Fausse-justice judiciaire
Scandale caché, camouflé, d’habitude
par Di Sidan O’Goulag, 08/04/2019

   Durant mes 17ans de scolarité/« étude » publique française, puis avec les décennies de matraquage télé subi, je pensais que la justice française symbolisait l’honnêteté incarnée, la juste réparation des vrais préjudices. Depuis, j’ai dégringolé amèrement, pour aboutir au sentiment que c’est de l’injustice quasi-totale, de l’escroquerie en bande organisée, légalisée, ouille.
   [Je ne prétends nullement faire autorité et appeler à une révolte organisée (façon Gilets Jaunes) : j’avoue être classé invalide pour maladie mentale, et je ne fais certainement pas référence objective. Je ne fais ici qu’exprimer mon opinion personnelle, argumentée (ce que les psychiatres mettent à la poubelle sous le vocable « rationalité pathologique »).]

La preuve de malhonnêteté ailleurs
   J’ai adopté mon neveu étranger asiatique (mon épouse étant au départ étrangère asiatique, naturalisée par mariage), et pour savoir comment faire, les services de l’état nous ont répondu par mail de saisir la justice du pays en question, avant de faire régulariser par les services français. C’est ce que nous avons fait, obéissant à leur injonction administrative, pas de problème a priori. Au tribunal là-bas, nous avons assisté à deux procès avant notre cas, et j’ai été choqué par l’un : une femme portait plainte contre son mari pour manquement au devoir d’enrichissement, et une experte psychologue avec forte expérience, interrogée, a répondu que Oui, cet homme ne cherchait pas l’enrichissement maximal, s’avérant ainsi en faute indiscutable – puis elle a été remerciée, ceci étant considéré preuve scientifique et l’homme a été condamné par le juge… Je me suis tu, pour ne pas risquer sanctions à la suite, mais j’étais outré : cette prétendue scientifique ne faisait qu’affirmer son avis politique (de droite) clamant obligatoire la course de rats à l’américaine pour toujours davantage de fric aux dépens d’autrui, en chassant toute idée politique de partage ou sagesse frugale ou humilité volontaire à la prêtre-ouvrier ; bref, la justice débile crédule gobait pour vérité indéniable un avis hyper-contestable. Elle ne se montrait absolument pas juste mais partisane en affirmant le contraire, injustement. Mais bon, en pays sous-développé, ça ne mettait pas en question notre justice prétendue hautement civilisée, admettons, à suivre.

La preuve de malhonnêteté ici
   Les services de l’état nationaux (localisés à Nantes) ont refusé de régulariser notre adoption, à notre grande surprise. Et ils disaient de saisir la justice locale de notre région si nous voulions contester cette décision de « justice »… La préfecture de notre département a dit de s’adresser à Lyon, et nous avons donc pris une avocate à la grande ville Lyon, pour savoir comment faire. Et nous sommes passés au tribunal. Là, j’ai eu la joie de voir que tous les officiels étaient des femmes, et j’ai pensé « donc douces et compréhensives, comprenant le désir de maternité de mon épouse, ça va bien se passer, sûr ». Erreur puissance mille ! La procureure parlant au nom de l’Etat, xénophobe active, nous a accusés de vouloir régulariser un enfant étranger en fait pas du tout de notre famille (selon elle ! idiote sans preuve aucune puisque son affirmation est totalement fausse), « comme ça se fait dans ces pays-là on le sait bien hélas, là-bas tout le monde se dit plus ou moins cousins ». Et la juge ne nous a nullement interrogés de manière contradictoire ou pour demander des preuves (que nous avions), elle n’a fait qu’oralement demander à mon épouse quel degré de parenté il y avait entre elle et l’enfant, et mon épouse très nouvellement francophone ne connaissait pas le mot hyper-spécialisé « degré de parenté », mais avec mon aide et celle de l’avocate, on a répondu : le 3e fils de son petit frère, 6e frère . Et puis c’était fini, et je pensais que la réponse de la juge, ici remise à plus tard, serait la régularisation normale, méritée, sans suivre la procureure salope, dont les fausses accusations n’avaient été étayées en rien. Quelques semaines plus tard, nous avons reçu le jugement du tribunal ; nous étions « condamnés aux dépens » ! Déclarés coupables ! La juge affirmait que nous avions menti à l’étranger en prétendant, pour qu’il y ait adoption, que nous habitions là-bas et pas en France, et donc que cette adoption était invalide et que sa régularisation était refusée. Avec autorité de la chose jugée, cela vaut loi, circulez y’a rien à voir ! Outch ! Rien de rien n’appuyait ses affirmations, fausses, et si on nous avait interrogés sur ce sujet précis, nous pouvions répondre : nous avons effectivement dit là-bas loger en vacances dans la maison familiale de la famille mais le juge local savait très bien que l’habitat essentiel serait ici, et il disait que cet enfant avait de la chance car la sécurité sociale française est réputée la meilleure du monde (ce qui prouve qu’il savait parfaitement le projet de lieu d’habitation et scolarité). Mais non, paf, la juge française affirme le prétendu vrai, faux mais elle a le pouvoir de « dire le vrai », selon la loi toute pourrie, scandaleuse.
   Outré, je pensais porter appel de cette décision absurde et fausse, avec même peut-être demande de dommages et intérêts pour le préjudice commis (larmes de mon épouse, frais d’avocat et train pour rien, etc.), mais notre avocate nous en a dissuadés : « on peut faire appel si vous voulez, mais ce sera très long et très cher, et sans doute vous allez perdre : il est très très rare que les juges désavouent un collègue ; le plus probable est que la nouvelle juge dira ʺma collègue ne s’est peut-être pas très bien exprimée mais elle a raison sur le fond, votre adoption est refusée. Vous êtes condamnés aux dépens, c’est entièrement confirmé.ʺ Si vous vous faisiez une certaine idée de la justice, d’après ce nom de ʺjusticeʺ, oui c’est forcément décevant, mais c’est comme ça que ça marche. La juge ne s’intéresse pas à votre cas, elle juge d’après les cas de fraudes qu’elle a vus à la télé sur TF1 dans les émissions à scandale, et c’est de là que vient son ʺjugementʺ. Mais les mots du jugement semblent dire en filigrane que le problème, c’est qu’ils refusent de se plier à une décision de justice étrangère, et que si on refait la demande à partir de zéro en France, ça pourrait être accepté, peut-être. » Choqués, profondément, mais faisant confiance à l’avocate, nous n’avons pas porté appel, nous avons suivi sa voie longue et soumise, et un an après nous lui avons dit grand merci, car elle avait raison : de cette manière, cela a été accepté. Bref, cette adoption était entièrement légitime, notre condamnation avait été scandaleuse, mais en tant qu’humbles soumis, nous devions taire notre gueule et subir l’abus d’autorité se clamant (totalement à tort) « justice ».
   Depuis, je ne crois plu’ du tout quand les journalistes disent quelqu’un coupable « puisque condamné par la justice ». Et les tribuns clamant « il faut évidemment faire confiance à la Justice, indépendante donc juste » sont tous des idiots et/ou des menteurs. Cette prétendue justice est une dictature de juges injustes pratiquant en grande routine le mensonge et l’abus de pouvoir. Sans risque puisque leurs confrères sont complices (et que les juges en France ne sont pas élus, donc sont libres d’écrabouiller la population « inférieure » des dits justiciables).

Le problème de fond derrière
   Un autre problème, maintenant que mon innocence vis-à-vis de la justice a été détruite, c’est que théoriquement les juges appliquent la loi, mais en quoi est-ce admirable quand la loi est injuste ?
   L’école m’a appris une réponse : « la loi est forcément juste, puisqu’elle a été écrite par les représentants du peuple ». Depuis que j’ai 18 ans (décembre 1981), je le conteste, et longtemps j’ai refusé de m’inscrire sur les listes électorales à cause de ça (jusqu’à ce que le maire refuse de signer l’autorisation de visite de ma fiancée étrangère, et refuse de me recevoir « car pas inscrit sur les listes électorales », d’où demande sous la contrainte à cet âge de 37 ans). En 1981, Mitterrand a aboli la peine de mort contre l’avis populaire, en disant crotte aux gens, puisqu’il détenait maintenant le pouvoir républicain et donc la liberté de faire le contraire de ce que veut le peuple électeur (ayant seulement voulu virer la domination bourgeoise de Giscard-Chirac), bref le système français est une fausse représentation méprisant le peuple, je n’étais pas d’accord. C’était des années avant la révolte Gilets Jaunes et leur slogan judicieux « voter, c’est choisir qui t’enculera », choisir le moins pire menteur, oui. Il s’en suit des lois injustes presque automatiquement.
   Les lois contre le voile islamique pourraient certes être approuvées par la population, peut-être majoritairement hostile aux arabes, mais elles violent la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, sur la liberté d’afficher comme on veut ses croyances religieuses. Et cette Déclaration est, par nos dirigeants, jetée à la face des pays prétendument monstrueux qui ne la respectent pas (URSS, Chine, Egypte, Iran, etc.). Mensonges, dictant la loi, la prétendue justice.
   Je ne suis certes pas une femme voilée menacée par cette « justice » (fausse) mais je suis menacé par la loi pour une autre raison. Alors que les Droits de l’Homme affirment la liberté d’opinion, alors que la devise de la République Française a pour premier slogan « Liberté », alors que tous les tribuns et enseignants célèbrent « en France la liberté de croire ou ne pas croire », je suis passible de prison pour résistance au dogme ! J’ai en effet écrit, en 1992-93, l’ouvrage « Contre la Réalité », où je démontre philosophiquement que le réalisme et la vérité scientifique sont des choix contestables logiquement, et je savais bien que cela conteste la loi française Gayssot, avec jurisprudence Gollnish contre le doute quant à la Shoah, ce qui écrabouille la liberté de pensée sans violence. Même « appliquer la loi, rien que la loi, toute la loi » est donc un abus de pouvoir, contre l’honnêteté intellectuelle, contre la morale, contre la Justice au sens propre… Dans cette dictature atroce (cachée par ceux ayant droit de parole), j’encours deux ans de prison, avec viol en cellule et autres formalités allant avec, et 45.000 Euros d’amende, obligeant à vendre ma maison avant d’avoir fini de la payer (d’où ruine, divorce, suicide, hop ça évacue les objections). Au nom de la « Justice », en fait dictature des faux représentants et autorités illégitimes pratiquant l’abus de pouvoir en grande routine. Quelle horreur.
   [Pour ce qui est de la Loi Gayssot, il me faut compléter par quelques éléments pour être complet, lucide :
– Le fait de douter de la véracité de la Shoah n’a aucun rapport avec la prétendue volonté de la rééditer, il est idiot de clamer « ignorer le passé c’est s’apprêter à le recommencer ». La preuve ? Douter que l’anthropophagie ait existé sur Terre n’a rigoureusement aucun rapport avec un désir d’anthropophagie, c’est une imbécilité démentielle qui aboutit à faire l’amalgame diabolisateur pour que les donneurs de leçons écrasent le doute menaçant leur autorité punitive.
– Même si je me trompe, pourquoi ne suis-je pas autorisé à me tromper ? Mon frère daltonien pense que le vert et le marron sont une même couleur, devrait-il aller en prison pour ça ? C’est idiot, criminel, de juger ainsi au nom de la « Justice », de se lancer dans cette voie de persécution. La liberté d’opinion, c’est la liberté de se tromper.
– Les Juifs se disent offensés, comme giflés abominablement, par le doute envers leur martyr, qui vaudrait donc acte de violence (ne méritant pas liberté, donc). Mais… pareillement, les Chrétiens pourraient se dire giflés par le doute envers le caractère divin de leur martyr Jésus, les Musulmans pourraient se dire giflés par le doute envers la parole de Dieu incontestable, etc. Le doute n’est nullement un acte de violence en lui-même, ce sont des fanatiques intolérants qui prétendent, à tort, que le doute (intelligence critique) est une violence à l’encontre de leur prétendue vérité imposée à autrui, instrumentalisant leur domination. (Et pour la Shoah, l’enjeu est la recréation d’Israël en 1948, soi-disant en réparation, sans aucune logique/équité historique puisque les USA ne sont nullement rendus aux Amérindiens – au contraire puisque ces USA sont les plus forts supports du sionisme, et autre conquête judéo-chrétienne à l’encontre des prétendus « Barbares » ou « Indigènes », Australie etc.). D’ailleurs la loi Gayssot raciste interdit de nier la Shoah anti-juive mais autorise entièrement à nier les génocides anti-Amérindiens, « sales races »… quelle horreur. La « Justice », la vraie, est totalement ailleurs. Badinter, fier ministre célèbre pour avoir imposé l’abolition de peine de mort (contre l’avis populaire), a certes dit que le procès de Nuremberg donne à la Shoah la spécificité de l’incontestabilité de la chose jugée, mais… les Anglais et Français ne sont nullement trainés en procès pour les massacres de civils et bébés à Hambourg et Dresde, les Etasuniens ne sont nullement trainés en procès pour l’extermination de bébés innocents à Hiroshima et parmi les Mohicans etc. Il ne s’agit en rien de justice, seuls les génocides des vaincus (ou méprisés, comme les Turcs) sont condamnés, les génocides pratiqués par les dominants vainqueurs sont effacés, approuvés, la fortune allant avec est « légale » pour la « Justice ». Très très mauvaise parodie de Justice, menteuse.
– Dire que les Historiens dominants ont établi La Vérité incontestable est une erreur épistémologique : comme toute Science, l’Histoire énonce des théories en instance de réfutation expérimentale. Clamer que la Science dit La Vérité incontestable, c’est un parti-pris contestable, qui s’appelle le scientisme. C’est un fanatisme comme d’autres, ne résistant aux invalidations que par la force dominatrice, et par la loi en pays totalitaire, comme la France donc, prétendant à tort à la Liberté (et à l’Intelligence de sa prétendue Elite, stupidissime en fait).
– En Mathématiques, j’ai prouvé fausse la formule de la variance estimée que m’ont appris tous les professeurs, qu’affirment tous les experts (et tous les logiciels, pour la génération « numérique » actuelle). L’argument d’autorité est une idiotie illogique, politiquement dictatoriale, la Vérité intelligente au contraire s’impose en examinant soigneusement les objections et invalidations éventuelles. Au contraire, l’école est bête de faire apprendre par cœur le théorème de Pythagore au lieu de montrer sa démonstration, sa logique relative (que j’ai réinventée après l’âge de 40 ans). Jamais un Historien n’est venu me présenter ses preuves au sujet de la Shoah, il exige seulement soumission à son autorité, c’est intellectuellement du ressort de l’idiotie profonde, c’est philosophiquement/politiquement au niveau du bestial loup dominant s’imposant en menaçant de mordre.
– Dans le détail, sous un angle réaliste qui n’est pas le mien, la prétendue extermination systématique des Juifs en 1933-45 me parait douteuse. Un ouvrage de souvenirs de l’époque raconte comment des Juifs ont été parqués racistement près de Lons-le-Saulnier à l’époque, pendant des années sans nullement être exterminés, et le célèbre chasseur de nazis Klarsfeld, consulté, n’a jamais répondu à l’auteur (puisque ça contredit le dogme, et menace peut-être la refondation d’Israël 1948)… De même, s’il s’agissait de tuer tous les Juifs à Auschwitz etc. pourquoi leur avoir construit des abris contre le froid mortel de l’hiver nord-européen ? Pourquoi les avoir nourris des années en période de pénurie alimentaire avec la guerre ? Oui, il y a quelques photos de squelettiques prisonniers mais n’étaient-ils pas en grève de la faim puisque tant d’autres ont parfaitement survécu à des mois ou années en camps ? A mon avis, il s’agissait de camps d’esclaves (et je condamne l’esclavage, et la Torah et la Bible et le Coran, et Platon et Aristote et Napoléon et George Washington de 1770, qui trouvaient cela parfait). Et l’esclavage tue en masse, comme cela s’est passé avec les Amérindiens en Amérique, avec les Cambodgiens bourgeois, etc. Maladies et sévices pour non-travail (le film « La liste de Schindler » clame fièrement « aucune pièce n’est sortie de l’usine pour l’armée allemande »), oui cela génère une mortalité terrible, immensément regrettable pour tous (maîtres d’esclaves et familles d’esclaves), mais ce n’est en rien de l’extermination volontaire (même si le non-travail engendre de la colère chez les esclavagistes). Les témoignages en livre d’Histoire disent qu’à Auschwitz, les cigarettes étaient devenues une monnaie d’échange, mais pourquoi offrir des cigarettes à des gens rassemblés uniquement pour être massacrés ? D’autres citent l’évacuation inhumaine (dans le froid presque sans protection) des camps face à l’arrivée de l’armée soviétique, mai pourquoi évacuer au lieu de massacrer à la mitrailleuse (si le but était ce massacre) ? Cela ressemble à un immense mensonge, organisé, et pas innocent puisque servant de support à la brimade 1948 des Palestiniens en prétendue « réparation », hum. Mais je n’affirme nullement une version révisée de l’Histoire, ce monde est peut-être un rêve (et René Descartes : un idiot profond, illogique je l’ai démontré, ça).]

Nouvelle preuve indirecte
   Concernant la Justice, l’abus judiciaire, j’ai été intéressé de chercher sur Internet comment la Cour Européenne des Droits de l’Homme a validé la Loi Gayssot, au lieu de la condamner pour enfreinte explicite à la liberté d’opinion (sans violence). J’ai trouvé sur Internet l’énoncé du jugement, premier puis en appel, et ça confirme la pourriture du système. Les juges s’autorisent à interpréter comme ils veulent l’expression « exception nécessaire », et libre à eux de condamner par amalgame (le doute au sujet d’une horreur « ressemble à » une volonté de rééditer l’horreur, donc est condamné à ce titre), et s’impose leur croyance dans le blabla des historiens autorisés, leur avis subjectif de juges a automatiquement force de loi, puisqu’ils détiennent le pouvoir judiciaire. C’est abominable, c’est de l’anti-justice, anti-équité, c’est une escroquerie pseudo-morale pseudo-intellectuelle. Une abomination.
   Alors oui, avec ce système, la dictature vaut liberté, puisqu’elle l’affirme, avec interdiction de le dénier, punissant le doute de prison. CQFD, hélas. Je soupire, en danger pour avoir osé le dire, ce que peut punir la « Justice » (plus exactement : « l’imbécile autorité répressive », armée de « force de l’Ordre » et incarcération, politique sans l’avouer, comme au goulag pour les prétendus « fous » ne comprenant pas « l’évidence incontestable » du génie communiste)…

*******************************************************
Elément de discussion critique (08/04/2019 pm)
  Un correspondant me répond utilement, merci : "Des preuves de la Shoah, il en existe des milliers. Tu pourrais le constater sans aucun doute en regardant les chaines de télévision de type documentaires historiques : de nombreux montages d'images, voir même quelques rares séquences filmées ont été retrouvés et sont donc désormais visibles, depuis une vingtaine d'années... La richesse de la production de documentaires historiques, sur d'autres sujets également, commentés par de nombreux spécialistes est un bonheur "
  Je l'entends, et j'ai répondu : "Merci de ta réponse, mais elle ne me convint en rien. J’ai vu le film Nuit et Brouillard, et oui, il y a plein d’images de monceaux de cadavres, mais qu’est-ce qui me prouve que c’est une mise à mort humaine et pas un ravage du typhus ? certes, le commentaire affirme, mais c’est peut-être de la propagande. Tant qu’il y a zéro réponse à mes objections graves, le mensonge de propagande me semble la plus crédible explication. Mais l’envisager est hors-la-loi (loi pourrie, interdisant l’intelligence critique, punissant la philosophie sceptique et la religion bouddhiste). Tout ce que je connais des prétendus « spécialistes » (mot que tu emploies) est que ce sont des escrocs, en Biologie en Chimie en Mathématiques, pourquoi serait-ce différent en Histoire ? surtout qu’il y a un enjeu majeur en prétendue « réparation » dans ce cas, ce qui décuple le soupçon pesant sur eux. Ils n’ont pour eux que leur autorité écraseuse, avec force de conviction objective : nulle. Merci quand même,

***********
Nouvelle réponse reçue (09/04/2019)
  Mon correspondant contre-attaque à mes objections, de manière encore intéressante, merci : « 1/ Quelle interprétation donnes-tu à des images datant de 1945 montrant des pièces entières remplies de cheveux, de lunettes, de vêtements, de chaussures ? Pourquoi veux-tu mettre en doute de tels artefacts que l'on n’observe jamais dans la vie normale ? 2/ Il me semble que c'est dans le film Nuit et Brouillard que l'on voit un responsable SS développer moults détails de l'organisation d'un camp. Il ne s'agit pas de commentaire de spécialiste historien ! 3/ Les documentaires récents concernant la Shoah par balles en 1941 de Mikael Prazan peuvent également se regarder en coupant le son ! Les images sont éloquentes ! 4/ La liberté de pensée est bien plus menacée par les déviances de notre époque que par des querelles concernant un passé révolu. »
  Je re-réponds : 1/ Des pièces entières emplies de cheveux, de lunettes, de vêtements, de chaussures, n’impliquent en rien que les victimes ont été tuées humainement plutôt que par un virus décimant des millions comme celui de la grippe espagnole en 1919, surtout s’il y a décontamination des objets par chambre à gaz (dont ce serait une explication possible – et avec des verrous ni plus ni moins que sur les autoclaves modernes, tueurs de microbes). Il n’y a pas de tels artefacts normalement car normalement il n’y a ni esclavage ni épidémie massacreuse. 2/ L’organisation d’un camp de travail peut être décrite par un nazi ou un khmer rouge, ça me choque parce que je désapprouve l’esclavage mais ça ne prouve en rien qu’il y a eu extermination volontaire. Si on décrit un camp d’extermination par contre, c’est différent, mais il faut poser la question comme dans les romans polars d’Agatha Christie : « à qui profite le crime ? », pas aux nazis raconteurs vaincus qui vont se faire condamner à mort, mais aux cousins de prétendues victimes qui vont gagner « en réparation » leur terre sacrée d’Israël, en étant incroyablement autorisés à en chasser/tuer les occupants. C’est pour le moins suspect, et un acteur sioniste pourrait parfaitement jouer ce rôle de composition, ou un magistrat sioniste pourrait monnayer un faux témoignage en échange d’une grâce, l’envisager est un doute sain à l’inverse de l’attitude crédule gobant tous les mensonges officiels (l’homme a marché sur la Lune même si on ne sait plu’ le faire, les Irakiens avaient la bombe atomique même s’ils ont oublié de l’utiliser quand on les a attaqués, c’est un pur hasard si l’immeuble voisin du World Trade Center et contenant les archives de la corruption politique US en attente de jugement s’est effondré/détruit, etc.). 3/ Le fait que des prisonniers aient été tués par balles me paraît immensément plus crédible, oui, mais pourquoi en avoir épargné des millions de transportés vers les dits camps dont des centaines de milliers de survivants après des mois ou années à l’intérieur ? (Survivants devenus leaders comme Simone Veil et Stéphane Hessel, et dans la génération suivante la plupart des publiés ont eu un parent survivant des camps dits « de la mort »). Et pourquoi avoir laissés vivants et tranquilles les parqués de Lons-le-Saulnier jusqu’à la Libération ? De plus, dire que la Shoah s’est faite par balles est passible de prison en France (car ça revient à dire que « les chambres à gaz sont un détail de l’Histoire », condamné avec jurisprudence JM Le Pen). Par ailleurs, même si les images montrent répétitivement vingt tués, ça ne fait pas 6 millions et la différence peut être mensonge exagérateur pour réparation abusive (en logique, la généralisation inductive est une erreur). Et comme on dit actuellement pour les violences policières anti-gilets-jaunes ou l’affaire Benalla : une image de violence ne prouve rien si on n’a pas les images montrant l’avant, démentant éventuellement qu’il s’agit d’innocent non-violent non-insultant (et le port de la kippa vaut affichage de "Dieu et moi vous méprisons, sales goys"). 4/ La loi Gayssot est actuellement le seul dogme absolu en France, c’est immensément actuel, et ça équivaut à l’incontestabilité de l’existence d’Allah parlant à Mahomet dans la dictature iranienne : ce n’est pas un vieux truc secondaire de passé révolu mais le sujet majeur de la répression anti-doute actuelle. Par ailleurs, l’alliance à Israël, au nom de la Shoah et de la participation de Vichy, est un autre dogme très actuel en France, et le premier ministre Valls puis le Président Macron ont affirmé (sans être contredits par l’Elite prétendue) qu’antisionisme vaut antisémitisme, ce qui est idiot (plein de rabbins étasuniens étant antisionistes) mais les gens terrorisés ici n’osent pas objecter (ils seraient taxés d’antisémitisme génocidaire en référence explicite au passé prétendu), ce n’est pas un vieux truc du passé oublié, absolument pas, c’est un révélateur de la dictature projuive dominant actuellement la France et le Monde. Et ça explique la guerre Occident-Islamisme puisque les Islamistes sont les derniers antisionistes organisés ne chiant pas de trouille à l’idée d’être traités d’antisémites fascistes. Et la France fait la guerre à l’Islamisme au Mali, en Syrie, sans aucunement consulter à ce sujet la population française, « l’Elite » judéophile domine et méprise notre peuple goy (et les Gilets Jaunes osant parler de Non-Représentativité). Presque rien n’est plus actuel.

***********
Nouvelle réponse reçue (10/04/2019)
  Objection encore reçue : "Tu sembles accorder beaucoup de crédit à l'hypothèse typhus ( ou autres maladies mortelles ). L'Allemagne nazie comptait des centaines de camps: de mémoire, 1.8 M de prisonniers de guerre Français, plusieurs M de prisonniers de guerres Soviétiques qui n'était pas protéger par les Conventions de Genève et servaient également d'esclaves à la machine de guerre allemandes, auxquels s'ajoutaient plusieurs M de "travailleurs" drainés dans toutes l'Europe occupée, vivant tous dans des conditions alimentaires et sanitaires exécrables, qui se sont aggravées au fil de la guerre. Comment ce fait-il que le taux de survivants des Juifs soit de l'ordre du pourcent, alors que celui des prisonniers et "travailleurs" soit de l'ordre de plusieurs dizaines de pourcents ? Des chiffres plus précis doivent exister."
  Je re-réponds : Tes chiffres me font "sourire" : tu confonds « on nous a dit que… et nous croyons donc que… » avec « nous savons parfaitement que… ». C’est une erreur de logique, crédule, et je te donne entièrement droit à cette croyance, sauf quand tu affirmes que tout autre point de vue est forcément erroné. Ainsi, lors de la réunion des deux Allemagnes, les Allemands de l’Ouest ont été effarés par le délabrement et rendement minable des usines sidérurgiques est-allemandes alors qu’ils « savaient que » c’étaient les + performantes du monde… en « croyant » les chiffres officiels, totalement imaginaires mais bien orchestrés (et mes parents profs d’histoire-géo ont honte de ce qu’ils ont enseigné à tort comme la vérité indiscutable, tant pour l’industrie est-allemande que pour l’agriculture chinoise). De même la puissance atomique des Irakiens était chiffrée à quelque chose comme 18 Mt (pas 17 ni 19) mais en fait c’était zéro, hum. Le fait de disposer de chiffres (même officiels) ne prouve en rien qu’ils sont vrais. Je ne dis pas que je refuse la lecture de quoi que ce soit qui se prétende historique ou d’actualité, mais je préfère lire ça comme « mots et chiffres peut-être imaginaires » et pointer les contradictions. Le problème, ultra-spécifique en France, est que ma façon sceptique de faire est punie de prison, à cause du dogme sur la Shoah (prétexte à quasi inquisition de la part des affirmateurs).