner un client, et je réponds que je suis déjà client chez eux, mais insatisfait, devenu client par manœuvre mensongère, et ils disent chaque fois qu’ils vont en référer à leur hiérarchie, dont je n’entends jamais parler, évidemment puisque ça fait partie des « techniques de vente », peut-être même diplômées.
   Privé contre public, menteurs contre je-m’en-foutistes, mal contre mal. Affreux affreux.