l ortograf de patrisya
l ortograf de patrisya,
ékritur fonétik â lètr uzuèl

ékrir le frâsé parlé

"sa dur, î lö sâglô brûyö dé z idé kacé..."
par kristof mênyé, du 13/05/2007 ô 04/08/2007

"la tèr è blê kom un orâj" (pol éluar)
L'orthographe de Patricia,
écriture phonétique en lettres usuelles

Ecrire le Français parlé

"Ca (ça) dure, un long sanglot brouillon des idées cachées..."
par Christophe Meunier, du 13/05/2007 au 04/08/2007

"La Terre est bleue comme une orange" (Paul Eluard)

Pré-réflexions personnelles
Post-réflexion personnelle

Patricia Niezewska, classée handicapée mentale et inapte à la scolarité, a génialement inventé – pour son journal personnel – une écriture infiniment simple de la langue française : automatique et n'utilisant que des lettres standards. Elle m'a instantanément séduit, dans un domaine où tous les "éducateurs" m'ont longuement et durement torturé, sans argument.
Base
Présentation abrégée
Présentation complète
Comparaison
Autres équivalences
Discussion/Réserve
Numération
Conjugaison
Contexte
Objections/Réponses
Critique reçue
L'orthographe SMS de Gérard
Objection musicale
Pour un Français régulier et transparent à la finnoise
Excellente surprise !
(dernier ajout)

Base :
patrisya Français 1882-2015
    -
    -
    -
    -
Dans le son AN, on n'entend ni A ni N
La lettre X correspond au son KS (ou GZ)
La lettre Q n'apporte rien que des fautes d'orthographe
La lettre C se lit soit S soit K, sauf dans CH qui mériterait d'être (à la Russe) une consonne unique
Taper ÇÈÉ n'est pas standard voire pas permis, gênant la lecture
23 lètr
8 lètr dérivé (â,é,è,ê,î,ô,ö,û)
f-u-fu (...)
    -
    -
26 lettres (23+h,q,x) + 26 majuscules + 21 noms de lettres distincts (sauf aeiou: bé/cé/dé à double-vé/ix/i-grec/zèd)
17 lettres dérivées (à,â,ã,é,è,ê,ë,î,ï,ô,ö,ü,ù,û,œ,æ,ç) + 2 signes ( ' - ) + 9 noms associés
base b-a-ba (etc.) + 3 spéciaux (que, gu/gue/ge, cu/cue/ce)
  + 25 conventions (an,en,on,in,un,ei,ai,au,oi,ien,oin,ph,ch,sh,gn,ill,tie,tio,kh,am,em,om,im,um,eu)
  + millions d'exceptions et lettres muettes

Présentation abrégée : (04/06/2008)
patrisya Français 1882-2015
  â
  ê
  î
  ô
  û
  ö
  c
  an, en
  eu
  in, un
  au, ô
  ou
  on
  ch, sh
  wa
  wî
  yî
  ny
  oi
  oin
  ien
  gn
+ Suppression des anciennes lettres muettes ou doublées (sauf double son, genre "créé")
+ Simplification des lettres à multiple lecture ancienne (g lu gu/j/gn, s lu ss/z/sh, p lu pp/f, t lu tt/s, c lu s/k/ch, w lu w/v, x lu ks/gz, h lu ch/rien, n lu nn/an/un/on, m lu mm/am/um/om, u lu u/eu/ou/un, i lu i/oi/in, e lu e/eu/é/ien…)

Présentation complète : (correspondance / clé de lecture pour nous)
patrisya Français 1882-2015
 a     (de la)
 b     (de bu)
 ch     (de chu)
 d     (de du)
 e     (de tenir)
 f     (de fa)
 g     (de gré)
 i     (de fi)
 j     (de joli)
 k     (de képi)
 l     (de lu)
 m     (de manu)
 n     (de nu)
 o     (de dormir)
 p     (de pu)
 r     (de ru)
 s     (de su)
 t     (de tu)
 u     (de lu)
 v     (de vu)
 w     (de wapiti)
 y     (de canyon)
 z     (de zéro)
è 
 è     (de vipère)
é 
 é     (de tétu)
â 
 an     (de pan)
ô 
 au     (de faux)
ö 
 on     (de son)
û 
 ou     (de trou)
î 
 in     (de fin)
ê 
 eu     (de feu)
    Pour les sons étrangers, restent 4 consonnes disponibles: h q x ç, par exemple pour les h et th anglais, h ou kh transcrit de l'arabe, r russe etc. Si Patricia avait dû parler anglais, elle aurait peut-être gardé la lettre h pour le son h anglais, en portant le son kh sur la lettre x comme en russe et phonétique.
    Pour certains sons distingués par la phonétique en Français, une lettre ne lui a pas paru nécessaire: le ng de ring reste ng, le "uod" de puéril reste u.

Comparaison :
(dernière mise à jour: 05/09/2022, enrichi avec Wikipedia et un forum)

On entend un son, comment l'écrire ? et lit-on ailleurs les mêmes lettres pareillement ? Patricia a 1 réponse automatique, le Français 1882-2015 en a plein avec autant de fautes possibles/probables.

patrisya Français 1882-2015
 a â (de bâton)
à (de delà)
a (de panier non panthère ni cake ni lady ni eau ni pain ni saoul ni breakfast ni football)
e (de femme non petit ni table ni lest ni pedigree ni vent ni benjamin ni new-yorkais ni design)
as (de amas non asticot ni masure ni flash)
at (de chat non chaton ni éducation)
ats (de abats non Ratsinger ni Etats-Unis)
act (de exact non exactitude ni action)
acts (de exacts non Actson Corp)
ât (de appât non pâte)
âts (de appâts non Âtso Obispo)
ap (de drap non drapeau ni saphir)
aps (de draps non rhapsodie)
ars (de gars non tarse ni jars)
ac (de tabac non racler ni tache ni acide)
acs (de tabacs non lacs ni Jacson)
ach (de almanach non cacher ni krach)
achs (de almanachs non krachs)
az (de raz-de-marrée non azimut)
ah (de ah non allocation AAH)
ahs (de fellahs non Sandrine Ahson)
ae (de grœnendael non Caen ni maestro)
ao (de paonne non paon ni aorte ni août ni curaçao ni Yaoundé)
aa (de graal non Alat-Eaa-Draguignan ni afrikaans prononcé afrik'ans)
o (de township non logique ni pont ni boire ni embout ni loin ni noce ni loser ni patchwork)
ha (de brouhaha non hanche ni haie ni haut ni chameau ni chant ni chaise ni chaud ni prochain)
has (de brouhahas non chaste ni chasuble ni hasard ni haschisch ni phase)
hâ (de hâte non château)
he (de alzheimer non herbe ni chemin ni hein ni chewing-gum ni chez ni chef)
hi (de high-tech non histoire ni hindou ni chine ni chimpanzé)
ua (de navigua non tua ni tuant ni tuais ni iguane ni roua)
uas (de naviguas non tuas ni rouas)
uât (de naviguât non tuât ni rouât)
[autres : voir wa, ay, way dans Autres équivalences]
 b b (de ban non plomb ni subtil)
bb (de abbaye non chaîne-bbc)
bh (de abhorrer non bhv-Rivoli)
be (de cube non benêt ni berge ni alphabet ni benjamin)
bes (de cubes non bestial ni besace)
bent (de inhibent non Bentham)
bs (de snobs non obstacle)
bbe (de labbe non abbesse ni Abbendis ni logiciel Bbedit)
bbes (de labbes non abbesse)
 c ch (de chinois non technique ni macho ni loch)
sh (de shampooing non désherber)
sch (de schisme non schizophrénie)
che (de fiche non cheval ni archet ni cher ni lichen)
ches (de fiches non richesse ni orchestre)
chent (de marchent non Amine Chentouf)
sc (de fascisme non ausculter ni scier)
she (de crashe non Shetland ni sherpa ni désherber)
shes (de crashes non Shestakov)
shent (de crashent non collège Shenton)
shs (de crashs non New York City Shsat)
chs (de fuchsia non jeu Auf Achse)
sche (de esche non schefflera)
sches (de esches non sommet Schesaplana)
schent (de eschent non Eschentzwiller)
zsch (de nietzschéen non Azschi)
j (de pirojki non jeu ni fjord ni avion jet ni jota)
je (de bintje non jeu ni jet de pierre ni avion jet ni Henri Jenfèvre)
jes (de bintjes non majestueux ni galèjes)
chh (de Melwin Chhu)
 d d (de dormir non plafond ni grand enfant)
dd (de addition non tension ddp)
dh (de adhésif non transports dhl)
ddh (de bouddhiste non déclaration ddhc 1789)
de (de salade non dehors ni éden ni dentiste ni rhododendron)
des (de salades non destin ni desquels ni design ni Bengladesh)
dent (de perdent non dentier)
ds (de raids non pieds)
gd (de amygdale non Bagdad)
z (de pizza non jazz)
 e œu (de bœuf non bœufs)
œ (de œil non œcuménique ni œstradiol ni grœnendael)
eu (de jeune non déjeuner)
œu (de œuvre non nœud)
e (de booster non femme ni petit ni table ni lest ni pedigree ni vent ni benjamin ni new-yorkais ni design)
heu (de heure non heu)
hu (de hum non rhume no rhum ni chut)
he (de herd-book non hermine ni hertzien ni chemin ni chef ni biche ni appréhender)
u (de club non de lu ni pou ni brun ni faucille ni feu)
ai (de faisons non de aile ni ail ni ainsi ni e-mail)
i (de flirt non pic ni laitue ni peine ni poire ni fin)
a (de breakfast non panier ni panthère ni aigu ni eau ni pain ni saoul)
o (de patchwork non noce ni pont ni boire ni embout ni loin ni logique ni loser ni township)
ou (de rough non pou ni ouistiti)
ö (de röntgen non maelström)
 f f (de fou non neuf ans ni œufs)
fs (de esquifs non œufs)
fe (de parafe non ferme ni feignant ni fenouil ni fente ni feinte ni femme ni booster)
fes (de parafes non festin ni fessée)
fent (de parafent non fente)
ff (de affranchi non fédération fff)
ffe (de gaffe non pouffer ni offense)
ffes (de gaffes non commission ffessm bretagne)
ffent (de gaffent non médicament Effentora)
ffs (de bluffs non rallye ffsa)
ph (de phrase non pH-mètre)
phe (de paraphe non phellogène)
phes (de paraphes non Ephesus)
phent (de paraphent non phentermine)
phs (de alephs non phs-mobilier)
gh (de rough non afghan ni Ghislaine ni high-tech)
ghs (de roughs non hôpital Ghsr)
v (de kalachnikov non valise)
vs (de kalachnikovs non leimotivs ni vitesse vs)
 g g (de aigu non ange ni pagne ni gin ni rang ni Bourg-en-Bresse)
gu (de guidon non aigu ni guindé)
gs (de legs non gangster ni sangsue)
gg (de agglutiner non suggérer ni aggiornamento)
gue (de algue non guerroyer ni onguent ni orgueil)
gues (de algues non Daguestan)
guent (de intriguent non Markus Guentner)
gh (de afghan non Ghislaine ni rough ni high-tech)
ghs (de bobsleighs non roughs ni ghs international)
ghe (de nuraghe non ghetto)
ghes (de nuraghes non Pierre Ghestem)
gw (de Gwladys non Gwada)
c (de second non cri ni ciel ni chien ni croc)
 i i (de parking non aigu ni peine ni oiseau ni pin ni flirt ni outsider)
ï (de stoïque non coïncidence ni aïoli)
is (de brebis non piste ni toise ni poisse ni leishmaniose ni gneiss)
it (de acquit non piton ni roitelet ni leitmotiv)
its (de acquits non adroits ni kitsch ni attraits ni jiu-jitsu)
il (de gentil non filon ni grillon ni bail ni petit-fils)
ils (de gentils non Gilson ni petit-fils ni ails)
id (de nid non non acide ni laid)
ids (de nids non laids ni poids)
ie (de pie non pied ni ciel ni sien ni baie ni dieu ni client)
ies (de pies non sieste ni haies ni diesel)
ient (de trient non fiente)
ict (de amict non dictée ni diction)
icts (de amicts non stricts)
ix (de prix non pixel ni paix ni voix)
ih (de mihrab non Oihana voyages)
u (de business non aigu ni brun ni embout ni guidon ni feuille ni aube ni jiu-jitsu)
ui (de building non bruit ni fe ni juin ni deuil ni bab)
ïe (de ouïe non aïe)
ïes (de ouïes non des aïes de lamentations)
ïs (de haïs non maïs ni Moïse)
ït (de haït non Haïti)
î (de gîte non traîne ni vînmes ni boîte)
ît (de gît non maître ni boîte)
ii (de code Ascii non criions)
y (de acétylène non yaourt ni thym ni Leroy ni buggy)
ye (de rallye non yeux ni foyer ni balayette ni doyen ni paye)
yes (de rallyes non papayes ni polyester)
ys (de pays non paysan ni kyste)
yg (de amygdale ni polygame no oxygène)
e (de design non petit ni table ni lest ni pedigree ni vent ni benjamin ni new-yorkais ni femme ni booster)
ee (de week-end non pedigree)
ees (de frisbees non école eesa)
ea (de leader non beau ni geai ni steak)
eo (de people non cageot ni pigeon ni asseoir)
hi (de histoire non chinois ni hindou ni Ohio ni chien)
hie (de ébahie non fichier ni chien ni chienlit)
his (de ébahis non histoire ni torchis)
hies (de ébahies non branchies)
hit (de trahit non bronchite)
hy (de hygiène non hyène ni thym ni chy saigon)
hî (de envahîmes non chî'isme)
hît (de enahît non En Nabi Chît)
uy (de Tanguy non Guyane)
 j j (de jeu non blue-jean ni fjord ni jota ni pirojki)
je (de jeannette non jeu ni jeun ni jeûne ni avion jet ni jersey ni bintje)
jes (de galèjes non majestueux ni bintjes)
jent (de galèjent non Jentec Technology)
g (de angine non aigu ni pagne ni gin ni rang ni Bourg-en-Bresse)
ge (de bougeoir non gel ni genou)
ges (de anges non geste ni turgescence)
sges (de Vosges non disgestion)
sg (de vosgien non transgresser ni transgène)
gent (de bougent non gentil ni gentiane ni urgent)
gh (de Ghislaine non afghan ni rough ni high-tech)
gg (de aggiornamento non groggy ni suggérer)
zh (de Brezhnev non Alzheimer)
 k k (de képi non knock-out)
ks (de anoraks non Yorkshire)
ke (de coke non kermesse)
kes (de cokes non kesako)
c (de carotte non céleri ni chien ni croc ni seconde)
cs (de tics non tocsin ni crocs)
q (de coq non quelle)
qs (de coqs non fonction qsort)
qu (de antiquaire non adéquat)
que (de tique non quel ni éloquent)
ques (de tiques non question)
quent (de attaquent non éloquent)
cque (de grecque non becqueter ni socquette)
cques (de grecques non i'cquesi)
cu (de cueillir non curare)
cc (de accroc non accélérer ni succion ni Peccini)
ccu (de accueille non accumuler)
cch (de ecchymose non centre cchst)
cq (de Lacq non acquis)
cqu (de acquis non université cqu)
ck (de racket non enzyme ck)
cks (de stocks non Clacksons Manchester)
cke (de stocke non stocker ni racket)
ckes (de sockes non services ckes)
ckent (de stockent non ackenton)
ckh (de blockhaus non association ackh)
ch (de chronologie non chouette ni macho)
chs (de molochs non matchs)
g (de Bourg-en-Bresse non aigu ni ange ni pagne ni gin ni rang)
kh (de cheikh non boukha)
khs (de cheikhs non khsara fik)
kk (de drakkar non autoroute kkh)
khe (de sikhe non Kheops)
khes (de sikhes non bijou export Khesis)
x (de excès non axiome ni exema ni deuxième ni dix ni deux)
gk (de gingko non Agkistrodon contortrix)
 l l (de lu non fille)
le (de table non lecteur ni ensoleillé ni haleine ni lent ni plein)
les (de tables non lest ni lesté)
lent (de dévalent non lentille)
ll (de colline non grillon)
lle (de tranquille non quille ni aller ni pollen ni challenge)
lles (de tranquilles non quilles ni mollesse)
llent (de déballent non bâtiments Llentab)
ls (de bals non salsifis ni petit-fils ni pouls ni balsa ni ails)
lls (de trolls non licence llsh)
lh (de silhouette non gentilhomme)
lp (de sculpter non alpin ni alphabet)
ld (de veldt non soldat)
gl (de imbroglio prononcé imbrolio non glace)
 m m (de manoir non embout ni imbu ni essaim)
ms (de totems non hamster ni Reims)
me (de coutume non menace ni mentir ni vermeil)
mes (de coutumes non mesure ni messager ni domestique ni mes)
ment (de dorment non mentir ni mention)
mm (de sommaire non immanquablement)
mme (de somme non comment ni emmener)
mmes (de sommes non Mmes Dati et Yade)
mment (de assomment non comment ni commentaire)
ms (de totems non ms-word)
mms (de schlamms non maison Mmsh)
hm (de brahmane non commande chmod)
 n n (de noce non panthère ni brun ni pont)
ne (de aborigène non nette ni éminent)
nes (de aborigènes non nestorien)
nent (de contournent non continent ni continental)
nn (de annoter non ennui)
nne (de vienne non enneigé ni conditionnel ni chardonneret)
nnes (de chiennes non Onnestad)
nnent (de viennent non Annenta)
nns (de djinns non administration nnsa)
ns (de solens non anse)
mn (de condamnation non amnésie)
mne (de automne non indemne ni condamner ni condamnera)
mnes (de automnes non indemnes)
mnent (de comdamnent non faits familiaux Amnent)
nh (de menhir non enhardir ni piranha)
hn (de Johnson non schnock)
kn (de knock-out non Knorr)
sne (de Aisne non Snecma)
lne (de aulne non Alnebras)
lnes (de aulnes non mécicament Alnespirone)
ned (de corned-beef non Kennedy)
 o o (de noce non pont ni boire ni embout ni loin ni logique ni loser ni township ni patchwork)
os (de radios non albatros ni osé)
ho (de bonhomme non holà ni honte ni houle ni chope ni chose ni cochon ni choux ni choisir)
oi (de oignon non poire ni coin)
oo (de alcool non football ni coopérer)
u (de album non lu ni brun ni fou ni faute ni peur)
ü (de capharnaüm non Emmaüs)
hu (de rhum non hululer ni humble ni chuter)
hau (de exhaure non haut ni chaume)
hô (de hôpital non hôtel ni chômage)
uo (de quota non quoique ni duodénum ni tuons)
 p p (de pont non phrase ni galop)
ps (de caps non capsule ni corps)
pe (de cape non petit ni pente ni peine ni peintre)
pes (de capes non pestiféré ni peser)
pent (de coupent non pente ni serpent ni pentagone)
pp (de appel non association Apphim)
ppe (de grappe non appel ni japper ni appeler ni appendice)
ppes (de grappes non appesantir)
ppent (de frappent non appentis)
b (de subtil non bol ni plomb)
 r r (de fer non gars ni léger)
rr (de arrêt non outil rrd-tool)
re (de marbre non rein ni rendu ni reine ni adret ni remuer)
res (de marbres non restaurer ni resurgir)
rent (de tarent non rente ni parent)
rd (de coquard non coquarde)
rds (de coquards non Perdson)
rt (de dort non dortoir ni portion)
rts (de ressorts non Partson)
rc (de clerc non arc ni arceau ni arche)
rcs (de clercs non Clarcson)
rs (de cors non morsure)
rh (de rhume non service rh)
rrh (de logorrhée non responsable rrh)
rrhe (de catarrhe non groupe rrhe)
rrhes (de arrhes non Irrhes Ydal)
hr (de mihrab non camphre)
rre (de bagarre non marrer ni charette ni torrentiel)
rres (de bagarres non arrestation)
rrent (de bagarrent non torrentiel ni concurrent)
rf (de nerf non parfum)
rfs (de nerfs non turfs)
rg (de bourg non bourgade ni bourgeois)
rgs (de bourgs non Ergson)
rps (de corps non Terpsichore)
rrs (de torrs non processus rrservice)
er (de empereur non perte ni cerise ni aimer)
j (de marijuana prononcé mariruana non jeu ni fjord ni avion jet ni jota ni pirojki)
wr (de rewriter non rallye Wrc)
 s s (de carrousel non osé ni lus ni shampooing)
c (de céleri non carotte ni chien ni accroc ni seconde)
ss (de assis non Louie Asshon)
sc (de osciller non osculter ni schisme)
se (de comparse non sens ni serpe ni sein ni seul ni case ni noisette)
ses (de comparses non ses ni sesquiplane ni désespoir)
sent (de pensent non sentier)
sse (de casse non cassette ni assez ni assentiment ni dessein)
sses (de casses non Assestion)
ssent (de cassent non boutique Assentek)
ce (de douceâtre non cela ni cercle ni cendre ni ceinture)
ces (de farces non ces)
cent (de agacent non centime)
sce (de faisceau non sceller ni sceptre ni descente)
sces (de immisces non hôtel Scesaplana)
scent (de immiscent non parfums Scentessence)
ç (de ça)
sç (de acquiesçait)
t (de lotion non table ni fouet ni pont)
th (de forsythia non thym)
sth (de asthme non esthète)
ls (de petit-fils non fils-de-fer ni pouls ni valse ni balsa ni rails)
ts (de intelligentsia non tsunami)
x (de dix non axe ni exema ni deuxième)
z (de quartz non zéro ni raz ni nez)
cc (de liposuccion non accident ni accroc)
 t t (de termite non pont ni lotion ni béret)
te (de adepte non tenir ni test ni octet ni tension)
tes (de adeptes non test)
tent (de partent non tenture)
tte (de datte non lutter)
ttes (de dattes non attester)
ttent (de battent non attention)
tt (de attribut non prix ttc)
ts (de buts non tsunami)
th (de thé non asthme)
ths (de mammouths non hormone ths)
the (de menthe non éther)
thes (de menthes non thesaurus international)
tth (de Matthieu non hélicoptère tth)
tts (de watts non logiciel battstat)
taz (de Hirmentaz non tazobactam)
pt (de compter non optimal ni option)
pte (de compte non compter ni septentrional)
ptes (de comptes non électroniciens Ptesa)
ptent (de comptent non application Aptent)
d (de grand-oncle non dur ni fond)
dt (de veldt non groupement Adtim)
tre (de quatre-temps non quatre ni entrer ni alpestre ni autrement ni astreinte)
 u u (de aigu non brun ni embout ni guidon ni feuille ni aube ni jiu-jitsu ni business ni caudillo ni lunch)
us (de abus non lustré ni fous ni buse ni bleus ni austère)
uë (de aiguë non Buëmbo)
uës (de aiguës non Huëst)
ü (de würmien non capharnaüm)
û (de flûte non saoûl ni sûtra)
eû (de eûmes non jeûne)
eût (de eût non Eûty)
hu (de hululer non chuter ni humble ni rhum)
hue (de cohue non huer)
hues (de cohues non chues)
huent (de huent non chuent)
hus (de dahus non typhus ni Mathusalem)
hut (de chahut non chute)
huts (de chahuts non Hutson)
uth (de bizuth non luth ni mammouth ni authentique)
uths (de bizuths non luths ni mammouths)
ue (de crue non luette ni louer ni guet ni quenotte ni joue)
ues (de lues non ouest ni blues ni équestre ni obsèques ni joues)
uent (de muent non jouent)
eu (de eu non jeune ni déjeuner)
eue (de eue non bleue)
eus (de eus non Zeus ni creuse ni pneus ni Teushiland)
eut (de eut non neutre ni veut)
eues (de eues non comité Ceues)
ût (de affût non affûter ni voûte)
ûts (de affûts non consul Dûtson)
ut (de attribut non tout ni buter ni auto ni meute ni parution ni caution)
uts (de attributs non atouts ni hauts ni putsch ni outsider)
ul (de cul non pulsation ni seul ni épaule ni boule)
uls (de culs non pouls ni pulsion)
ux (de reflux non poux ni feux ni luxe ni taux ni bauxite ni deuxième)
ud (de palud non paludisme ni chaud ni coude)
uh (de uhlan non bouh)
 v v (de valise non Azov)
w (de wagon non wapiti ni new-yorkais)
ve (de active non venir ni vent ni veine ni veau)
ves (de actives non veste)
vent (de esquivent non ventre ni vent)
vs (de leitmotivs non kalachnikovs ni vitesse vs)
bv (de Lefebvre non subvenir)
bu (de Lefébure non bucolique ni tribun)
f (de neuf ans, non fil ni œufs)
we (de interviewe edelweiss ni week-end ni wellingtonia)
wes (de interviewes non western)
went (de interviewent non Wentai Technology)
 w w (de wapiti non wagon ni new-yorkais ni clown ni bungalow)
wh (de whisky non Who's Who)
ou (de ouistiti non poule ni rough)
o (de poêle non pose ni poule ni pont ni poire ni pont ni football)
oo (de shampooiner non zoo ni zoom)
u (de adéquat non équarissage ni mur ni brun ni poule ni feu ni aube)
hu (de cacahuète non hutte ni Huns)
hou (de cacahouète non houppette)
 y y (de yaourt non acétylène ni Leroy ni buggy ni thym)
ys (de cow-boys non pays ni buggys)
ye (de pagaye non yen ni yeoman ni yeux)
yes (de pagayes non Yes!)
yent (de bayent non Yenta production)
i (de acier non lit ni lin ni loi ni aigu ni flirt ni peine ni outsider)
il (de rail non pilon ni aile ni poil)
ils (de rails non Gilson ni exils)
ill (de paillasson non fille ni mille)
ll (de briller non mille)
lle (de fille non paille ni mille)
lli (de vanillier non alligator)
ille (de paille non fille ni mille ni ailleurs ni babiller ni caillette ni grésillement)
illes (de pailles non Antilles ni gentillesse ni vieillesse ni veilles ni tranquilles ni maroilles)
illent (de taillent non Aillention)
illi (de médaillier non illimité)
ï (de aïoli non maïs ni coïncidence)
ïe (de aïe non ouïe)
ïes (de pagaïes)
ïs (de samouraïs non ïshmael)
j (de fjord non jeu ni jota ni avion jet ni pirojki)
hi (de hiatus non chien ni hindou ni hibou ni shintoïsme ni tee-shirt)
hy (de hyène non hygiène ni thym)
yy (de Abu Sayyaf)
lh (de gentilhomme non silhouette)
g (de design non gros ni gentil ni pagne ni gin ni rang ni Bourg-en-Bresse)
gh (de high-tech non Ghislaine ni afghan ni rough)
gui (de laguiole non gui ni guindé)
ii (de étudiiez pas chaise koii)
yi (de essayiez pas Moyibi)
ilh (de Jean Anouilh pas bilharziose)
 z z (de zéro non nez ni raz ni quartz)
ze (de bronze non gazette ni Zeus)
zes (de bronzes non zest)
zent (de bronzent non combinaison zentai)
zz (de jazz non pizza)
zh (de Alzheimer non Brezhnev)
s (de osa non asocial ni lus ni shampooing)
se (de ose non sens ni baser ni sein ni seigle ni seul)
ses (de poses non session ni désespoir)
sent (de osent non sentier)
sh (de déshydrater non flash)
s h (de jours heureux non longs haricots)
si (de business non silence ni osier ni raisin ni Asie)
x (de deuxième non axe ni exema ni dix ni poux)
ls (de gentilshommes non valse ni pouls ni balsa ni étals ni ails)
ts (de Etats Unis non abats ni Ratsinger)
 é é (de dé non événement)
er (de jouer non jouera ni ternir ni fera)
ers (de légers non persan ni missile Pershing)
et (de jouet non sommet ni fret ni ethnie ni jeté)
ets (de jouets non sommets ni frets ni quetsche ni mets)
ez (de nez non alezan ni Suez ni recez)
ef (de clef non efendi ni chef)
efs (de clefs non chefs ni voiture Efsane)
es (de desquels non destin ni haies ni mesures ni Bengladesh)
est (de il est non lest)
æ (de ex æquo)
œ (de cœlacanthe non bœufs ni bœuf ni grœnendael)
ai (de aigu non traite ni train ni faisable ni caillou ni e-mail)
ait (de parfait non laitage)
aits (de faits non association aits)
aix (de paix non Aixam)
aie (de gaieté non plaie)
aî (de aîné non traîne)
ei (de eider non peine ni plein ni geisha ni cueillir)
e (de pedigree non vent ni sec ni femme ni poutre ni chemin ni new-yorkais ni benjamin ni design ni booster)
ê (de gêner non fenêtre ni poêle)
ee (de pedigree non frisbee)
ees (de pedigrees non frisbees)
ée (de allée non préemption)
ées (de allées non préestimé)
éent (de créent non préentériné)
és (de allés non réseau)
ed (de pied non redite ni oued)
eds (de pieds non oueds)
eh (de keffieh non dehors ni Gizeh)
ehs (de keffiehs non école ehsep)
ehe (de yohimbehe non pompe Eheim)
ehes (de yohimbehes non école Ehess)
a (de lady non tache ni rampe ni pain ni épaule ni paix)
ë (de canoë non Noël ni ciguë)
ës (de canoës non Wësh)
ey (de poney non seyant)
eys (de poneys non geyser)
ier (de peignier non hier ni lier ni liera)
iers (de peigniers non tiers ni fruitiers)
hé (de cohérent non chéri)
he (de hennissement non herbe ni chemin ni chef ni chez)
hes (de Hervé Ghesquière non richesse ni riches ni arrhes ni orchestre ni Hesher)
hai (de souhaiter non souhait)
y (de buggy non acétylène ni yaourt ni Leroy ni thym)
ys (de buggys non cow-boys ni pays)
uai (de larguai non tuai ni rouai)
 è è (de vipère)
ès (de abcès non cacatoès ni pèse ni Wèsh)
é (de événement non été)
e (de sec non poutre ni vent ni chemin ni femme ni new-yorkais ni benjamin ni pedigree ni design ni booster)
ê (de fenêtre non poêle ni gêner)
êt (de prêt non prêter)
êts (de prêts non Rêtsh)
ë (de Noël non canoë ni ciguë)
ei (de peine non plein ni geisha ni eider ni cueillir)
eî (de reître non El Sheikh Zeîn)
ey (de geyser non poney ni seyant)
eys (de poneys non geyser)
ex (de Mont Saxonnex non exemple ni exclu)
ai (de traite non train ni faisable ni caillou ni aigu ni e-mail)
aî (de traîne non aîné)
aît (de plaît non gaîté)
ais (de niais non niaise)
ait (de attrait non traite)
aits (de attraits)
aid (de laid non laide)
aids (de laids non virus aids)
aie (de baie, non gaieté)
aies (de baies non organisation Aiesec)
aient (de aient non Aaron Aienta)
aix (de paix non Aixam)
ay (de tramway non raya ni rayon ni rayer)
ays (de tramways non paysan ni pays)
aye (de maye non paye ni abbaye ni ayez ni cayeu)
ayes (de mayes non payes ni abbayes)
ect (de aspect non spectacle)
ects (de aspects non abjects)
et (de goret non petit ni fret ni guetter)
ets (de gorets non aguets ni frets ni quetsche)
es (de tu es non pesant ni resplendir)
est (de il est non estival)
ea (de steak non beau ni geai ni tissu Jean ni prénom Jean)
ef (de chef-d'œuvre non chef)
ef (de chefs-d'œuvre non chefs)
ez (de recez non allez ni Suez ni alezan)
ae (de Laeticia non Caen ni maestro)
aë (de Laëtitia non Israël)
æ (de et cætera)
a (de attrayant non tarte ni camp ni beau ni sain)
hè (de hère non chère)
he (de herculéen non hennissement ni chemin)
hê (de hêtre)
hai (de haine non chaise)
haie (de haie non machine à laver Haier)
haies (de haies non Carl Haieson)
hais (de hais non site Haisoft ni chaise)
hait (de souhait non souhaiter ni Haitong Securities)
haits (de souhaits non Atagawa Haitsu)
hei (de boghei non apartheid)
hee (de jonkheer non Cheetah)
hea (de boghead non François Cheanne ni logiciel Cheat Engine)
eh (de pehlvi non fédération Ehl)
œ (de œstradiol non œdème ni œnologue ni grœnendael)
egs (de legs prononcé lè non legs prononcé lèg)
uaient (de larguaient non tuaient ni rouaient)
uait (de larguait non tuait ni rouait)
uais (de larguais non tuais ni rouais)
 â an (de panthère non panier)
en (de tente non tenir ni bien ni éden)
ens (de gens non censure ni riens)
am (de jambe non caméléon ni dams)
em (de emmener non remise ni idem ni femme ni gemme ni sempiternel prononcé simpiternel)
ean (de prénom Jean non tissu Jean)
ant (de dormant non dormante)
ants (de commandants non magasin Antstore)
ent (de cent non tenture ni parlent)
ents (de clients non école Entsoa)
end (de prend no pendu ni agenda)
ends (de prends non Endstille)
eng (de hareng non engin ni englober)
engs (de harengs non Christian Engström)
ans (de pans non pansement)
aon (de faon non lycaon)
aons (de faons non lycaons)
and (de allemand non mandat)
ands (de allemands non emplois Randstad)
hen (appréhender non chenil ni lichen ni hennir)
ham (de hampe non chamois ni hameau)
han (de hanche non chanter ni diaphane)
hans (de ahans non hanse)
amp (de camp non camper)
amps (de camps non Ampsin)
emps (de temps non Gilles Empson)
emp (de exempte non emploi ni emphatique)
empt (de exempt non logiciel Emptoris)
empts (de exempts non Emptsa)
anc (de franc non franche ni lance ni brancard)
ancs (de francs non établissement Ancsec)
ang (de sang non sanguin ni ange)
angs (de sangs ni sangsue ni gangster)
aen (de Caen non association Aenor)
ão (de sertão non João Pinto)
ãos (de sertãos)
aan (de afrikaans prononcé afrik'ans non prononcé afrikanns)
ams (de dams non hamster ni Samson)
eand (de Vivien Perreand non Cubana Perreando)
uant (de naviguant non tuant ni rouant)
 ô ô (de rôle)
o (de logique non pont ni boire ni embout ni loin ni noce ni loser ni township ni patchwork)
op (de trop non opération ni ophtalmologie)
os (de dos non disposer ni albatros)
ops (de galops non autopsie)
oc (de croc non crochet ni occire ni toc ni noce)
ocs (de accrocs non focs ni tocsin ni restaurant Ocshark)
ot (de abricot non dot ni iota ni lotion)
ots (de argots non Botswana)
ods (de lods non société Odsi ni boutique Nodshop)
oh (de cohue)
oz (de Les Carroz d’Arâches non ozone)
a (de football non panier ni panthère ni aigu ni eau ni pain)
au (de préau non préaus ni caudillo)
aus (de préaus non austral ni clause)
aux (de faux non auxiliaire)
aut (de artichaut non automne ni précaution)
auts (de artichauts non Florent Autson)
aulps (de Saint Jean d’Aulps)
eau (de peau non peaux)
eaux (de peaux non Eauxo)
aul (de aulne non Paul)
aulx (de aulx non Aulxo)
ault (de marsault non Gaultier)
aults (de marsaults non Aultsville)
aud (de badaud non audace)
auds (de badauds non driver audstub)
ôt (de tôt non hôtel)
ôts (de dépôts non inoculum Ôtsa)
oth (de goth non gothique)
oths (de goths non Rothschild)
ow (de bungalow non bowling ni township)
ows (de bungalows non instructeur owsi)
oa (de toast non cloaque)
œ (de grœnendael non œstradiol ni œdème ni œnologue)
aw (de crawl non hawaïen ni tomahawk)
ach (de yacht non achat ni macho ni tachycardie ni almanach prononcé almana)
al (de walkman non alizé)
ao (de curaçao non faon ni cacao ni août ni paonne ni Yaoundé)
aos (de curaçaos non chaos ni Laos)
eo (de yeoman non asseoir ni pigeon)
ho (de holà non bonhomme ni honte ni houle ni chope ni chose ni cochon ni choux ni choisir ni photo)
hô (de hôtel non chômage ni hôpital)
hot (de cahot non hotmail ni Daniel Chotard)
hots (de cahots non Lhotse ni Sergio Chotsourian)
ha (de hall non habit ni chat)
hau (de hauban non chaume)
heau (de heaume non Amanda Cheau Seng)
haut (de haut non hauteur)
hauts (de hauts non Huit chauts de bretagne)
haw (de tomahawk non hawaïen)
u (de caudillo non aigu ni brun ni embout ni guidon ni feuille ni aube ni jiu-jitsu ni business)
uo (de distinguo non fluor ni gluon ni Buoux)
oö (de Lous Pioös)
 ö on (de son non sonate ni monsieur)
ons (de étalons non tonsure)
ont (de pont non pontife)
onts (de ponts non Ontse Petlele)
ond (de fond non fondue)
onds (de plafonds non oreillers Ondska)
ong (de long non longeron ni longueur)
ongs (de longs non gongs)
onc (de ajonc non once ni concave ni bronche)
oncs (de ajoncs non Toncsa)
ong (de long non longue ni longer)
ongs (de longs non restaurant Songsan)
om (de plombier non pomme)
oms (de noms non Chomsky)
omb (de aplomb non plombier)
ombs (de aplombs non Tombstone ni Combs la Ville)
omp (de compte non pompier)
omps (de interromps non Hompsa)
ompt (de interrompt non compte)
ompts (de prompts non société Gomptsa)
un (de acupuncture non punaise ni brun ni lunch)
um (de lumbago-prononcé-lombago non puma ni paume ni rhum ni lumbago-prononcé-limbago)
ung (de pacfung non Rungis ni Ounga-Bunga ni Aung San ni jeu Fungames)
hon (de honte non honneur ni tranchons)
hom (de hombre non homard)
uons (de naviguons non ruons ni rouons)
onx (de Pontonx-sur-l'Adour non Onxeo Bourse)
 û ou (de fou non ouistiti ni rough)
où (de où)
oux (de roux non jouxter)
ous (de clous non blouser ni ouste)
oup (de coup non coupe)
oups (de coups non oups!)
ouls (de pouls non Soulsavers)
oue (de boue non fouet ni Rouen)
oues (de boues non ouest)
oub (de radoub non double)
oubs (de radoubs non Oubson)
ouent (de trouent non Ouenta Ltd)
oug (de joug non bougie ni nougat)
ougs (de jougs non Djebel Dir el Ougsa)
ouh (de bouh)
oult (de poult-de-soie non Oulton Park)
uou (de piquouze non Buoux en Bauges)
ue (de blues non bleues ni cruel ni boue ni fuel ni grue ni guetter)
u (de kung-fu non aigu ni brun ni embout ni guidon ni feuille ni aube ni lunch)
us (de haïkus non bus ni usage)
û (de sûtra non sûr ni saoûl)
uu (de weltanschauung non protocole uucp)
ouc (de caoutchouc non toucher ni bouc)
oucs (de caoutchoucs non boucs)
out (de tout non brouter ni knock-out)
outs (de bagouts non Irkoutsk ni outsider)
oud (de coud non coudre)
ouds (de couds non Oudshoorn)
oût (de coût non aoûtat)
oûts (de coûts)
oû (de croûte)
oûl (de soûl)
oûls (de soûls)
aou (de saoule non raout)
aoul (de saoul non Raoul)
aouls (de saouls non Aoulso Toulson)
août (de août non aoûtat)
oo (de football non alcool ni coopérer)
ow (de bowling non bungalow)
ew (de interview non steward ni chewing-gum ni interviewer)
ewe (de interviewe non Ewen)
ewes (de interviewes non programme Ewesoft)
ewent (de interviewent non Ewenta)
ews (de interviews non Paul Ewson)
ow (de clown non bungalow ni cow-boy ni township)
hou (de houblon non chou)
houx (de houx non choux)
houe (de houe non chouette ni échouer ni silhouette)
houes (de houes non Houest)
hout (de racahout non Bhoutan)
houts (de racahouts non Houtschild ni Pitchouts)
hoo (de hooligan non Choose)
o (de loser non noce ni pont ni boire ni embout ni loin ni logique ni township ni patchwork)
 î in (de lin non lino ni laine ni moine)
ins (de fins non installer ni Minsk)
int (de parvint non intérieur ni badminton)
ing (de vingtaine non vingt ni singe)
ings (de bastings non bastaings)
ingt (de vingt non vingt-cinq)
ingts (de quatre-vingts non Ingtsa)
inct (de distinct non distinctif)
incts (de distincts non inctso)
ain (de pain non plaine)
ains (de pains non ainsi)
ainc (de vainc non vaincre ni Anna Vainchtein ni Arold De Vainci)
aincs (de vaincs)
aint (de craint non craintif)
aints (de craints non Taincts)
aing (de parpaing non Aingeville)
aings (de parpaings non Aingsa)
aim (de essaim non essaimer)
aims (de essaims non association Aimsa)
ein (de plein non veine)
eins (de pleins non einsteinium)
eint (de peint non peinture)
eints (de peints non Eintsein)
eing (de blanc-seing non Eingang)
eings (de blancs-seings non Eingsein)
im (de imbu non limousine)
eim (de Reims non aménagement Reimo)
ïn (de coïncidence non cocaïne)
în (de vînmes non chaîne ni dîner)
înt (de vînt non vînte)
ym (de thym non thymus)
yms (de thyms non unité Dymset)
yn (de lyncher non dynamo)
em (de sempiternel prononcé simpiternel non emmener ni remise ni idem ni femme ni gemme ni sempiternel prononcé sampiternel)
en (de agenda non agence ni éden)
ens (de viens non gens ni tension)
ent (de vient non vent ni aventure)
enc (de Mont-Mezenc non encadré ni enchère ni enceinte)
hin (de hindou non chinois)
hein (de hein non Heineken)
hen (de hendécagone non hennir ni préhension ni lichen ni chenil ni groschen)
im (de immanquable non immanent ni aime ni Reims ni Boimondau ni Deimos ni Beimo Réalisation)
(-----)
un (de brun non bruni ni aune ni kung-fu ni toundra ni lunch prononcé leuntch)
uns (de bruns non Brunswick)
hum (de humble non humide ni rhum)
hun (de Hun non Rhune)
huns (de Huns non menuiserie Hunsinger)
um (de lumbago non lumière ni rhum ni poumon ni baume ni Heume-l'Église)
ums (de parfums non Jean Alain Boumsong ni rhums)
unt (de défunt non défunte ni danse country)
unts (de défunts non Huntsville)
eun (de jeun non jeune)
 ê eû (de jeûne non eûmes)
eu (de déjeuner non jeune ni eus)
eux (de vieux non Euxon Corporation)
eus (de pneus non Zeus ni creuse ni eus ni Teushiland)
eue (de bleue non eue)
eues (de bleues non eues)
eur (de monsieur non heure)
eurs (de messieurs non cours Eursek)
eut (de veut non neutre ni eut)
euf (de neufchâtel non veuf)
ai (de faisable non traine ni train ni caillou)
on (de monsieur non pontife ni poney)
œ (de œdème non œstradiol ni œil)
œu (de chœur non bœufs)
œud (de nœud)
œuds (de nœuds)
œufs (de bœufs)
œux (de vœux)
e (de mesura non tenir ni femme ni lest ni new-yorkais ni table ni benjamin ni vent ni design ni booster)
euh (de euh)
euhs (de chleuhs)
euhe (de chleuhe non projet Euheart)
euhes (de chleuhes non Euhesh)
heu (de heureux non heure)
ö (de maelström non Özcan Deniz)
oë (de oëse non noël)
öh (de föhn)
oeh (de foehn)

Autres équivalences :
patrisya Français 1882-2015
 wa wa (de wapiti non wagon)
woi (de Dewoitine non Woincourt)
oi (de boire non coin ni oignon)
oy (de Geoffroy non aboyer)
oye (de moye non moyen ni moyenne ni loyer ni joyeux)
oyes (de Troyes non Oyester-muscles)
o (de aboyer non sole ni logique ni pont ni fou ni poire ni loin)
ois (de bois non boiserie ni poisson)
oî (de boîte non tribu boîn)
oid (de froid non froideur)
oids (de poids non Oidsa)
oix (de noix non soixante)
oie (de aboiement non office OIEau)
oies (de oies non Rudolf Oiesel)
oient (de croient non Boientat)
oit (de adroit non droite)
oits (de adroits non Oitsumerareta)
oigt (de doigt non doigté)
oigts (de doigts non Poigtson)
oig (de doigté non oignon ni poignée)
eoi (de asseoir non Eoin Colfer)
eois (de bourgeois non Geoism)
oît (de surcroît non croître)
oîts (de surcroîts)
oua (de douane non Douai ni rouage ni chouan)
ua (de adéquate non équarissage ni sua ni suant ni suaire)
uat (de adéquat non quatre ni équation)
uats (de adéquats non squatsh)
oe (de moelle non coexistence ni coercition ni foehn)
oê (de poêle)
hoi (de hoirie non choix)
 wî oin (de loin non moine)
oins (de foins non Coinsantos)
oint (de point non pointure)
oints (de joints non Mointsa)
oing (de poing non Oingo Boingo)
oings (de poings non Voingson)
oingt (de Oingt-en-Beaujolais)
ooing (de shampooing non correcteur Booing)
ooings (de shampooings)
ouin (de bédouin non fouine)
ouins (de pingouins non Conceptia Ouinsou)
ouain (de Souain non Mohamed Bouaine)
oens (de Samoens non Oensingen)
win (de Winberg non chewing-gum)
wyn (de Wynberg)
wun (de Wunberg)
wain (de Wainberg)
wim (de Wimberg)
wym (de Wymberg)
wum (de Wumberg)
waim (de Waimberg)
hoin (de Brice Hoinville non Grégory Choine)
 yî ien (de bien non audience ni mienne ni aient ni croient)
iens (de liens non bienséance)
ient (de tient non crient)
ïen (de païen)
ïens (de païens)
yen (de troyen non moyenne ni Mayence)
yens (de troyens ni yens ni Yensabai)
yun (de Yuntel non Yunnan)
yin (de Yingénieur non Ying Yang)
yain (de Yainville non Yaine)
yein (de Ryein non Ryeinart)
yum (de Yumbago non vêtements Yumi)
yim (de Yimbu non Dania Sanchez-Yimura)
yaim
yeim
hien (de Hien non chien ni chienne)
 yö ion (de pion non Dionysos)
ions (de espions non ouvrages Ionsat)
yon (de Lyon non embryon ni ayons ni canyon)
hion (de Monique Hion non Michel Chion ni Chionodoxa forbesii)
 yû you (de bayou non voyou)
yous (de bayous non voyous)
iou (de fioul)
ious (de binious non palais Ioussoupov)
illou (de caillou)
illoux (de cailloux)
ew (de new-yorkais non Ewok)
iew (de interview non panorama Viewat)
iews (de interviews non portail Viewsurf)
ue (de fuel non rue ni ruelle ni roue ni guet ni baguette ni que ni algue ni blues)
hyou (de Hyouton)
hiou (de Malik Hioune)
 ks x (de axiome non exema ni deuxième ni dix ni deux)
xe (de axe non exercice ni axer)
xes (de axes non Xess car)
xent (de axent non protocoles Xentech)
ct (de action non acte)
cc (de accélérer non accroc ni liposuccion ni Peccini)
xc (de exception non excavation)
xs (de exsangue)
xt (de immixtion non mixte)
cs (de tocsin non chocs)
ks (de Clarkson non Yorkshire)
kc (de Takci non bakchich ni Akca)
qs (de logiciel Aqsis non coqs)
qce (de société Aqcera)
chce (de Techcenter Mulhouse)
 gz x (de exema non axe ni deuxième ni dix ni deux)
xh (exhumer)
cz (de eczéma non tuiles Acza)
gz (de Agzom)
 ny gn (de accompagner non agnostique)
gne (de cygne non gneiss ni aligner ni cagneux)
gnes (de cygnes non Agnes)
gnent (de épargnent non Gnenta)
gni (de châtaignier non magnifique)
ny (de canyon non nylon ni nymphe)
ni (de fanion non niveau ni bénin)
 ey oglie (de De Broglie non Moglie Bellissima)
œil (de œil)
ueil (de cercueil)
ueils (de cercueils)
ueille (de cueille)
ueilles (de cueilles)
ueillent (de cueillent)
euy (de Minareli Keuy)
euill (de Keuilla Drake)
ueuy (de Cueuy)
heuill (de Heuilley-sur-Saône non forêt de Cheuilly)
 kw qu (de adéquat non quel)
ku (de Kuala-Lumpur non kung-fu)
cw (de Georges Cwang)
kw (de Kikwit)
qw (de Qwan)
 tc tch (de tchèque)
ch (de machisme non chemin ni technique ni loch)
ci (de ciao non cire ni cinq ni ciel ni Peccini)
cc (de Stéphan Peccini non accord ni accident ni succion)
tsh (de Onitsha)
 si tie (de démocratie non tien ni tiers ni ortie)
si (de silence non fantaisie ni tension)
sci (de scission non scinder ni sciotte ni escient)
scie (de scie non science ni sciemment)
scies (de scies non Fritz Schiesser)
scient (de scient non scientifique)
ssi (de assistance non passion ni bassin)
ssis (de assis non cassis ni assise)
ssie (de vessie non essieu ni dossier ni assiette)
sy (de systématique non synthèse ni Sisyphe)
ssy (de dissymétrique)
cy (de cyclique non cymbale ni cyan)
ci (de citerne non cingler ni ciel ni ciao)
cie (de superficie non ciel)
cies (de bénéficies non Ciesas Occidente)
cient (de bénéficient non scientifique)
 sy ti (de invention non démocratie ni tirer)
ssi (de passion non bassin ni assister)
si (de tension non silence ni fantaisie)
sci (de science non scie ni scinder ni sciotte)
cy (de cyan non cyclique ni cymbale)
ci (de remercions non cinéma ni larcin ni ciao)
cci (de liposuccion non accident ni succinct)
sy (de forges Syam non syncope)
ssy (de Ssya non Ssyn)
scy (de Scyavuru non Scylla)
 ai ahi (de trahi non cahier ni cahin caha)
aï (de caïman non aïoli ni Caïn)
ahee (de Dahee)
ai (de Aicha non aigu ni graine ni caillou ni pain)
ahis (de trahis non trahison)
ahie (de trahie)
ahies (de trahies)
ahit (de trahit)
haït (de haït)
ahît (de trahît)
ahî (de trahîmes)
hahi (d'ange Hahiuiah)
 ay i (de rewriter non pic ni peine ni laitue ni vin ni poire)
ail (de ail non aile)
aill (de caillou non taillent)
aille (de taille non aillent)
ailles (de tailles non Aillest)
aillent (de taillent non Aillente)
aï (de aïeul)
haill (de haillon non palais de Chaillot)
haille (de élevage Haille Au Loup non Le Haillen)
hailles (de Hailles non Haillest)
 way oy (de aboyer non Leroy)
ouail (de Ouail)
ouaille (de ouaille non Ouaillent)
ouailles (de ouailles non Ouaillest)
ouaillent (de gouaillent non Ouaillente)
waii (de hawaiien)
way (de Wayo non tramway)
houail (de Houail non Amine Chouail)
houaille (de Houaille non Chouaille)
 dj dj (de adjacent)
g (de gin non gamin ni ange ni pagne ni Bourg-en-Bresse ni rang)
j (de tissu Jean non jeu ni fjord ni jota)
dge (de badge non budget ni gadget)
dges (de badges non société Adgest)
dg (de budget non badge)
gg (de aggiornamento non agglutiner ni suggérer)
  - apostrophe (de aujourd'hui)
a (de saoul non ta ni an ni graine ni faux)
b (de plomb non bu)
c (de blanc non coi ni ce ni chat)
d (de fond non du)
e (de lue non venu ni sec ni vent ni femme ni benjamin ni new-yorkais ni pedigree ni design)
ë (de aiguë non Noël no canoë)
f (de oeufs non facile)
g (de rang non gars ni geai ni pagne ni Bourg-en-Bresse)
h (de ah non chat)
hh (de wahhabite)
i (de chataignier non pile ni aigu ni oiseau ni pin ni flirt ni outsider)
k (de dock non képi ni knock-out)
l (de gentil non la ni fille)
m (de pomme non manuel ni embout)
n (de sonne non nu ni an ni un ni on)
o (de faon non sol ni trop ni on ni où ni boire ni loin)
p (de drap non pu ni phrase)
q (de acquérir non qui)
r (de monsieur non cru)
s (de lus non su ni ose ni shampooing)
t (de pont non tu ni notion)
u (de qui non tu ni ou ni aube ni seul ni roue)
w (de bungalow non wapiti ni wagon ni new-yorkais ni clown)
x (de faux non axe ni xénon ni deuxième ni dix ni examen)
z (de raz non zéro)

Discussion/Réserve :
* Le seul "argument" qui m'a été asséné pour justifier l'orthographe française fut "parce que c'est la TRADITION". Je conteste que ce soit un argument recevable : une tradition constitue une habitude, et une mauvaise tradition mérite d'être changée, même si tout changement difficile est discutable. Exemple : quand on attrappait la tuberculose, la tradition était de mourir jeune, mais en quoi aurait-ce été une "raison" pour rejeter les médicaments qui pouvaient changer cela ? Les raisons discutables étaient bien plutôt le coût des pilules, l'équilibre des cotisations/retraites après accroissement de l'espérance de vie. De même : la guerre tribale, l'esclavage, l'anthropophagie, le viol, ont pu être des traditions, cela ne les légitime absolument en rien.
* Ce n'est pas hors-sujet : pourquoi subordonner toute utilisation de l'outil écriture/lecture à la préservation d'archaïsmes éternels ? Les langues modernes semblent se fonder sur une tradition contestable : quelques exploiteurs oisifs (nés "Nobles") se seraient réservés un accès privilègié à l'écrit (donc l'administration et les textes sacrés), prenant une décennie pour l'apprendre en cours particuliers, avec une infinité de pièges dissuadant les travailleurs de peine auto-didactes. Casser cette tradition était généreux, fournissant à chaque individu le bénéfique outil qu'est l'écriture/lecture (utile/enrichissante). Accomplissant cette oeuvre humaniste qu'est l'école pour tous, les Russes ont considérablement simplifié leur écriture en éliminant la moitié des lettres, qui faisaient doublons (comme nos q et x), pour "écrire comme ça se prononce" en connaissant simplement LE caractère de chaque son [certes sauf ts,tch,chtch,ya,you,yé]. Pour les Français, le célèbre Jules Ferry ne l'a pas du tout fait en 1882. La machine de l'école publique a dès lors dressé des générations à la dure (soumission exigée à d'innombrables pièges inutiles) et les électeurs d'aujourd'hui l'approuvent, pour refuser tout nouvel apprentissage les concernant eux-mêmes, tant pis pour leurs enfants. L'égoïsme et le peu d'appétence de l'effort semblant majoritaires, tout pourrait être bétonné, démocratiquement.
* Les linguistes ont inventé des alphabets phonétiques universels (avec 1 lettre pour an/un/on/ch, 2 lettres pour x, 1 même lettre pour k et q) mais ils sont dépourvus de version cursive (pour manuscrits rapides), indisponibles sur clavier standard (pour frappe dactylographiée courante ou Internet facile), et impopulaires avec leurs nuances peu discernables et leurs quantités de nouveaux signes rébarbatifs. Sans prétentions grandiloquentes, la génération des adolescents "SMS" a essayé de simplifier l'écriture française sur clavier standard ("kan va tu a pari" pour "quand vas-tu à Paris") mais semble avoir été bloquée par l'absence d'accent sur certains claviers numériques (manquant donc de caractères pour traduire tous les sons) et a pris l'habitude d'un "anti b-a-ba" basé sur les noms de touches ("c le k 2 pla kil m", pour "c'est le cas de plat qu'il aime"). L'humble Patricia a elle été écrasée pour avoir inventé une transcription de la phonétique sur lettres standards, en peinant alors à intégrer les règles inutiles du langage scolaire.
* Certains enseignants ont au passage rejeté le simplisme de l'apprentissage phonétique (b-a-ba), jugé inadapté au Français, et cela mérite réflexion. Sans phonétique aucune, le Chinois, l'Egyptien antique (voire la mathématique et le "Français en lecture globale") sont des langues picturales: l'écriture n'a aucun rapport avec la prononciation. Dans une dictée, si on vous demande d'écrire "Shangaï", vous risquez d'écrire "Hongkong" ou dessiner un point d'interrogation si vous ne vous souvenez pas.
- Avantages :
. plusieurs langues parlées, complètement différentes, peuvent partager la même écriture (c'est le cas en Chine, et un calcul russe ou indien en chiffres arabes est ainsi compréhensible en France même s'il se prononce de manière toute autre)
. il n'y a pas de faute par écriture trop intuitive (trankil ou tranquile pour tranquille en Français) puisque tous les détails sont appris pour chaque mot, sans faire intervenir aucune logique mécanique.
- Inconvénients :
. impossible de lire un mot inconnu
. impossible d'écrire un mot seulement entendu
. apprentissage énorme (dix mille mots en primaire, vingt mille en secondaire, trente mille en universitaire)
. frappe dactylographiée longue et pénible pour les idéogrammes
* Les caractères Latins, Grecs, Cyrilliques, Hébreux, Arabes, Kana Japonais, etc. sont théoriquement phonétiques : l'écriture est liée à la prononciation.
- Avantages :
. un mot entendu peut automatiquement être écrit
. un mot lu est automatiquement prononçable
. apprentissage réduit (souvent moins de 40 sons)
. frappe dactylographiée potentiellement rapide et simple
. pas d'homographes parmi les non-homonymes (théoriquement... cf."fils" de famille /"fils" de laine, "plus" du tout / beaucoup "plus")
- Inconvénients :
. la prononciation dépend de conventions diverses (les avions russes Cyxou sont transcrits Soukhoï en Français/Sukhoy en Anglais/Suchoj en Polonais, les Français n'ont pas de caractère pour traduire les clics boshiman ou les r Anglais-Russes-Japonais)
. les homonymes donnent des homographes : ce qui est pareil à l'oral (poil/poêle, poil/poils, joli/jolie, se/ce) reste indifférencié à l'écrit
. sans lettre muette, les mots dérivés peuvent sembler imprévisibles : cas en Français des adjectifs au féminin, la prononciation orale ne faisant pas prévoir les diversités brun-brune/fin-fine, plan-plane/blanc-blanche/dormant-dormante, long-longue/blond-blonde/con-conne, gentil-gentille/poli-polie (toutefois, nous sommes habitués aux féminins imprévisibles comme favorite de favori et non "favorit" ; de même, le fait que poing-blanc-poids génère poigne-blanche-pondérale plutôt que "poinge-blance-poidsée" suggère qu'il s'agit de perpétuer les archaïsmes locaux, non de faire deviner les dérivés).
* L'invention de Patricia était personnelle, pour elle-même, mais Jules Ferry aurait pu la choisir pour une langue française purement phonétique, à la Russe :
- Avantages :
. les enfants sauraient parfaitement lire et écrire à 6 ans sans aucune faute (un enfant pourrait même lire parfaitement à 4 ans, comme l'a prouvé ma nièce Raisa pour la langue philippine Tagalog)
. les adultes normaux ne feraient plus de fréquentes ou rares fautes mais aucune (avec moins de mépris pour les humbles)
. il y aurait peut-être moins d'individus illettrés ou dislexiques ou en échec scolaire
. l'intelligence enfantine serait concentrée sur les acquisitions enrichissantes : mathématiques/techniques/arts
. l'élite scolaire serait constituée par les créatifs inventeurs et non plus par les moutons à grosse tête (les mieux soumis aux montagnes de règles arbitraires)
. les étrangers apprendraient le Français beaucoup plus simplement.
- Inconvénients :
. "pain-cause-avec-ils" se lisant à Toulouse "paing-coseu-avé-ilss", les nouveaux Toulousains auraient eu une langue spécifique (gênant la communication inter-régionale), ou perdu leur spécificité de prononciation (gênant l'harmonie inter-génération)
. les passionnés d'étymologie devraient faire l'effort de se reporter à leur dictionnaire pour jouir de l'histoire des mots ("roz, du vieux français rose, du latin rosa")
. il y aurait peut-être moins de travail pour les orthophonistes, moins d'humbles troupes en colère pour les révolutionnaires
. les anciennes liaisons génèreraient des ajouts étranges.
* Ce thème des liaisons (consonne finale muette se prononçant quand le mot suivant commence par une voyelle) impose d'avoir les idées claires sur la notion de consonne et voyelle.
- A priori, tout semble simple dans b-a-ba : b-a-baaa et a-b-aaaab, la lettre longue étant la voyelle et la lettre courte étant la consonne, MAIS cela ne fonctionne que pour aeiou (+ ou,an,in,on) et les consonnes occlusives bdkpqt (+ g de ga, c de ca). C'est différent pour fjlmnrsvz (+ g de ge, c de ce), qui sont allongeables sans voyelle (ffff etc.), et à part semblent se classer le y de yaourt (allongé en iiiiy) + le w de wapiti (allongé en ouuuw).
- Toutefois, il est notoire que la lettre "y" a une quadruple fonction : i (vas-y, cycle, gym) / yod (yaourt, yole, Yemen) / i + yod (rayon, Guyane, Troyen) / i + i (paysan). Il est donc possible que cette lettre corresponde en pratique à plusieurs statuts : voyelle(s) / consonne / voyelle + consonne... La même problématique pourrait toucher le "u" si l'orthographe avait différencié la voyelle u (lu, punaise) et le "uod" associé qui est un quasi w (huis, puéril). Une lettre pour "ou" (§?) aurait prêté à la même ambiguïté, pouvant être employée pour la voyelle ou (pouce: p§ce), la consonne w (wistiti, ouistiti : §istiti), le doublon ouw (souwistiti : s§istiti)... Cela paraît inutilement complexe, sans clarté, sans avantage.
- L'analyse des liaisons et voyelles élidées intuitivement est une autre piste : la voyelle a donne des-amis/d'amis, la consonne b donne des bans/de bans, MAIS des cas mixtes apparaissent avec h (l'habitude/les-habitudes, la hantise/les hantises), y (les-yeux, la yole), ou (l'ouest, le ouistiti), on (l'ongle/les-ongles, le on-dit/les on-dit).
- Dernière piste : la conversion du s en son ss ou z (absous, osa) traduit si les 2 lettres autour sont des voyelles, MAIS :
. balsa et grisbi font exceptions
. s'il fallait prononcer le nom des Français nommés Bosya et Boswa, les lectures ss comme z ne seraient pas choquantes (n'éclairant pas sur le statut de y et w)
. "l'anse"/"j'enseigne" semblent indiquer que an/en sont une voyelle au début (e élidé en apostrophe) et une consonne à la fin (s non-lu z) ce qui interdirait d'avoir une lettre phonétique unique alors qu'il n'y a qu'un son... Impasse.
* Patricia n'est pas intellectuelle ni enseignante, elle a tranché pour son usage personnel. Elle transcrit simplement les sons qui lui viennent spontanément à l'esprit, par habitude, sans raison ni règle. Les voyelles élidées n'étaient pas son problème : elle ne trouvait pas choquant d'entendre "s'monsieur j'le conduit s'changer et m'trouver l'tuyau" ou "ce avion de Amérique te envoie le au-revoir". De même paraissaient évidents des sons incompréhensibles : "j'aime vou regarder, je vou-s-aime", "j'ai tou pris, tou-t-à fait". Les pluriels n'étaient pas systématiquement marqués : elle disait "des clou en désordre" sans connaître le pédant "des clou-s-en désordre" (mais "il-s-ont fait/qu'ont-il fait" était jugé naturel). La langue française était pour elle mystérieuse, avec des lettres surgissant n'importe où parfois, pour aucune autre raison qu'intuitive, parce que cela a été entendu – ce n'est pas du tout une langue plaisante, c'est une langue bancale, pleine d'usages incompréhensibles.
* Une version épurée aurait été possible, sans les archaïques liaisons (je vou aime, tou à fait, va y, allon y), mais conduire cette logique jusqu'au bout aurait abouti à se limiter au nécessaire pour communiquer : supprimer les pluriels irréguliers (d'où "les chevals") et les conjugaisons inutiles à la compréhension (je aller, nous aller, je aller passé, je aller futur, etc.), les genres (le mur, le lampe). Ce serait un langage utilitaire, accessible à tous, infiniment simple. Mais ce serait une autre langue, sans aucune base intuitive issue de l'enfance passée. Comme l'esperanto peut-être.
* Partant de langue usuelle, il aurait été possible de se baser sur l'Anglais, réputé facile (sans guère de genre, conjugaison, liaison, voyelles élidées, pluriels irréguliers ou non prononcés), et cela aurait pu faire grand bien à cette langue, dont la lecture est encore plus difficile que celle du Français, les voyelles correspondant à de très multiples sons distincts (qui se recoupent, et c'est pire encore en incluant les duo de voyelles accolées, rendant l'écriture très risquée):
son/voyelle Patricia exemple Anglais voyelle Anglaise
    è
    e
    ô
    éy
    û
    a
    â
any
ago
jaw
face
broad
packet
answer
    a
    è
    i
    e
    yû
    û
    a
    -
    o
    ie
    éy
let
equal
append
dew
crew
eye
file
encore
era
crepe
    e
    i
    e
    ay
    y
chicken
bird
file
lenient
    i
    ô
    o
    i
    a
    e
    ew
    wa
    û
lord
love
women
down
obscure
ocean
once
to
    o
    e
    û
    yû
    -
    w
duck
full
tube
antique
quest
    u
    i
    ay
    y
worry
why
toy
    y
    e
    i
    è
    a
    èy
    ièy
    ie
    ia
    èe
earn
weak
weather
heart
great
reagent
fear
reaction
wear
    ea
    ...
...     ...

Numération :
Patricia a aussi inventé une ultra-simple façon d'apprendre à compter.
type Patricia Français 1882-2007
Unités 9 noms (1 à 9) 15 noms (1 à 9 + 11 à 16)
Dizaines 1 mode 9 noms (10 à 90) + 1 mode + 6 exceptions ("et" de 21,31,41,51,61,71)
Centaines 1 mode 1 mode + 1 exception ("cent" au lieu de "un cent")
Milliers 1 mode 1 mode + 1 exception ("mille" au lieu de "un mille")
Millions 1 mode 1 mode
Milliards 1 mode 1 mode
Ordinal 1 mode 1 mode + 2 exceptions ("premier" au lieu de "unième", "second" en plus de "deuxième")

6 sis six
66 sis ât sis soixante six
606 sis sâ sis six cents six
6 006 sis mil sis six mille six
6 000 006 sis milyon sis six millions six
6 000 006 sis milyar sis six milliards six
600è sis sâ yèm six centième

Nombres de base de Patricia (et prononciation en Français 1882-2007):
1 un (une)
2 dêz (deuz)
3 trwaz (troiz)
4 katr (quatre)
5 sîk (cinq)
6 sis (six)
7 sèt (sept)
8 uit (huit)
9 nef (neuf)


Conjugaison :

tu vyî
(il vyî) lui vyî
( - ) ö vyî
(il vyèn) ê vyèn
tu viens
il vient (lui vient)
nous venons (on vient)
ils viennent (eux viennent)
présent
tu é venu
vû èt venu
vû venyé
vû z étyé venu
    -
tu es venu
vous êtes venus
vous veniez
vous étiez venus
vous vîntes
passé
vû vyîdré vous viendrez futur
vû vyîdryé vous viendriez conditionnel
vené venez impératif
venâ venant participe
    -
    -
tu viennes
tu vinsses
subjonctif


Contexte :
Si le présent monde n'est pas un rêve, Patricia Niezewska (petite Française naine d'origine polonaise) est un personnage imaginaire, née en 1980 à l'âge de 16 ans et agée de 25-26 ans depuis 1993 (jusqu'en 2007)...



Objections/Réponses (29/05/2007):

    Ma chère maman ("mari frâswaz bûkrô mênyé" en langue de Patricia) m'a fait des observations extrêmement intéressantes, sur son "cheminement personnel" à la lecture de ce qui précède. Cela me conduit à lever certains malentendus, reconnaître certaines erreurs.

    Première lecture : horreur ! Pas touche à la langue française. La langue n'est pas seulement une tradition, c'est un patrimoine, un héritage millénaire, la maison de famille de millions de personnes en France et dans les pays francophones.
--> Il s'agit là d'un réflexe conditionné, répondant comme on nous l'a tous appris. C'est automatique : l'éducation fonctionne comme un dressage animal, récompense/punition (familiales ou scolaires) constituant carotte et bâton, classant en Bon ou Mauvais, et cela devient la base du jugement intuitif, spontané.
    Le mot de patrimoine désigne ainsi le Bien venu du passé, sans argument. Le grand principe d'héritage millénaire, servant de base rassurante à des millions de personnes, est aussi un élément de décor élogieux, mais pas un argument : il aurait fait rejeter autrefois de grands apports comme la démocratie ou le droit des peuples à l'autodétermination. Un lourd héritage est contestable, comme l'exploitation des manants agricoles par les aristocrates, le droit de cuissage, même si cela a pu constituer les fondations de l'ordre en place à un moment donné.
    La sacralité fait condamner toute alternative pour crime d'hérésie, insulte à l'indiscutable. Pour les éduqués endoctrinés, un choix difficile reste possible entre le confort social de mouton (servile) et le risque d'ouverture d'esprit formant résistance personnelle (condamnée pour égocentrisme, même si le but est un mieux vivre du plus grand nombre au sein des générations suivantes).
    Examiner l'orthographe de Patricia m'a conduit à soulever le difficile point des liaisons, mais le refus a priori sans examen ne semble qu'affaire de domination. Pour un esprit libre, le poids de l'éducation détermine hélas naturellement ce réflexe de refus en première lecture, mais l'intelligence (ou recul) adulte conduira à le dépasser.

    Détruire cet édifice paraît impensable, ce serait comme raser les cathédrales pour mettre à la place des HLM ou des pavillons de banlieue…
--> Les farouches partisans du Français actuel admettent qu'abandonner les déclinaisons latines fut une simplification non avilissante, facilitant l'accès du peuple au bien parler. Alors pourquoi refuser durement toute nouvelle étape dans cette évolution débarrassant des archaïsmes inutilement difficiles ?
    En tout cas, prendre pour parallèle les cathédrales, suggérant que la langue française (telle qu'elle est) constitue un "très bel" héritage, me paraît peu convainquant : un bouddhiste sortant pour la première fois du Népal peut être saisi d'émotion devant la grandeur ou l'harmonie de la cathédrale de Chartres, c'est possible, mais je pense impossible qu'il soit touché par une phrase célèbre de la langue française qu'il ignore. S'il s'agit d'une (intraduisible) association délicate d'idées et de sonorités, la transcription en orthographe simplifiée ne fait en tout cas rien perdre, ne changeant rien à la prononciation (j'aurais peut-être dû l'expliquer au lieu de me contenter d'un vers d'Eluard en sous-titre). Quel texte s'avère donc quelconque à l'oral mais sublime à l'écrit actuel ? (le sketch de Raymond Devos "Le train pour Caen, quelle heure ?" serait aussi délicieux si le nom de cette ville s'écrivait Quand)…
    Ensuite, sur le thème "cathédrales maintenant ouvertes", je note qu'aujourd'hui la visite des cathédrales est permise aux non chrétiens, que la messe accueille aussi les simples d'esprit, que le difficile latin d'antan n'y est plus exigé, qu'il est permis de prier hors des cathédrales. Cela participe à la beauté moderne des cathédrales. Et cela n'a rien à voir avec la langue française traditionaliste, imposée comme obligation pour l'accès au monde de l'écrit, avec punition/sarcasme/rejet en cas de "fautes".
    Par ailleurs, si la transformation d'une langue, ou la perte de son prestige initial, est clairement assimilée à une odieuse destruction de cathédrale, pourquoi avoir institué cette langue nationale commune en remplaçant/écrasant les langues régionales, ayant compté leurs poètes et légendes ? Et pourquoi ne pas revenir à la langue de Rabelais ou Charlemagne, en condamnant les dérives ? Ma réponse : cela ne semble pas venir d'un débat équitable mais d'un acte d'autorité – le dogme a été imposé par Jules Ferry ou ses pairs, arrêtant l'évolution pour l'éternité et condamnant tout choix concurrent. Je jouerai donc sur les mots : le "temple" qu'est devenue cette langue française fait penser à une ancienne cathédrale, non parce qu'elle est belle mais parce qu'elle est la propriété de puissants professionnels du verbe exigeant le respect, la soumission.

    Mais bon, je comprends bien que l'éboueur malien ou le plombier polonais n'ont rien à faire de l'étymologie d'"aquarelle" ni de l'accord des participes passés !
--> Un écrivain ou intellectuel – lui non plus – ne devrait rien avoir à en faire : ces détails de forme n'ont aucun rapport avec l'intérêt éventuel de ce qu'il écrit, sa force émotionnelle ou argumentative. Jouir de grandes connaissances étymologiques/grammaticales en langue franco-française me fait penser aux quelques autistes à don spécial, tout fiers de réciter l'annuaire téléphonique par cœur – et je préfère l'adage "une tête bien faite vaut mieux qu'une tête bien pleine". Dans notre "intelligentsia" française, les lettrés se congratulent les uns les autres, s'adressant des clins d'œil entre initiés, mais ce qu'ils écrivent me paraît presque systématiquement "nul", en tout cas dénué de logique, d'auto-critique, d'inventivité, de beauté, ne justifiant aucune traduction (ou tentative de traduction, pour les cas qui s'avéreraient finalement intraduisibles).
    Sur le plan politique, je suis troublé : à mon avis, l'éboueur et le plombier méritent davantage, pour indéniable service rendu, que le sévère professeur de Français ou le fier titulaire de chaire à l'Académie Française. Il ne s'agit pas du tout de simplisme marteau-contre-plume mais d'honnêteté humaniste : tel éboueur pourrait s'avérer un conteur plaisant ou un philosophe pertinent s'il n'avait pas été dégoutté de la langue écrite pour de mauvaises raisons. Je préférerais la récompense des idées, sans réserver la parole écrite aux moutons admirateurs des anciens – l'enseignement des Lettres serait intégralement à revoir. Patricia, sceptique logique repoussant toutes les prétendues vérités (des scientifiques/historiens/religieux qu'elle a entendu, au risque de la prison depuis l'atroce loi Gayssot, voulue par "l'élite"), n'est pas titulaire du Brevet élémentaire et n'occupe qu'un modeste emploi de pâtissière, or elle me paraît une bien plus pertinente penseuse que tous les "philosophes" Français publiés, sans exception, depuis mille ans – tous faisant semblant (malhonnêtement ou stupidement) de faire appel à l'intelligence individuelle pour n'exiger finalement que foi et soumission à l'autorité sociale, dominante ou candidate à la domination. Le verbe paraît en tout cas confisqué par des beaux-parleurs à la pensée critique indigente, tirant toute leur supériorité institutionnelle de leurs diplômes de moutons savants, leurs contacts dans les milieux décideurs anti-populistes. Ces professionnels champions de l'écrit-sciemment-complexe me semblent de très mauvais usurpateurs, méritant je crois d'être mis avec leur langue à la poubelle (plus précisément, je les imagine libres de s'adonner comme moi à leur loisir d'écriture APRÈS leurs heures de travail utile, et pour qu'ils comprennent ce que mérite veut dire, je les inviterais aux métiers d'intermittents agricoles logés dans les fermes, changeurs de couche-culotte dans les hospices). J'ai tort de m'emporter, mais le mépris hautain suscite naturellement la rancœur quand il émane de tels dominants, empêchant d'aider les faibles et coupant les mains de leurs plus sérieux concurrents (l'accès à la publication est réservé aux moutons, les pensées hérétiques sont menacées d'asile, prison, ruine).
    Sur le plan sociologique, l'exemple des immigrés venus faire de petits boulots sans éclat me trouble aussi. J'ai bien entendu dire que la grande majorité des jeunes français refuse dorénavant les travaux ingrats (bâtiment, restauration, etc.), préférant l'argent parental ou le RMI en attendant un travail de col blanc, et que le taux de chômage élevé dans notre pays ne réduit donc en rien le besoin d'immigrés. A mon avis, ces immigrés ont plus de mérite – même s'ils maîtrisent mal la langue française, difficile pour rien – que les petits franchouillards pleins de prétention et de fierté pour avoir à peu près domestiqué les pièges inutiles de leur langue. Ce n'est pas de leur faute, ils veulent simplement acquérir la position dont nos "intellectuels" donnent le mauvais exemple : pas de travail ardu, grand prestige, grand revenu, pris sur le dos des travailleurs de peine, méprisés. Si c'est cela, la civilisation française, j'ai aussi peu d'estime pour elle que pour sa langue. Et je regrette d'avoir été éduqué en France, en Français, le mérite honnête et loyal se situant ailleurs (peut-être aux Philippines, pour moi). Cela me suggère davantage la démission que l'espoir d'amélioration. Je n'aurais pas dû faire semblant de suggérer quelque chose, ici, seulement exprimer que je regrette infiniment ce qui est, hélas.

    Deuxième lecture : nuance – il s'agit seulement de moderniser l'orthographe et le capharnaüm des conjugaisons et de la grammaire, de normaliser la prononciation. Et ça, d'autres pays l'ont fait : quand on dit en Espagne "telefono" ou "foto", on n'est pas traumatisés.
--> Ce n'était pas vraiment l'objet du débat, mais cela peut effectivement en constituer une première approche, adoucie. Il y a en fait deux débats, qui auraient pu être successifs. Mea culpa si cela aurait été plus clair ou plus convainquant :
1/ Simplifier l'orthographe française, à l'espagnole, pour satisfaire les jeunes "SMS" en cessant l'oppression traditionaliste. D'où "Le téléphone en photo que j'ai acquis" deviendrait "le telefone en foto qe j ai akis". Resteraient les règles tordues de la prononciation (de type " 'O-N' se lit 'ON' en général, mais 'O'-'N' devant une voyelle ou un H non aspiré suivi de voyelle ou un deuxième N…").
2/ Révolutionner l'orthographe française, à la russe, pour un apprentissage élémentaire: 1 son = 1 lettre, avec l'apprentissage de ces lettres et b-a-ba, sans plus aucune règle. D'où, avec Patricia : "le téléfon â foto ke j é aki". Que ce second mouvement, très osé, soit retenu ou rejeté (pour de bonnes raisons pas encore entrevues), il paraît intéressant de le prendre en considération, dans le bilan qui serait établi pour envisager une réforme de l'orthographe.

    Je connais deux recherches qui vont dans le même sens: 1/ la phonétique, langue de signes utilisée pour enseigner les langues vivantes (c'est ce que pratiquait le maître de CP de ta sœur, trop tôt pour des enfants).
--> Je mentionnais la phonétique officielle dans ma discussion initiale, et ses défauts (absence de version cursive pour manuscrits rapides, indisponibilité sur les claviers standards ou semi-standards, nuances peu discernables – différenciant par exemple 2 IN en main/brun, 2 A en lac/cas, 3 E en bœuf/me/bleu).
    J'ajoute que la phonétique internationale, issue de compromis entre nations, est déroutante pour les enfants initiés au b-a-ba et au système français standard, acquis en maternelle ou auprès de la famille : la lettre phonétique "u" correspond comme en Anglais au son "ou" (de ouvrir), le son "u" (de ut) s'écrit comme en Latin "y", le son "y" (de yéti) s'écrit comme en Polonais "j", le son "kh" (de boukha) s'écrit comme en russe "x", le son "j" (de jeu) s'écrit avec un grand "z" (les anglais transcrivant "zh" ce son, leur lettre "j" se lisant "dj"), le son "z" (de zoo) s'écrit avec un petit "z", les lettres pour les sons an/in/on/ch/â/è/o/eu/e ne ressemblent à rien de connu en France, bref il faut intégralement réapprendre 24 phonèmes (sur 37), là où Patricia ne faisait que reconvertir 7 lettres existantes (c et certaines des voyelles accentuées, dérivées des anciennes écritures françaises). Mon père m'a dit avoir été rebuté par la phonétique en cours d'Anglais, "trop compliquée", et cela paraît effectivement complexe en phonétique universelle, là où l'écriture de Patricia est une phonétique très simplifiée, très naturelle pour un petit Français, très accessible pour ses parents. J'aurais dû l'expliquer.

    2/ Les niveaux de langue, système utilisé de façon plus ou moins improvisée dans les écoles de banlieue : Français I = langue parlée (quelques dizaines de tournures courantes), Français II = langue écrite très simple (500 mots, 3 temps, etc), Français III = langue écrite type scolaire et universitaire, Français IV = langue de métier. Je ne sais pas si c'est ce qui est utilisé pour l'apprentissage des arrivants étrangers, je pense que c'est un bricolage à peu près identique (Français I), je demanderai à notre amie Nelly qui s'occupe d'alphabétisation.
--> Avec l'orthographe de Patricia :
– le Français II serait acquis beaucoup plus facilement sans faute d'orthographe/prononciation (sans les exceptions faisant que ON se lit ON ou bien O-N, que l'on écrit différemment les très courants CE et SE, que toute conjugaison comporte des lettres muettes, etc.)
– le Français III se limiterait à une acquisition de vocabulaire oral (sans devoir apprendre toutes les règles et exceptions orthographiques associées).
    Les complexités inutiles, à valeur ajoutée très exactement nulle en matière de communication (sauf facilitation de la vie des générations hélas mal formées), seraient abolies, pour accélérer l'acquisition, améliorer la maîtrise, l'utilisation. Pour investir l'intelligence et l'énergie ailleurs, dans les découvertes utiles, les idées ou les techniques, sans être barré de mépris par des savants dont le métier semble se limiter à exiger le respect d'artifices intouchables et d'antiques glorioles.

    Troisième lecture : Bof, il y a l'Anglais ! Pourquoi se casser la tête ? Dans une ou deux générations, tout le monde parlera anglais (je ne parle pas de l'Anglais de la Reine), une langue facile, déjà simplifiée, où on peut survivre d'un bout à l'autre de la planète avec 500 mots, trois temps, une grammaire modeste.
--> Effectivement, je regrette de n'avoir pas été élevé en Anglais international, et je considère le Français (variante métropolitaine) comme un archaïsme local inutile (au même titre que l'occitan variante sud ariégeoise). L'Anglais a connu une modernisation (thee/thou devenu commun avec you), puis une simplification est intervenue entre les versions britannique et américaine, les Etats-Uniens s'étant rapprochés de ce qui est prononcé en jetant aux orties quelques archaïsmes basés sur l'étymologie (centre/through devient center/thru).
    Mais il reste bien des choses inutiles : une ébauche de conjugaison (I go, he goes), des pluriels irréguliers (mouse, mice), des verbes irréguliers (go, went, gone). Et, surtout, l'anglais n'est une langue facile qu'à l'oral, l'écriture étant totalement déroutante, conduisant à d'innombrables fautes d'orthographe ou de prononciation, sans aucune valeur ajoutée, comme en Français. Je le disais : si Patricia était née en pays anglophone, elle aurait discrètement pu révolutionner l'Anglais comme elle a révolutionné le Français (quoique les claviers anglo-saxons manquent de touches pour les accents).
    Idéalement, on peut rêver d'une langue anglaise simplifiée et à orthographe phonétique en lettres standards, dans 50 ans, mais il y aura vraisemblablement le même blocage que pour le Français actuellement : les dominants (ici anglo-américains) exigeront de garder intactes leurs milliards d'exceptions inutiles, qu'ils sont politiquement (oligarchiquement) en position d'imposer, et dont la maîtrise (partielle) les classe eux au sommet de l'échelle, les destine au travail noble quand la majorité des étrangers sera cantonnée au travail de peine.
    L'Anglais n'est pas la solution, il reproduit différemment l'injustice qui marque le Français, et une petite Patricia américaine serait pareillement cassée pour avoir eu le tort d'inventer la solution. Mais ma maman a raison : la mort naturelle de la langue française peut en tout cas clore le bec aux intraitables défenseurs des traditions orthographiques françaises.


Critique reçue (06/07/2007):

    Un ami m'a écrit n'être pas du tout d'accord avec moi, sur l'orthographe. Il dit faire lui-même beaucoup de fautes d'orthographe, mais essayer de faire attention. Le cerveau humain est parfaitement capable d'assimiler l'orthographe, c'est donc une démarche de rigueur qui est tout à fait louable. Il trouve imbécile cette mode des écrits SMS qui se répand de plus en plus chez les jeunes. Il est au contraire pour un respect de la langue et un enseignement qui insiste davantage sur l'étymologie.
–> C'est un avis, que j'entends, mais je n'y décèle pas d'argument plaisant, m'incitant à identifier quelque bien-fondé dans la position dominante :
- Au nom de la rigueur, du respect, de l'étymologie, on aurait pu revenir à la langue latine (des Eglises) avec ses pièges et déclinaisons inutiles. En quoi aurait-ce été plus "louable" que le Français ? Poussons le raisonnement plus loin : on pourrait requérir d'écrire, en Français, de couleurs différentes les racines latines et les racines grecques, cela ferait une mine supplémentaire de fautes/perfections, en quoi cette requête serait-elle pour autant digne d'éloges? Que les littéraires passionnés s'amusent comme ils veulent, cela ne justifie en rien d'imposer à tous leurs jeux sciemment compliqués, difficiles.
- Le cerveau humain étant "parfaitement capable" d'assimiler quatre langues, on aurait pu interdire l'Université (même en Science et Technique) à ceux qui ne maîtrisent pas quatre langues européennes. Je ne vois pas le rapport, ce qui est possible n'est pas pour autant nécessaire, surtout si cette exigence discriminatoire brime des individus, talentueux dans leur domaine.
- En 1976, deux de mes camarades de classe ont été exclus de la scolarité à douze ou treize ans ("direction vie active"), pour faute de très mal maîtriser l'orthographe française, n'étaient-ils pas humains ? Pourquoi leur avoir ôté la chance de se révéler peut-être de grands poètes ou conteurs, ou géomètres ou inventeurs ? J'étais tête de classe et félicité, je n'en suis pas moins persuadé qu'eux ont été injustement jugés, condamnés au travail de peine pour de mauvaises raisons. En ayant accepté ce renvoi avec tristesse, sans révolte, ils me semblent en tout cas plus estimables que les fiers professeurs fauteurs d'exclusion – je vois des gentils et des méchants, en trouvant sympathiques les classés "mauvais" et odieux les prétendus "modèles". Les récompenses ne m'ont pas acheté, pas fait basculer dans un camp qui se prétend "l'élite", avec morgue, sans montrer le moindre talent inventif ou logique.
- La rigueur s'exerce au mieux dans les mathématiques. Un nombre modéré d'axiomes conduit la logique pure et l'inventivité à découvrir des raisonnements, des conséquences nécessaires. Cela n'a rien à voir avec l'orthographe, où des millions d'exceptions doivent être apprises par cœur, sans contenu prévisible (même si chacune peut être expliquée par un dictionnaire etymologique). Apprendre le dictionnaire ou l'annuaire par cœur, c'est une épreuve, et cela correspond certes à une forme de talent, mais rendre cette capacité obligatoire pour accéder sans punition au domaine de l'écrit paraît incompréhensible, du moins humanistement. Ceci dit, que des individus à grande mémoire et nuls en logique cherchent à dominer, à écraser la concurrence, à obtenir le travail de col blanc en reléguant autrui au travail de peine, cela peut se comprendre, mais cela devrait pouvoir être condamné. Au lieu de cela, la prétendue intelligentsia, le professorat et les médias militent pour le triomphe de la culture générale, du talent récital, de l'admiration non critique, en brimant la logique, l'inventivité, la découverte de contradictions (à publication proscrite hors du Web). C'est un écrasement vainqueur, mais à mon avis, la rigueur estimable n'est pas du tout dans la récitation parfaite, elle est dans la cohérence logique, la recherche méthodique de nouvelles voies, améliorées.
- L'étymologie serait aussi riche après simplification de la langue. Au lieu de lire que "étymologie" vient du latin "etymologia" (se lisant "étumologuia") qui vient du grec "etumos"-"logos" (véritable-discours), on lirait que "étimoloji" vient du vieux Français "étymologie", qui vient etc. Ce serait aussi plaisant, ça ne justifie absolument en rien de se cramponner à l'écriture "étymologie" en condamnant pour toujours "étimoloji". Tout ce qui n'est pas indispensable pourrait être facultatif et non obligatoire : entendre ou lire l'histoire d'un pont peut être plaisant, mais pourquoi interdire de passer sur ce pont à quiconque ne saurait réciter correctement cette histoire ? Sans interdire, simplement huer et condamner ("faute !") les esprits s'investissant ailleurs me paraît un acte de mépris choquant, injustifiable autrement que par la domination, de la part d'individus intolérants érigeant en critère de supériorité leur passion pour un certain passé. L'école m'a enseigné cette domination, dans bien des domaines (lettres, philosophie), sans me convaincre en rien de son bien-fondé, je respecte la supériorité des découvreurs de théorèmes, des inventeurs techniques, des créateurs plaisants, mais les autres dominants me paraissent illégitimes, simples adorateurs en chef de valeurs rendues obligatoires par la loi du plus fort.
- Dire que les jeunes sont imbéciles de simplifier le Français dans leurs SMS me paraît inaproprié. Patricia, timide inventrice solitaire d'une orthographe phonétique en lettres standards, a elle aussi été traitée d'imbécile. J'estime cette insulte là choquante, atroce, injustifiée. Certes, il est sans doute en pratique trop tard, plus d'un siècle après Jules Ferry, pour renverser les conventions péniblement ingurgitées par le plus grand nombre, mais un Français infiniment plus simple aurait pu être décidé alors, avec d'innombrables avantages. Je voudrais dire à Patricia: "vous avez presque entièrement raison, c'est comme ça que ça devrait marcher, pour le bien de tous, mais des puissants en ont décidé autrement, pour de mauvaises raisons, et on ne peut plus changer, hélas, la majorité des gens ayant été endoctrinés, fondus dans un moule, en refusant maintenant l'inconfort du changement". Les jeunes SMS ont un autre problème : je suis d'accord avec leur constat que l'orthographe française est inutilement compliquée, mais ils simplifient au jugé, dans mille directions divergentes, dans des écrits adressés à autrui. Autrui ignorant leurs conventions personnelles, d'ailleurs changeantes, ils s'avèrent illisibles. Au lieu de les insulter, il conviendrait je pense d'envisager avec eux une unique forme de Français simplifié, connue de tous. Ce serait alors lisible, et les nouvelles générations seraient libres de conserver ou abandonner, dans trente ou cinquante ans, la lourde orthographe complexe des Anciens, les deux ayant été mises en concurrence loyale. Avant de choisir cette orthographe simplifiée commune, l'orthographe de Patricia serait envisagée, discutée, parmi d'autres, peut-être rejetée car certains claviers numériques n'ont pas d'accent. Mais ce serait un débat argumenté, avec avantages et inconvénients, non une insulte invoquant la stupidité. Au nom du respect sacré de la tradition passée, en refusant de simplifier la vie des générations suivantes au prix d'un effort présent, les Occitans/Bretons/Alsaciens auraient pu refuser la langue Française, les Français auraient pu refuser l'Euro. De même, chaque repas pourrait commencer impérativement par la récitation par cœur de douze versets de la Bible, en traitant de débiles irrespectueux ceux qui rechignent en parlant d'inutilité. Cela ne semble pas un débat convainquant, une alternative compréhensiblement plaisante, mais un arbitraire dictatorial, requérant assentiment aveugle. J'en reste, pour l'instant, à mon sentiment premier: Patricia m'a séduit, son approche ayant de solides justifications, ceux qui l'insultent me choquent, et je n'entends aucun argument dans leurs propos, la sacralité et le refus d'effort personnel étant de regrettables explications plutôt que de bonnes raisons. Ils protesteront qu'ils font le très louable effort de se plier à l'orthographe existante, je leur suggèrerais de faire plutôt l'effort d'apprendre à lire/écrire le Français simplifié, qui facilitera grandement la vie de leurs enfants, évitera peut-être l'exclusion injuste de ceux-ci.

L'orthographe SMS de Gérard (04/08/2007 + 02/03/2008 - dernière retouche: 10/03/2008):

    Par le biais de mon collègue Gérard Nesey, petit ami de Patricia, j'ai voulu transmettre à la géniale inventrice ma conclusion, à la fois admirative et négative (en remerciant mon ami Xavier qui m'y a conduit) :
    Une écriture phonétique en lettres standards serait effectivement très simple, merveilleuse, sans aucun inconvénient pour les enfants nouvellement formés (en oubliant les anciennes "liaisons" et prononciations régionales), ne rencontrant que l'hostilité des irréductibles anciens exigeant le maintien des pièges inutiles faisant leur (fausse) supériorité...
    MAIS aucune révolution orthographique ne semble possible en régime démocratique gouverné par les adultes, et la seule résistance pouvant faire évoluer le système semble venir des adolescents SMS, voulant presque tous écrire avec moins de lettres, laissant tomber les doublets inutiles et lettres muettes, pouvant accepter une orthographe simplifiée unique sans plus se perdre en simplifications personnelles et variables, illisibles...
    OR pour satisfaire ce groupe (de futurs décideurs), il faut passer par la voie SMS des claviers numériques, donc proscrire les lettres accentuées**, et puisque C H Q X, reconvertibles, ne peuvent transcrire tous les sons é-è-an-eu-in-au-on-ou-ch, une orthographe phonétique façon Patricia ne sera pas la solution, obligeant aux arbitraires anti-phonétiques, avec de mystérieuses lettres multisons (e lu e ou bien é ou bien è) et sons multilettres (ch et an-on-in-ou-eu-au, à différencier des doubles phonétiques correspondants avec des lettres doublées ou muettes : ann-onn-inn-ohu-ehu-ahu, et même anhn-onhn-inhn pour ce que Patricia écrirait ân-ön-în)... Hélas.

    Gérard n'a pas transmis mes tristes remarques à la pauvre Patricia de façon brute, mais a inventé une solution. C'est certes beaucoup moins intuitif que l'orthographe de Patricia, mais ce serait transcriptible très simplement sur clavier numérique. Le principe est simple : puisque Patricia avait besoin de 8 lettres dérivées, et puisqu'il y a 10 chiffres, il suffirait d'employer ces chiffres pour les sons non-standards, non prévus en lettres uniques !

**: Gérard et moi ignorions tout des SMS. Renseignement pris, les lettres accentuées sont parfaitement proposées (sur certains modèles tout au moins). L'orthographe de Patricia est donc acceptable, voire idéale, pour les inconditionnels du clavier numérique (génération SMS).
    [Sur le téléphone portable SAGEM MY3020 que j'ai acheté, sont proposés en défilement (sans appel aux tables de caractères spéciaux type "æ" ou "?") non seulement 26 lettres et 10 chiffres mais 20 lettres dérivées (àçâéèêëî ïôöùûü et les étrangers äáíóúñ). Soit 46+10, bien plus que les 31 sons français à transcrire, sans aucunement avoir à recourir aux chiffres.]

Objection musicale (01/05/2008):

    Comme Gérard et moi, Patricia est handicapée musicale. Si elle avait eu "l'oreille absolue", elle aurait peut-être inventé une langue française légèrement moins simplifiée, collant mieux à la phonétique. Apparemment, il lui aurait fallu scinder :
– a : a (de ami), ä (de âme)
– î : î (de brin), ï (de brun)
– ê : ê (de je), ë (de jeu)
    Peut-être, effectivement, mais moi je préfère la version originale de Patricia…

Pour un Français régulier et transparent à la finnoise (14/05/2008):

    J'ai été dirigé par ma sœur vers un texte (d'André Ouzoulias, 24/04/2008) attaquant le ministre de l'Education Nationale qui se plaignait que l'école française, très chère, ait des très mauvais résultats dans les comparaisons internationales.
    Le site est http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2008/OuzouliasDeclinologuesmentent.aspx
    Je cite ce que je retiens de ces 26 pages :
Il faut relativiser les performances finlandaises
Toujours en prétendant s’appuyer sur les évaluations internationales, M. Darcos compare souvent la Finlande et la France, notamment pour dire que nous pourrions aisément diminuer le nombre d’heures d’enseignement sans grand dommage, puisque les élèves finlandais ont de bien meilleurs résultats avec moins d’heures d’école. On sait en effet que, dans les évaluations internationales, depuis une quinzaine d’années, les élèves finlandais sont constamment situés « dans le haut du tableau », tant en lecture qu’en mathématiques. Mais peu de commentateurs soulignent certaines spécificités qui expliquent une grande part de ces résultats. Concernant la lecture, une spécificité bien connue des linguistes est la régularité du système d’écriture du finnois : il y a 26 phonèmes dans cette langue, dont 8 voyelles (contre 37 phonèmes dont 16 voyelles en français) ; il y a 26 lettres dans l’alphabet finnois courant ; chaque phonème est toujours représenté par une même lettre et une seule. Si on écrivait le français sur ce modèle, les mots auraient cette allure : bato (et non bateau), méri (et non mairie), kok (et non coque ou coq), jigo (et non gigot), etc. Pour ainsi dire, le finnois ne connaît donc pas d’autre orthographe que la graphophonologie. On ne peut guère rencontrer système d’écriture plus transparent. Et pratiquement, il suffit aux enfants de connaître les lettres de l’alphabet pour savoir déchiffrer. C’est si vrai que 75 % des élèves savent déchiffrer avant d’entrer à l’école élémentaire (ils y entrent à 7 ans et non à 6 ans comme en France). La plupart des autres y parviennent lors du premier mois d’école, à travers un module adapté. Très vite, dès le début de la scolarité élémentaire, l’enseignant peut donc se concentrer sur la compréhension des textes.
En outre, deux disciplines sont inconnues à l’école primaire finlandaise : l’orthographe (on vient de voir pourquoi) et la grammaire (la langue marque dès l’oral les cas, les genres et les nombres) et l’on peut donc économiser le temps que l’on emploie à étudier ces aspects de la langue écrite dans des écritures plus morphémiques comme le français (133 graphèmes + une morphosyntaxe purement visuelle) ou l’anglais (plus de 1 000 graphèmes !).
Mais ce n’est pas tout. Les élèves finlandais sont aussi avantagés par la façon dont se disent les nombres dans leur langue. Si on traduisait littéralement en français la suite des mots-nombres finnois de 11 à 19, on dirait « dix-un, dix-deux, dix-trois… » jusqu’à « dix-neuf » (en français cette régularité ne commence qu’à « dix-sept »). Et si on traduisait littéralement la série des mots-nombres qui disent 20, 30, 40 … 90, on dirait « deux dix, trois dix, quatre dix … neuf dix ». Traduisons maintenant de façon littérale le nombre finnois qui dit 35 : « trois dix cinq » ; … celui qui dit 71 : « sept dix un » ; … celui qui dit 80 : « huit dix ». Il n’est guère étonnant, dès lors, que les enfants finlandais entrent à l’école élémentaire en sachant pour la plupart compter, lire et écrire les nombres jusqu’à 99 : la régularité de la comptine la rend facile à engendrer et le couplage entre numération orale et écriture chiffrée est quasi immédiat.
Des études interculturelles ont montré que les enfants des pays d’Asie (Japon, Corée, Chine, etc.), où l’on dit les nombres de cette façon très régulière, voyaient leurs apprentissages considérablement facilités dans trois domaines essentiels : la compréhension de la numération décimale de position, le calcul mental de l’addition et de la soustraction sur les petits nombres, le calcul mental de l’addition sur les nombres à deux chiffres. L’avance que procure cette transparence aux enfants de ces pays, par comparaison avec les enfants états-uniens anglophones, a même été estimée assez précisément : si on prend pour référence le niveau de performance que les enfants des pays d’Asie atteignent dans ces domaines en fin de CP, les enfants états-uniens n’y accèdent qu’entre la fin du CE2 et le milieu du CM1 ! Il apparaît aussi que cette facilité dans l’apprentissage du calcul mental donne un avantage important dans la résolution de problèmes numériques. Il n’y a aucune raison de penser que ce phénomène n’existe pas dans les autres pays comme la Finlande, où les enfants peuvent s’appuyer sur une même régularité et une même transparence.
(…)
les élèves de 5ème font en 2005 le même nombre d’erreurs que ceux de CM2 en 1987. Toutefois ce recul affecte principalement l’orthographe grammaticale (accords en S et ENT pour le pluriel, terminaison des verbes en ER ou en É, etc.), bien moins l’orthographe lexicale (qui, par exemple, permet de distinguer seau, saut, sceau et sot).
(…)
Or, l'orthographe est déterminante… en lecture ! Si on ne fait pas la différence entre on et ont, entre sept et cette, entre toi et toit, etc. (orthographe lexicale), et si on ne distingue pas entre elle chante et elles chantent (orthographe grammaticale), c’est le sens qui est atteint. En fait, les débats sur l’orthographe sont généralement biaisés car la question y est abordée, presque toujours, sous le seul angle de l’écriture. Or, le développement des connaissances orthographiques est ce qui rend compte le mieux du développement des habiletés dans le traitement des marques écrites. La « voie directe » dans la reconnaissance des mots, en effet, c’est la « lecture orthographique », car c’est le même « dictionnaire mental », la même mémoire orthographique, qui sert à la fois à produire l’orthographe des mots en écriture et à lire par la voie directe. Dès lors, un enfant de CE2 qui écrit : Mintenent je vé a ma mézon, risque, en lecture, de ne pas reconnaître immédiatement les mots maintenant, vais, maison, pourtant très fréquents, et de devoir les déchiffrer, avant de pouvoir en retrouver la signification en écoutant le fragment sonore ainsi produit. Et si, de surcroît, sur les mots maintenant ou maison, il commence par se dire [ma] (ou [va] sur vais) en fusionnant les phonèmes représentés par les deux premières lettres… il risque même de ne pas pouvoir réussir ce déchiffrage.
(…)
Le projet de programme permettrait-il alors de remédier à la baisse de l’efficacité de l’école primaire dans le domaine de l’orthographe ? On peut sérieusement en douter quand on voit qu’un accent encore plus fort y est mis sur les relations graphèmes-phonèmes, que cet enseignement est anticipé d’un an (il est désormais programmé dès la grande section) et que, en outre, les enseignants sont fortement incités à suivre les étapes d’enseignement des méthodes synthétiques pures : on introduit les graphèmes non selon leur fréquence, ni en partant de leur accessibilité phonologique (en commençant par exemple par les consonnes fricatives telles que r, z, j, v, ch, s, f plutôt que par les occlusives p, t, k, b, d, g), encore moins en partant des remarques des élèves, mais en commençant par les graphèmes d’une lettre, avant d’introduire les bigrammes (ou, on, an, in, oi, …), puis les trigrammes (ain, ein, ill, oin, ion, ien, …). Dans toute la première phase d’apprentissage de l’écrit (jusqu’en janvier au CP), les élèves sont ainsi plongés dans un univers artificiel : ils lisent et écrivent papa ou tata, mais pas maman à cause du graphème an ; lama, mais pas lapin à cause du in ; moto, mais pas voiture à cause du oi ; je, tu et il, mais surtout pas nous, vous et ils à cause du ou et du s qui ne se prononce pas… C’est une écriture sans véritable orthographe, qui leur laisse penser que le système du français est transparent, sur le modèle du finnois (un phonème =une lettre ; une lettre =un phonème).
(…)
Mais le pire, ici, n’est pas qu’une fois de plus (pensons à M. de Robien…), un ministre de l’éducation nationale cède au populisme en passant son temps à discréditer l’institution qu’il représente et à la faire passer pour une « fabrique de crétins ». Le pire est qu’il cherche à manipuler l’opinion pour justifier une révision complète des programmes de l’école primaire, lui faisant courir les risques d’un bouleversement général inspiré par des considérations purement idéologiques, sans diagnostic fiable, sans expérimentation préalable, en prenant pour cobayes les élèves les plus en difficulté en français oral et écrit, en maths et en sciences, qui seraient les premières victimes de cet aveuglement. Après la promulgation du « Socle commun de compétences et de connaissances » en 2007, quoiqu’ils aient pensé de ce texte, beaucoup ont souhaité un débat pour préciser de quelles manières l’école peut être plus efficace dans la prévention des difficultés. Un tel débat était possible, dans le respect des faits, condition pour qu’il puisse déboucher sur une mobilisation collective. Mais le ministre semble s’obstiner à faire passer, à coups d’arguments catastrophistes, le projet de programme qu’un cabinet occulte a griffonné en compilant les brochures des groupuscules « antipédagogistes » (GRIP, SLECC, Sauver les lettres, etc.), à contre-courant de l’évolution pédagogique internationale. Si ce projet est maintenu, l’opinion et la représentation nationale doivent savoir qu’il n’en résultera pas seulement une multitude de conflits stériles, des maîtres démoralisés, une baisse de l’efficacité de notre école et un long hiver pédagogique. Ce sera aussi la fin du « Socle » lui-même — pourtant voulu par l’actuel Premier ministre — à peine né, aussitôt mort et enterré. L’occasion historique qui était offerte à M. Darcos de redonner un élan à l’école de la République aura été pitoyablement gaspillée. Pour longtemps.

----> Je considère ce texte insultant (pour Patricia) et malhonnête (pour moi qui la comprends), ni plus ni moins qu'est dit malhonnête le ministre qu'il attaque. Je m'explique:
1/ "L'orthographe" de Patricia est une écriture de la langue française "sans orthographe" peut-être, mais accessible à l'âge de 5 ans comme le Finlandais. Au lieu de cracher sur les Finlandais en parlant de concurrence déloyale, j'inviterais ce donneur de leçon à s'inspirer des Finlandais au contraire. L'intérêt des enfants, si tel était le sujet central, conduirait à ce qui est le plus utile, le plus simple, le moins fauteur d'exclusion artificielle (pour des élèves éventuellement brillants en logique ou en inventivité – davantage que lui, traditionaliste sans argument). Le sujet ne l'intéresse pas, et ça le discrédite totalement.
2/ La numération de Patricia est aussi "à la finlandaise" ou "asiatique", simplement, sans hérésie de principe, et cela montre que l'on casse en français des enfants (aptes aux comptages et démonstrations mathématiques) pour le règne de traditions inutiles. Je trouve ça abject.
3/ A mon avis l'orthographe tant lexicale que grammaticale est inutile : si on s'en passe à l'oral, pourquoi est-elle exigée à l'écrit ? Si les homonymes oraux sont insupportables, que l'on change les mots, au lieu de les différencier seulement à l'écrit.
4/ Combattre l'orthographe franchouillarde n'est absolument pas du populisme : révolutionner l'orthographe au profit des enfants, au profit du mérite des seules idées, imposerait aux adultes un réapprentissage très impopulaire, et ferait tomber peut-être les idôles les plus populaires. Le populiste crétin, à mes yeux, et faux-élitiste adorant des verbeux littéraires à pensée nulle, c'est ce Monsieur Ouzoulias, dans l'affaire. Et les arguments contre l'orthographe ont moins que lui accès au débat qu'il réclame. Il est d'accord avec le ministre pour faire perdurer le problème et l'injustice absolue, reléguant ceux qui enrichissent la question à… abandonner la langue française. Affligeant.

Version de compromis (09/06/2008):

    Avant de finaliser son écriture parfaite (à mes yeux russophones et finnophiles), Patricia a essayé un compromis, qu'il peut être intéressant de montrer.
Principe : accepter certains bigrammes, sons à lettres doubles (an/un/on/eu/ou/ch) et doubles lettres départageant les sons voisins (nn de ann/unn/onn), avec simplement une simplification maximale en aval de cela (pas de lettre muette, pas de g lu j, pas de s lu z/ch, pas de t lu s, pas de i/l/gn lu y, pas de c lu s/k, pas de p lu f, pas de h hors ch, pas de q/x/ç/â/ê/î/û/ë/ï/ö/ü/à/ù/œ/æ/'/-, pas de ei/ai/ey/ez/et/er lu é, pas de in/ein/ain/um/im/eim/aim lu un, pas de am/en/em lu an, pas de au lu ô, pas de oi lu wa, pas de ien lu yun, etc.).
Avantages : Par rapport à la version finale de Patricia : lecture plus facile par nous (formés à l'ancienne) sans besoin de 7 clés (â,ê,î,ô,û,ö,c), nombre de lettres accentuées très réduit (seulement é/è/ô) ; par rapport au français standard : apprentissage beaucoup plus facile pour les illettrés et étrangers, risque de faute très diminué, concentrant les efforts sur les idées (logique et invention).
Inconvénients : Par rapport à la version finale de Patricia : apprentissage plus complexe pour les illettrés ou étrangers, risque de fautes accru ; par rapport au français standard : (comme version finale de Patricia) liaisons et forme féminine des mots peu prévisibles.
Comptage : un, deu, trwa, katr, sunk, sis, sèt, uit, nef, dis, onz, douz, trèz, katorz, kunz, sèz, dis sèt, dis uit, dis nef, vun, vun un, vun deu...
Conjugaison : je parl, tu parl, il parl (lui parl), nou parlon, vou parlé, il parl (eu parl)
Illustration poétique : la tèr é bleu kom unn oranj (pol éluar)


Mise en pratique (20/10/2008):

    Comme Patricia, j'ai moi-même essayé d'appliquer cette ortographe ultra-simplifiée, sur des pages entières. Je l'ai fait pour "coder" un texte très personnel dont je craignais la disparition en cas d'incendie domestique. Sa sauvegade sur Internet est donc illisible pour le commun des mortels (seulement accessible aisément aux éternels Patricia et Gérard, peut-être imaginaires, et à moi-même, si je me réveille identique dans le monde d'après). Seules remarques apparues à la transcription, quelques légers inconvénients :
- le recours en écriture phonétique à des particules bizarres pour écrire les liaisons (vis z-à vis de, dix z-neuf / dix s-sept, peut t-être / peut faire, les z-oreilles / les bras, sans z'aller / sans doute, aux z-amis / aux parents, bien n-aimé / bien sûr, en n-un mot / en tête, etc.)
- l'ambiguïté de tournures oralement non-explicites (pas de différence prononcée entre le singulier "me frappait de ballon violent" et le pluriel "me frappait de ballons violents" ; idem entre "à leurs copains" et "à leur copain", "mots de la fin :" et "mot de la fin :", "dit aux policiers" et "dit au policier") ; mais si l'écriture de Patricia était pour cette raison condamnée, il faudrait pareillement condamner la langue parlée, la réformer, en prononçant par exemple les s de pluriel, comme en Anglais
- les abréviations sont déroutantes, puisque les lettres de Patricia se prononcent différemment, la classe CM1 s'écrit "sé èm î", et si elle écrivait cm1, elle lirait "chmune"
- paradoxalement, il est étonnant d'écrire les noms étrangers en les déformant : la langue française standard écrit New York et pas Niou York, pour respecter l'orthographe oiginale, alors que Patricia écrit ce qu'elle prononce donc niû york... certes, c'est peut-être moins choquant que d'avoir francisé London, Edinburgh, Torino, Wien, Moskva, Manila en Londres, Edimboug, Turin, Vienne, Moscou, Manille
- si fils de famille et fils de couture ne sont plus confondus à l'écrit, grâce à l'écriture phonétique, le statut de notre mot "plus" reste délicat, prêtant à malentendu : "plus de sous" ne s'écrira pas pareil pour les sens "pluss de sous" (davantage de sous) et "plu de sous" (zéro sou restant), mais le + non-négatif ne se prononce pas toujours pluss : venir plu tard, être plu z à l'aise... les défauts de la langue parlée française se retrouvent intégralement dans l'écriture de Patricia, hélas - sauf coexistence de forme archaïque et forme clarifiée, qui serait enseignée aux enfants à l'école
- il est parfois difficile de départager les sons é/è, e/ê (eu), o/ô, ou de savoir si un e est muet ou non (dans "logiquement, honnêtement, douloureusement") ; il resterait quelques très rares petites "fautes" d'écriture, possibles, en parallèle aux "fautes" légères de prononciation - et les accents régionaux ne seraient pas gérés, j'en parlais plus haut ; toutefois, une scolarité qui limiterait les cours de Français à la vigilance sur ces quelques petits points serait très simple, sans noyer le sujet dans des milliards de pièges orthographiques déconnectés de la prononciation
- il est très possible de se passer de toute majuscule, mais il s'avère finalement y avoir un inconvénient : un nom inconnu peut être pris pour un nom commun ayant un sens, sans être trouvé dans le dictionnaire ; alors qu'avec une majuscule, on ne cherche pas de sens (ou on ne cherche pas à relire en croyant s'être trompé dans le déchiffrement) ; si cet inconvénient était jugé sérieux, inutile d'apprendre plus de 20 lettres majuscules pour les enfants, il suffirait de faire précéder les noms propres d'une apostrophe par exemple (apostrophe et tiret étant a priori absents de l'écriture de Patricia)
- pour nous, éduqués à la dure, il faut désapprendre les règles devenues automatismes, comme les in/un (pas facile de lire "î/un" en notre "un/une"), comme le s lu z entre deux voyelles, le c lu s ou k plutôt que ch, etc. il est aussi déroutant de lire le pluriel ils marqué il comme ça se prononce mais comme un singulier à première vue ; notre lecture spontanée est donc un malentendu souvent, contaminés que nous sommes par une complexité inutile ; il faut aussi digérer des conjonctions "interdites" scolairement comme le "éè" de réel ou européennes
- il est un peu troublant pour moi d'écrire au féminin des mots touchants sans le "e" non-prononcé habituel, comme dans seule, perdue, déprimée, amie, effacée, jolie... "une amie" s'écrit ainsi "un ami", et ça me gêne.

Clavier (17/01/2009):

    L’orthographe de Patricia a été développée pour écriture manuscrite, et elle est parfaitement utilisable sur clavier standard français azerty. Toutefois, si la base avait été ce clavier, il est possible que quelques légères modifications aient été apportées :
Non « â » (2 touches) mais « à » (1 touche) pour « an, en »
Non « û » (2 touches) mais « ù » (1 touche) pour « ou »
Pour les sons restants î, ê, ô, ö, les touches disponibles semblent moins satisfaisantes (&, $, §, ou en clavier informatique @, #, ou même les « consonnes » ç, q, h, x, µ).

Exceptions (10/05/2009-22/12/2009):

    Parmi les anomalies françaises "par exception" dont l'étrangeté serait accrue en orthographe de Patricia: signalons que, sans passage au féminin, "le divin garçon" (son "in" jules-ferrien, " î " patricien) cotoye "le divin-enfant et la divine chose" (son "inn" jules-ferrien, "in" patricien), "le moyen trajet" (son "in" jules-ferrien, " î " patricien) cotoye "le moyen-âge et la moyenne chose" (son "ènn" jules-ferrien, "èn" patricien), "le bon gars" (son "on" jules-ferrien, "ö" patricien) cotoye "le bon-élève et la bonne chose" (son "onn" jules-ferrien, "on" patricien). Pour Patricia, cela ne pose aucun problème d'écriture spontanée, mais si son écriture phonétique devenait officielle, objet d'enseignement guidé (sans appel au souvenir entendu), il faudrait choisir entre :
- accepter le dédoublement (en 2 écritures distinctes) de certains mots masculins, à employer selon la lettre qui suit
- abroger l'archaïsme de liaison spéciale (des nasales devant voyelles), puisque les sons nasaux ö,î,â seraient devenus voyelles pures
- abroger le genre masculin des noms et adjectifs en formant une nouvelle langue, toute aussi claire et considérablement plus facile, plus logique et donc plus plaisante à apprendre et manipuler en se concentrant sur les idées (voir l'article très touffu sur "La liaison" à http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/liaison.html, assimilable avec effort, risque d'erreurs, mépris entre pédants et vulgaires, mais pour quel intérêt objectif ? adorer la tradition un jour figée arbitrairement relève de l'endoctrinement ou du choix).
    Au passage, il convient de signaler que certaines règles totalement injustifiées de l'orthographe française seraient abrogées par Patricia : d'après le dictionnaire Hachette, le mot gabarit a pour famille gabarier et gabariage, venant du gotique garwi, alors pourquoi punir les élèves oubliant le t à gabarit ? ou le refusant, comme Patricia, super-logique, elle. Lamentables enseignants, à pouvoir convainquant nul, mais investis d'autorité, avec bâton et carotte, appui parental et médiatique, légal... (Autre exemple : on doit écrire prétention et tension, surtout pas prétension ni tention, pourtant ces mots viennent du latin praetentus et bas-latin tentio, donc on pourrait dire tentio et praétentus en respectant l'origine, ou tout simplifier en tension et prétension - Patricia écrit ainsi tâsyö et prétâsyö - mais non, l'autorité arbitraire commande, pour faire un n'importe quoi très précisément dirigé, sans l'ombre d'un argument. Lamentable est le mot juste je crois).
----- Ajout (25/07/2009-17/10/2009)
- Si on me dit que la logique phonétique ferait perdre la logique des familles de mots (brun/brune, bon/bonne, grand/grande, petit/petite, etc.) je répondrais que non, il s’agirait seulement de formes archaïques, coexistant avec des formes simplifiées (brîe, böe, grâe, petie, correspondant à nos brun-e, bon-e, gran-e, petihe) ou bien il s’agirait d’exceptions comme c’est si courant en Français actuel :
* Comme Patricia :
. on doit dire cauchemardesque, pourtant on n’écrit pas cauchemard mais cauchemar
. on doit dire clouté, pourtant on n’écrit pas clout mais clou
. on doit dire gabarier, pourtant on n’écrit pas gabari mais gabarit
. réprouver (non réprober) donne rébrobation (non réprouvation), décrire (non descrire) donne description (non décriration), distinguer (non distincter) donne distinction (non distingation), éteint (non extinct) sonne extinction (non éteintion), détruire (non destruire ni destructer) donne destructible (non détruirable), dévouer (non dévoer) donne dévotion (non dévoution), dégoût (non dégust) donne dégustation (non dégoûtation), démontrer (non démonstrer) donne démonstration (non démontration), main (non manu) donne manuel (non mainel), paraître (non paruer) donne parution (non paraîtion), doute (non dube) donne dubitatif (non doutif), emploi et roi (non employ et roy) donnent employer et royal (non emploiher et roihal), fleur (non flor) donne floral (non fleural), réciproque (non réciproce) donne réciprocité (non réciproquité), préfet (non préfect) donne préfecture (non préféture), seul (non solite) donne solitude (non seulude), objet (non object) donne objecter (non objeter), produit (non product) donne production (non produition), pied (non ped ni pod) donne pédicure et podomètre (non piedicure et piedimètre), géologie (non géologuie) donne géologue (non géologe), technique (non technice) donne technicien (non techniquien), sujet (non subject) donne subjectif (non sujétif), battre (non bater) donne bataille (non battraille), pouls (non puls) donne pulsation (non poulsation), malin (non malign) donne maligne (non maline), île (non insula) donne insulaire (non îlaire), empire (non imper) donne impérial (non empirial), etc.
* Moins bien que Patricia :
. on doit écrire annuler/affoler/balistique, pourtant on n’écrit pas nule/fole/bale mais nulle/folle/balle
. on doit écrire dominicain/républicain, pourtant on n'écrit pas Saint-Dominic/républic mais Saint-Dominique/république
. on doit écrire provoquer, pourtant on n'écrit pas provoquation mais provocation
. on doit écrire résonance, pourtant on n'écrit pas résonant mais résonnant
. on doit écrire patronyme/patronage, pourtant on n'écrit pas patrone/patroner mais patronne/patronner
. on doit écrire rationalisme, pourtant on n'écrit pas rationélement mais rationnellement
. on doit écrire phosphate, pourtant on n'écrit pas sulphate mais sulfate
. on doit écrire conique, pourtant on n'écrit pas cone mais cône
. on peut écrire Jamaïcain ou Jamaïquain, portant on n'écrit pas Jamaïc mais Jamaïque
. on peut écrire convainquant ou convaincant, pourtant on n’écrit pas convainqre mais convaincre
. de nombreux verbes se finissant en « quer » sont associés à des mots avec « c » (non « q ») : se finissant en « c » (pic, toc, bloc, choc, plastic, estomac, pronostic) ou « cation » (évocation, révocation, invocation, convocation, provocation, abdication, indication, revendication, claudication, duplication, application, complication, intoxication, communication, prévarication, décortication, éducation, bifurcation, défécation) ou « cage » (blocage, asticage, décorticage) ou « cable » (applicable) ou « cant » (fabricant, vacant, suffocant)
. de nombreux mots se finissant en "ce" sont associés à des mots se finissant en "çant" (commerçant, remplaçant, menaçant, berçant, agaçant, perçant) et pas en "ceant"
. on doit prononcer interpellé comme interperpelé alors qu'on ne prononce pas interpellation comme interpelation mais comme interpélation
etc.
- Si on me dit, en pays francophone ou anglophone, qu’il faut « impérativement respecter l’étymologie », je mettrais ces acharnés en face les uns des autres, puisqu’ils se donnent tort mutuellement, avec la même intolérance voulant broyer le profane :
. Point clé : pour le prénom/nom-commun Marc/marque, Patricia écrit mark/mark, et les Anglais le comprennent en écrivant Mark/mark, mais aux fiers Gaulois hurlant que les maudits Brittons ne respectent pas l'étymologie, faisons observer que les Britanniques sont plus proches de la source dans leurs mots petroleum/perineum/exodus/Caesar etc. là où le Français à dérivé "salement" en pétrole/périnée/exode/César...
. Semi-doubles français : mocassin, carottes, échalottes, palettisable (en anglais : moccasin, carrots, shallots, palletizable)
. Double-doubles français : rationnellement (en anglais : rationaly)
. Non-double-doubles français : comité (en anglais : committee)
. Doubles français : auxilliaire, coutellerie, Castillan, sollicitation, intervalles, flamme, nommer, consommer, honnête, personnel, additionnel, conditionné, mentionné, passionné, panneau, patronnesse, questionneur, pionnier, empoisonneur, prisonnier, raisonnable, confessionnal, correctionnel, conventionnel, environnement, bannir, couronnement, contorsionniste, déviationnisme, évolutionniste, exhibitionnisme, expressionnisme, impressionnisme, expansionnisme, inflationniste, isolationnisme, obstructionnisme, perfectionnisme, protectionnisme, percutionniste, réductionnisme, révisionnisme, révolutionnaire, enveloppe, développant, appartement, Philippin, dessaler, dessécher, littéralement, débattre, squelettique
(en anglais : auxiliary, cutlery, Castilian, solicitation, intervals, flame, name, consume, honest, personal, additional, conditioned, mentioned, passionate, panel, patroness, questioner, pioneer, poisoner, prisoneer, reasonable, confessional, correctional, conventional, environment, banish, coronation, contorsionist, deviationism, evolutionist, exhibitionism, expressionism, impressionism, expansionism, inflationist, isolationism, obstructionism, perfectionism, protectionism, percussionist, reductionism, revisionism, revolutionary, envelope, developing, apartment, Filipino, desalinate, desicate, literaly, debate, skeletal)
. Non-doubles français : bazar, abréviation, Caraïbe, taboulé, boucanier, adresse, soudain, Aladin, caféine, safran, shérif, girafe, renifler, trafic, agression, agrandir, agrégé, débogage, exagérer, hagard, jongler, hawaïen, galerie, roulant, cordialement, bouledogue, modélisme, contrôleur, galop, galant, vilain, gelée, galanterie, machiavélique, pilier, asymétrie, comité, hamac, manière, panier, canon, belladone, canule, flanelle, dîner, caravaning, équipé, apaiser, clapet, disparaître, mariage, arythmie, baril, courant, albatros, exprès, ciseaux, bouton, coton, bataille, formaté, matière, poterie, tatouage
(en anglais : bazaar, abbreviation, Caribbean, tabbouleh, buccaneer, address, sudden, Aladdin, caffeine, saffron, sheriff, giraffe, sniffle, traffic, aggression, aggrandize, aggregate, debugging, exaggerate, haggard, juggle, Hawaiian, gallery, rolling, cordially, bulldog, modellism, controller, gallop, gallant, villein, jello, gallantry, Machiavellian, pillar, asymmetry, commitee, hammock, manner, pannier, cannon, belladonna, cannula, flannel, dinner, caravanning, equipped, appease, clapper, disappear, marriage, arrythmia, barrel, current, carroty, albatross, express, scissors, button, cotton, battle, formatted, matter, pottery, tattoo)
. Différences franco-anglaises : alléluia, ambiant, existant, recommandation, tyran, Coran, alcaline, plancton, choc, Chiite, rançon, succion, octdrique, négociation, liposuccion, almanach, backchich, hachisch, derviche, bolchevik, amendement, Fidji, département, gouvernement, exemple, connivence, sergent, fécal, gynécologie, sulfate, flegme, fantôme, fantasmagorie, compagnon, pignon, bouledogue, hermine, cristal, sirop, rime, emploi, oignon, bataillon, médaillon, Castille, estime, litchi, moka, Lhassa, rebelles, badmington, octogone, podomètre, Hongrie, ouest, troupe, tabou, marabout, ouverture, paquet, provoquer, laque, astérisque, classique, brique, pique-nique, roquette, rythme, harmonisation, familiarisation, organisation, vulgarisation, fossiliser, latiniser, lobotomiser, tyranniser, busard, museler, défense, extorsion, ressemblance, ressources, passeport, terrasse, prétention, Lituanien, plate-forme, bureaucratie, diplomatie, méritocratie, létal, autorité, auteur, Sabbat, doute, connexion, excentrique
(on aurait pu employer comme les anglais : hallelujah, ambient, existent, recommendation, tyrant, Koran, alkaline, plankton, shock, Shiite, ransom, suction, octahedral, negotiation, liposuction, almanac, backsheesh, hashish, dervish, bolshevik, amendment, Fiji, department, government, example, connivance, sergeant, faecal, gynaecology, sulphate, phlegm, phantom, phantasmagoria, companion, pinion, bulldog, ermine, crystal, syrup, rhyme, employ, onion, battalion, medallion Castile, esteem, lychee, mocha, Lassa, rebels, badminton, octagon, pedometer, Hungary, west, troop, taboo, marabou, overture, packet, provoke, lake, asterisk, classic, brick, picnic, rocket, rhythm, harmonization, familiarization, organization, vulgarization, fossilize, latinize, lobotomize, tyrannize, buzzard, muzzle, defence, extortion, resemblance, resources, passport, terrace, pretension, Lithuanian, platform, bureaucracy, diplomacy, meritocracy, lethal, authority, author, Sabbath, doubt, connection, eccentric).
. Faux mécanismes franco-anglais : hydrate donne hydratation mais féminine donne féminité* (en anglais : hydrate donne hydration mais feminine donne femininity). *: idem pour Madagascar/Malgache, lyrique/lyrisme, iniquité/inique (en anglais : Madagascar/Madagascan, lyric/lyricism, iniquity/iniquitous)...
Non, il s'agit juste de traditions locales, un jour sacralisées au nom de la loi du plus fort. Aucune logique (avant Patricia, ou avant les phonéticiens - traduits par Patricia en lettres standards).
----- Conjugaisons améliorées de Patricia (suite, 04-27/10/2009) et prononciation en Français 1882-2009, et conjugaison "correcte" 2009
(correction 14/11/2009-05/03/2010, le mot "nous" n'étant pas conjugué par Patricia, qui dit "on" à la place - même si elle peut répondre "Nous." à une question "Qui ?")
vyîdé
je vyînd
vû vyîdé
vyîdé
je vyîderé
(ke je vyîd)
viender
je viende
vous viendez
viendé
je vienderai
(que je viende)
venir
je viens
vous venez
venu
je viendrai
que je vienne
alé
je al
vû alé
alé
je aleré
(ke je al)
aller
je alle
vou' allez
allé
je allerai
(que je alle)
aller
je vais
vous-allez
allé
j'irai
que j'aille
dormé
je dorm
vû dormé
dormé
je dormeré
(ke je dorm)
dormer
je dorme
vous dormez
dormé
je dormerai
(que je dorme)
dormir
je dors
vous dormez
dormi
je dormirai
que je dorme
vwaré
je vwar
vû vwaré
vwaré
je vwareré
(ke je voir)
voirer
je voire
vous voirez
voiré
je voirerai
(que je voire)
voir
je vois
vous voyez
vu
je verrai
que je voye
désuvé
je désuv
vû désuvé
désuvé
je désuveré
(ke je désuv)
déçuver
je déçuve
vous déçuvez
déçuvé
je déçuverai
(que je déçuve)
décevoir
je déçois
vous décevez
déçu
je décevrai
que je déçoive
fèré
je fèr
vû fèré
fèré
je fèreré
(ke je fèr)
fèrer
je fère
vous fèrez
fèré
je fèrerai
(que je fère)
faire          (ai:è)
je fais       (ai:é)
vous faites (ai:è)
fait            (ai:é)
je ferai
que je fasse
se aséyé
je me aséy
vû vû aséyé
aséyé
je me aséyeré
(ke je me aséy)
se asseyer
je me asséye
vous vous asséyez
asséyé
je me asséyerai
(que je me asséye)
s'asseoir
je m'assois
vous vous asseyez
assis
je m'assiérai
que je m'asseye
atîdé
je atîd
vû atîdé
atîdé
je atîderé
(ke je atîd)
atteinder
je atteinde
vous atteindez
atteindé
je atteinderai
(que je atteinde)
atteindre
j'atteins
vous atteignez
atteint
j'atteindrai
que j'atteigne
vivé
je viv
vû vivé
vivé
je viveré
(ke je viv)
viver
je vive
vous vivez
vivé
je viverai
(que je vive)
vivre
je vis
vous vivez
vécu
je vivrai
que je vive


Nouveau rejet des bigrammes (27/01/2010) :

* Je disais que le scandale, dans "oi" prononcé wa, c’est qu’on n’entendait dans ce "oi" ni "o" ni "i". Il y a une autre approche critique qui « casse » ces bigrammes. Il me vient de la publicité pour les pastilles Humex, des bonzes tibétains psalmodiant Huuuuuuuu-mex ! : que ce serait-il écrit si le nom avait été Hoimex ? Hoiiiiiiii-mex ? Mais ce n’est pas du tout un "i" qui est allongé… et l’écriture Hoioioioioi-mex peut se lire Waaaaa-mex ou Wa-wa-wa-wa-wa-mex ou Wa-yo-yo-yo-i-mex… ce qui est totalement déroutant, pourquoi ne pas écrire façon Patricia waaaaaa-mèks ? C’est tellement évident, tellement plus clair (les finales départagent de la lecture meugz aussi possible pour mex, type "mexure dimensionnelle").
* De même pour An-mex, On-mex, Un-mex, Eu-mex, Au-mex, Ou-mex (pour Patricia âmèks, ömèks, îmèks, êmèks, ômèks, ûmèks) mais aussi avec consonnes : Chmex ou à l’inverse Xmex (pour Patricia cmèks, ksmèks).
* Au sujet de ces consonnes allongeables ou non, j’ai retouché le texte de base, où je disais que l’orthographe de Patricia se basait sur b-a-ba, que je viens de remplacer par f-u-fu. J’aurais pu écrire f-a-fa, mais des mauvais esprits diraient que ça évoque un endoctrinement facho. Enfin : b-a-ba avec les noms de lettres actuels n’est pas du tout clair : « bé-a-ba » devrait se voir répondre « pourquoi pas -béa ? ». Correction : « beu-a-ba », réponse : « pourquoi pas « -beu'a ? ». Imparable (imposer au nom de l’autorité me paraît atroce, mutilant la logique enfantine). Donc il semble falloir enseigner la combinatoire de sons, au départ, sans les occlusives gênantes (b, d, g[u], k, p, t) mais avec des sonores simples énonçables telles quelles (f, j, m, n, r, s, v, w, y[od], z, ch). D’où f-u-fu. Dans un second temps, le principe de combinaison acquis, peuvent être présentées les occlusives à l’envers : b n’est ni bé ni beu, mais ce qui rassemble ab, eb, éb, èb, ib, ob, ub (et en ortograf de Patricia : âb, êb, îb, ôb, ûb, öb, sans noms à voyelles non écrites et sans bigrammes pourris à lettres non prononcées).

Nouveau rejet des liaisons (21/08/2010 + 01-05/10/2010 + 31/12/2010 + 11/02/2011) :

    Il était d’emblée clair qu’en supprimant les lettres muettes, l’orthographe de Patricia ferait perdre des liaisons usuelles (vas-y, bon-appétit, beaux-arbres), mais cela concerne aussi des bigrammes (sons à lettres doubles) : en'inspirant, un'avion, on'y va.
    Cela serait je crois extrêmement salutaire, pour l’apprentissage simple de la langue française, qui actuellement est presque impossible à l’oral sans être justifié par l’écrit, « clarifiant ». A l’âge de 5 ans, je m’en souviens, j'étais totalement scandalisé par « un'avion des'avions », interdisant « un z'avion » et « des n'avions », appelant mon tout premier jugement de contradiction, solide, et (avec le recul, je juge maintenant que j’avais raison,) c'est clairement une complexité inutile, oralement injustifiable, sauf cascade de règles (inutiles pour exprimer les choses ou idées). Pourquoi la langue parlée française ne peut-elle pas être intrinsèquement cohérente (et simple) ? Par tradition, certes… mais ni plus ni moins que la tradition aurait pu "justifier" l’esclavage, la royauté, les privilèges, le droit de cuissage, le machisme, la guerre de conquête, le racisme… La langue française orale pourrait être améliorée, pour devenir régulière et cohérente.
    Je devine l’objection, automatique : sans les liaisons, la langue française ne serait pas aussi « belle ». Je ne suis pas d’accord, même sans me référer aux liaisons pédantes de François Mittérand, dont la suffisance frôlait l'insoutenable. (Pour la beauté de cette langue, je virerais avant tout les très vilains R, en ce qui me concerne, pour ressembler aux délicieuses langues chinoise et vietnamienne, ce qui est maintenant le cas de l’oral Français Patricien, mais ce n’est pas ici le sujet.) Si quelqu’un prétend que l’accolement de deux sons-voyelles (genre « lé havions, bon hapétit ») est disgracieux (d’où « beau arbre » remplacé par « bel arbre », « ma attitude » par « mon attitude »), pourquoi permet-on « néerlandais, brouhaha, la hache, les héros », etc. ? Bref, deux poids deux mesures, l’argument prétendu n’étant nullement un principe honnête mais un alibi ad hoc pour justifier n’importe quoi, l’autorité ayant le privilège de l’employer ou non selon ce qui l’arrange… (comme le « principe » de précaution, nullement employé pour interdire voiture, cuisson, chauffage, baignade, chien domestique, etc.) Lamentable. Après examen détaillé, il s'avère que les accolements de voyelles sont inombrables, et pas spécialement laids :

    Jusqu’à preuve du contraire, il n’y a nulle raison valable de ne pas fournir aux enfants et aux étrangers une langue française immensément claire, légèrement retouchée, pour que l’écrit ne fasse que retranscrire l’oral avec une simplicité parfaite, alphabétique. Les gens mal formés (à tort formés à l’ancienne usine à gaz) pourraient s’y mettre aussi simplement que les bébés, mais… certes, ils perdraient leur sentiment de supériorité (infondé), et devraient faire un (petit) effort (contre leurs automatismes acquis). Ces deux raisons suffisent hélas totalement à ce que ce projet reçoive moins de 10% des voix dans un éventuel référendum d’initiative populaire, au cas où le blocage par la fausse « élite lettrée » soit contournable.
    Donc les liaisons demeurent, hélas. Sauf pour Patricia, classée "illettrée" mais supérieure à tous les lettrés, en logique, en honnêteté.

"Beauté" de la langue intouchable (19-31/03/2011) :

    J'ai vu à la télévision un acteur de théâtre, interviewé avec complaisance, roucouler que beaucoup de Français n'étaient hélas pas assez "amoureux de la langue française". Peu m'importe l'intolérance de ce fanatique ou d'un autre (s'il y a non-violence), mais je conteste totalement le caractère dominant (sans argument) de ce type de jugement encouragé par les médias, qui font cracher sur une "langue améliorée en bousculant les traditions", même pas envisagée. J'ai dû apprendre et réciter à l'école primaire qu'était admirable l'allitération racinienne "Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?" (avec 5 S en 11 à 12 syllabes), et ceux qui contestaient étaient saqués, punis, classés "mauvais". Bonnes notes et mauvaises notes, carotte et bâton, c'est une école d'ânes bestiaux, qui génère nos "admirateurs de la langue française", oubliant d'envisager qu'ils auraient été amoureux d'une autre langue s'ils étaient nés en Espagne ou Allemagne ou Angleterre, et que si le Français s'est imposé, c'est en écrasant militairement l'Occitan ("Tuez les tous ! Dieu reconnaîtra les siens !"), le Breton (massacre des Chouans ?), puis sévère endoctrinement des enfants et maintenant martellement médiatique. Non, je ne trouve pas ça beau du tout. Je trouve même la langue française très laide à cause du son R ici ; ainsi l'hyper-allitération (avec 18 R en 18 syllabes) "Horreur, l'ordure Bernard Verdure rira d'erreurs rurales d'aurore contraire" m'évoque un raclement de gorge avant de cracher un immonde glaviaud, quelle laideur... (S'arrêter après "erreurs" en ferait un "alexandrin", mais ça reste affreux, même si ça rime avec "ferveur" au vers précédent – ou "gloire de nos pères" pour la version octadécyl-syllabique). Pire encore : l'atroce cas de "Trois rares frères prirent la Ruhr et crurent traire, frire, braire, rire, croire, prendre" (23R en 14 syllabes, quoique 24 à 29 syllabes pour « Toulouseu con »). Hélas, c'est l'absence de débat honnête qui écrase l'orthographe de Patricia (et sa prononciation, avec "R effacé" comme les Britanniques ou Antillais).
    Patricia va jusqu'à revoir l'alphabet, classement pour son répertoire : a,â, e,ê,é,è, i,î, o,ô,ö, u,û ; c,f,j,l,m,n,r,s,v,z ; b,d,g,k,p,t ; y,w (que nous proncerions comme a,an, e,eu,é,è, i,in, o,au,on, u,ou ; chh,ff,jj,ll,mm,nn,rr,ss,v v,zz ; be,de,gue,ke,pe,te ; yye,wwe). Cela bouscule pour nous le dogme acquis, mais dans la mesure où il y a zéro "règle" (et zéro exception) à apprendre en plus de cet alphabet, ce serait l'objet d'un apprentissage ultra-simple de l'écriture-lecture. Limitant le mérite aux idées et aux histoires, ce qui serait inadmissible pour nos verbeux dominants n'ayant rien à dire qu'à roucouler leurs traditions chéries.

Preuves encore (05/12/2011) :

- Je me souviens un journaliste anglais francophone, qui se plaignait que notre écriture n’est pas claire, pas « prononçable » directement : il citait le cas du « gui » de « anguille » et « aiguille » qui se prononce différemment, sans qu’on puisse le deviner, autrement que via « par cœur » – alors qu’avec l’orthographe phonétique de Patricia : puisque ça se prononce différemment ça s’écrit différemment (« âgiy » et « éguiy », b-a-ba...).
- Dans le même genre, j’ai eu à écrire le mot rare « immangeable » et pourquoi ce « imm » se prononce-t-il différemment de celui de « immoral, immature, immaculé » ? Parce qu’il faut l’apprendre par cœur, zéro logique. Patricia est logique, elle : le « îm » de « îmâjabl » n’est pas le « im » de « imoral ».
- De même le « emm » de « emmener » et « dilemme » et « violemment » (pour Patricia : « âm » et « èm » et « am »), le « enn » de « ennui » et « ennemi » (pour Patricia : « ân » et « èn »).
- D’un côté, il y a la simplicité, la clarté, la logique (Patricia), de l’autre il y a une usine à gaz élisant les réciteurs et punissant les logiques, « légalement ». Tous les propos sur l’illettrisme sont à revoir : cette langue française pourrie est conçue pour égarer, pour maintenir la domination artificielle de beaux parleurs sans logique, refusant l'expression de chacun sans artifices, prétendus à tort "élitistes" (les moutons à tête très pleine d'inutile ne sont pas les meilleurs des humains). C’est hélas similaire chez les anglo-saxons, donc le Chinois l’emportera normalement, et la lumineuse voie alphabétique sera perdue, stupidement, criminellement presque (à mon avis). [Je me défoule à dire ce que je pense, avant de devoir hélas soutenir les institutrices bouchées qui inculqueront l’orthographe classique à mon fils à venir, pour son intégration harmonieuse dans cette société pourrie… – je ne lui parlerai surtout pas de l’orthographe de Patricia, sinon ensuite : il refuserait automatiquement l’orthographe anti-phonétique classique (tellement absurde en comparaison loyale), « inutilement chiante ». Et je présente mes regrets ou condoléances à mes camarades Larenaudie et Voilet, interdits d’études à l’âge de 13 ans pour « faute d’orthographe inadmissible », moi c’est ce système idiot que je trouve inadmissible, même si je vais continuer à l’admettre en pratique, pour ne pas être viré de mon boulot, mais c’est pas juste (il faudrait former les nouvelles générations à la version simple, et les adultes s’y mettraient aussi simplement). Les "intellectuels" francophones, étalant leur érudition passéiste et se fichant éperdument de l’intérêt des enfants et des étrangers, volent leur titre – avec assentiment général puisqu’ils gouvernent l’endoctrinement scolaire et médiatique, donc dirigent les foules, aveugles et égoïstes ("je préfère qu'autrui fasse un énorme effort, plutôt que lui et moi fassions un petit effort").]
PS. (06/12/2011) : Juste une précision : mon idéal n'était pas du tout que chacun écrive à sa façon à soi. Je disais que des "intellectuels" dignes de ce nom, au lieu de sacraliser une vieille usine à gaz (avec laquelle ils croient briller en écrasant les faibles, les logiques) feraient mieux de s'entendre sur une écriture très simplifiée et très claire, au bénéfice immense des enfants (et des étrangers, immigrés ou touristes ou sympathisants chez eux), et ce serait si simple que les adultes mal-formés à l'ancien système pourraient très facilement se mettre au nouveau. Et on acquérerait tous les nouveaux automatismes et la lecture-facile (des nouveaux écrits) en peu de temps. Au lieu de ça, c'est le verrouillage total, et c'est pas juste du tout, je trouve. Si la langue française meurre, puis la langue anglaise ensuite, ça sera bien fait pour "nous", ce sera la faute des traditionnalistes obtus qui n'auront pas voulu exploiter effectivement l'énorme supériorité (en simplicité et facilité) des langues alphabétiques (1 caractère = 1 son) sur le Chinois (ou l'Egyptien antique : apprendre des dizaines de milliers de caractères et leur prononciation, indépendante) – c'était possible sans basculer à la phonétique intégrale (celle-ci n'ayant pour nous presque aucun caractère connu, et ses caractères n'étant pas présents sur nos claviers). Tout seul, on ne peut rien y faire effectivement (sauf à perdre toute communication), mais c'est immensément dommage que ceux qui prétendent à l'intelligence et qui ont le pouvoir préfèrent imposer un système pourri.

Illogismes toujours (18/02/2012) :

Aujourd'hui dans un texte que j'écrivais, je devais employer le mot apéritif, retraçant le cadre d'une situation rêvée, et au moment de l'écrire, je me suis rémémoré la "règle" : "après a, on double la consonne, pour montrer que ce n'est pas le a privatif de apesanteur, asymétrie, etc." donc appéritif (comme affoler et attitude etc.), mais le traitement de texte l'a souligné, me proposant à la place apéritif... Eh, ce n'est pas du contraire de péritif, dont je parle. Enfin, c'est vrai, on nous bassinait à l'école primaire avec les exceptions Afrique, etc. Mais c'est scandaleux, ces exceptions, comme le très stupides choux, genoux, cailloux, hiboux : pourquoi ne pas les supprimer pour devenir régulier, amélioré ? (si le but était l'intérêt des apprenants, la facilité de maîtrise par les enfants et les étrangers. Et Patricia fait encore mieux en supprimant toutes les doubles consonnes : afolé atitud, tous les pluriels – l'article pluriel suffit : on pourrait dire "des cheval" sans aucune ambiguïté). Mais justement, le but n'est absolument pas de faciliter la vie des (nouvelles) gens, au contraire, il s'agit de créer une prétendue "élite" de moutons sachant par coeur des montagnes d'illogismes à apprendre par coeur, en crachant sur les (étrangers et) logiciens, assez mauvais à ce jeu qui n'est nullement un mérite selon moi (pas plus que la capacité à réciter l'annuaire). La pensée est ailleurs, j'espère la mort de cette langue pourrie, qui est hélas la mienne. Et je n'écris (presque) couramment que l'Anglais, sinon, qui est aussi pourri voire pire, en matière d'orthographe anti-phonétique, illisible sans apprentissage par coeur à la Chinoise. Je conclurais en français : 'chier, merde.


Variante de l’objection musicale (30/05/2012) :

   Si l’alphabétisation de Patricia avait différencié la prononciation de brin et brun, elle aurait certes eu recours à deux lettres différentes et proches, mais cela aurait pu être, suivant à moitié l’autorité : ü pour un (le û étant déjà pris pour ou), et ï pour in (sans î défini, ou réservé au i-dur russe). C’est homogène avec le ö pour on, et la 4e nasale serait ä pour an (sans â défini).
   Bref, ça aurait donné : ä,ï,ö,ü,ê,ô,û,c pour an,in,on,un,eu,au,ou,ch – presque aussi simple que la version initiale de Patricia, voire mieux en ce sens que le ö est moins isolé.


Limite (02/01/2013) :

   On m'a signalé qu'avec 7 lettres "oiseaux" était le mot de la langue française le plus long dont on ne prononce aucune des lettres. Patricia écrit wazo, prononçant les 4 lettres (comme en écriture phonétique).
  En termes de ratio de raccourcissement, il y a bien mieux que ce 4/7=57% : ainsi les mots quelles et poings s'écrivent kèl et pwî avec Patricia (50%), sangs s'écrit sâ (40%), saints s'écrit sî (33%), eaux s'écrit ô (25%). Mais le raccourcissement n'est pas le but de Patricia (ou de la phonétique b-a-ba), puisqu'elle remplace l'inutile x par ks (ou gz, en étant claire).
  J'ai peut-être eu l'occasion de l'écrire dans une nouvelle, une des clés les plus courtes pour déchiffrer les codes de Patricia est l'adresse de "foyer social De Honchaugeoux, 79 rue Saint-Jean, 59000" = "fwayé sosyal dêöcôjû, 79 ru sî jâ, 59000" (6 mots et 2 nombres): les deux premiers mots sont explicites sans code, et l'annuaire indique quel nom complet est à un numéro 79, d'où on tire les 7 codes âêîôûöc=an,eu,in,au,ou,on,ch.

"Orthophonie"/ortofoni (08/12/2013) :

   J'ai appris qu'étaient suivis en orthophonie les 2,5% d'enfants allant le moins vite en lecture (score en dessous de moyenne moins 2 écart-types), comme Patricia enfant. Je vois là une triple aberration :
- Le fait d'être loin de la normale ne signifie pas qu'il y a pathologie. Sinon, avec 1000 caractères indépendants (sur les empreintes digitales par exemple), il y aurait environ 100% de "malades", sans aucun signe clinique. Patricia peinait à ingurgiter les lois inutiles, antilogiques, ayant inventé tellement plus simple. Si le score fatidique est maintenant de 60 mots/minute ± 30 à tel âge, en orthographe de Patricia (wazo pour oiseaux) la distribution serait peut-être 90 ± 10, les esprits logiques à la traîne en orthographe julesferrienne étant en tête dans le nouveau système.
- A orthographe inchangée, si le niveau baissait, on classerait normaux ceux qui étaient classés handicapés, ce qui prouve que ce n'est pas objectif. Inversement, si le niveau croissait, le niveau qui était autrefois dit normal serait classé handicapé. Cela fait peut-être vivre les orthophonistes, mais c'est clairement un artifice, non une nécessité intrinsèque. Lire moins vite que les autres est éventuellement une gêne, mais cela n'a rien de médical. Et ce n'est pas davantage un handicap social que le manque de goût pour la fête, ou autre spécificité diversement répartie dans la population.
- Statistiquement (sans recensement exhaustif), rien ne prouve que 2,5% des enfants sont en dessous de moyenne moins 2 écarts-types. Tout d'abord, cela est la tradition gaussienne, et les tests censés prouver le caractère gaussien d'une distribution sont des erreurs d'interprétation (validations par non-significativité, annonçant un risque d'erreur <5% quand il est en fait de <95%). Ensuite, l'écart-type mesuré est théoriquement assorti d'un intervalle de confiance, classiquement "oublié" pour affirmer une loi. Enfin, un échantillon au hasard actuel n'est pas forcément représentatif de la population future, ce n'est qu'en aval de déterminisme fixiste que la science généralise.

Clavier (10/04/2014) :

   Un essai de concevoir un clavier simplifié (abeci remplaçant AZERTY), spécial orthographe de Patricia, a été réalisé :

(en évitant les doubles casses pour les lettres, 3 caractères ont été supprimés : µ§£, ils sont ajoutables en casse alternative comme @#\€ )

"Fautes" (10/05/2014+06/06/2014) :

   Dans le (mauvais) livre « Zéro faute ! L’orthographe, une passion française », François de Closets note judicieusement qu’on devrait dire « erreurs d’orthographe » et pas la lourde condamnation « fautes d’orthographe ». J’ai trouvé à ce sujet une intéressante analyse de vocabulaire par Jean Belotti sur le site http://henri.eisenbeis.free.fr/belotti/2014/2014-04-avril-Lettre-et-Chronique.html#7-_C-est_de_la_faute_du_pilote . Je le cite : « il convient de rappeler le distinguo qui est fait entre “l'erreur” et “la faute”.
a.- L’erreur est une appréciation inexacte d'un événement ou d'une action. Au cours de toutes les actions qu'ils engagent, les êtres humains que nous sommes font des erreurs (dans la composition d'un numéro de téléphone ; dans le choix de la bonne clé du trousseau ; dans la nature de la pression à exercer sur la manette commandant les diverses fonctions de l'essuie-glace ; etc...). (…)
b.- La faute. Le “Lexique des termes juridiques” de Dalloz indique qu'en droit civil, une faute est l'attitude d'une personne qui, par négligence, imprudence ou malveillance, ne respecte pas ses engagements (faute contractuelle) ou son devoir, celui de ne causer aucun dommage à autrui (faute civile ou “quasi-délictuelle” ou “délictuelle). En droit pénal, une faute est un élément moral ou psychologique de certaines infractions [soit réalisées - comme déjà dit - par une imprudence, une maladresse, une négligence ou l'inobservation des règlements ; soit présumé, à partir de la matérialité de certains agissements (“faute contraventionnelle”)].
  Quant au degré de gravité de la faute, il est apprécié par la Justice.
»
  Cela confirme que l’orthographe est sanctifiée au point de classer toute entrave aux commandements en offense punissable. C’est clairement de la dictature, et ce n’est pas au bénéfice d’autrui puisqu’une orthographe simplifiée a pu être conçue pour le bien des générations futures : non, il s’agit de respecter la hiérarchie en place, le commandement par les anciens refusant d’apprendre la méthode améliorée. Cela me rappelle le téléfilm sur la guerre de 1914-18 où un instituteur, avant de partir au front, faisait fièrement réciter l’exception « poux, genoux, cailloux, choux ». Moi je vois dans ce nationalisme traditionnaliste une faute lourde, mortelle, et au contraire dans le refus des complexités orthographiques inutiles : une voie vers le bien moral. Bref, la « faute » est selon moi dans le diktat orthographique passéiste, pas du tout dans le refus de celui-ci. Certes, la nouvelle voie SMS est une erreur stratégique (mille codages différents, ambigus, illisibles pour le profane), mais une unique et très claire convention simplifiée mériterait de remplacer l’usine à gaz dictatoriale, bien illustrée par le terme abusif de « fautes d’orthographe ».
  La notion de règlements est certes ambivalente : elle peut désigner une condition d’emploi admise au départ, tout refus a posteriori étant sanctionnable. Mais, en démocratie, la loi ne tombe pas de l’autorité arbitraire : elle peut évoluer en mieux, pour le bien des faibles et le moins-bien des dominateurs injustes. Enseigner qu’il y a « faute » d’orthographe en cas d’erreur constitue donc un endoctrinement relevant de la propagande, malhonnêtement dite éducative, pour biaiser l’éventuel référendum ultérieur. C’est de la pure malhonnêteté, visant la perpétuation de l’injustice au lieu de l’amélioration objective. Ça fonctionne certes avec plein succès, comme a fonctionné la propagande communiste ou inquisitoriale, j’espère simplement son écroulement, à terme. Et je dénie totalement le terme d’« élite » aux trop fiers partisans de cette dictature, aveugles ou malhonnêtes.

Détail révélateur (11/09/2014)

  Dans l’écriture d’une nouvelle, j’avais besoin du mot d’argot pour dire content, et j’ai demandé à Internet comment il s’écrivait. Fort aimablement, le site Larousse (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/jouasse/45004) m’a renseigné, mais la réponse me fait soupirer : « jouasse ou joice, adjectif populaire, pour content, heureux ». C’est là le drame de l’orthographe à la Jules Ferry : 3 lettres sur 5, ou 5 lettres sur 7, diffèrent entre les 2 écritures valides. Et les autres équivalents en lecture (joisse, jouace, jwas, jwass, jwace, joiss, jouass, geoisse, geoice, etc.) sont interdits comme fautes, criminelles… Patricia (patrisya), elle, écrit ce qu’elle entend, jwas, il n’y a aucune espèce d’ambiguïté ou d’appel à la mémoire, à l’autorité. La langue de Jules Ferry est bien (ou « mal » selon moi) une usine à gaz pourrie visant le triomphe de l’autorité abusive, répressive, antilogique.

Semi-réforme et résistance (05/02/2016)

  Hier soir aux informations télévisées (chaine française M6, journal 19.45) était annoncée une réforme de l’orthographe française, remplaçant porte-monnaie par portemonnaie, coût par cout et maîtresse par maitresse. Un spécialiste interviewé disait qu’il y a des aberrations orthographiques dans la langue française comme les « 2 n » exigés à honneur quand « 1 n » est exigé à honorable. Mais deux personnes interrogées dans la rue disaient : l’une, que nous avons réussi à apprendre l’orthographe alors les jeunes d’aujourd’hui peuvent bien y arriver aussi, pas besoin de changer, et l’autre affirmait que les réformes tendaient à faire disparaître la beauté de la langue française, qui réside justement dans sa complexité. Il était aussi précisé que là où l’accent circonflexe change le sens, il ne serait pas supprimé, comme entre un homme mûr et un homme-mur. Un sondage d’opinion « téléspectateurs », sans doute lancé sept heures plus tôt, donnait un résultat écrasant contre cette réforme : à la question « êtes-vous favorable à une simplification de l’orthographe ? », 82% répondaient Non (et je crois 18% répondaient Oui, je n’ai pas le souvenir qu’il y avait des cas « ne se prononce pas »). Qu’est-ce que j’en pense ? Pas facile, je réponds en 4 temps :
1/ Bien. A mon avis (contre l’avis populaire étonnamment), il va dans le bon sens de ne plus exiger quelques particularismes inutiles, décrétant « fautes » des détails sans aucune importance.
2/ Pas assez. Je n’applaudis pourtant pas cette réforme, car ce micro-changement timide ou peureux va immensément peu loin, et de manière non-logique, par comparaison à l’ortograf de patrisya. Patrisya instaure, elle, une logique orthographique, comme la phonétique mais sans le recours à de nouvelles lettres hors-claviers usuels. Au lieu de porte-monnaie, coût, maîtresse, homme mûr, honneur, elle écrit portmoné, kû, métrès, om mur, onêr. Sans les bizarreries anti-phonétiques des lettres doubles inutiles (et pas besoin de « s » non redoublé lu « z », il suffit que « s » se lise toujours « s » et soit écrit « z » là où il se prononce « z »). Et pas besoin de bigrammes aberrants comme « ai » pour « é » sans entendre « a » ni « i », et avec exceptions comme « pain ail faisable » (« pî ay fezabl » pour Patrisya). Et s’il y a des homonymes tolérés à l’oral, pourquoi ne pas les tolérer à l’écrit ? (sinon, pourquoi ne pas changer, tant à l'oral qu'à l'écrit, un des doubles par un équivalent étranger remplaçant, comme mûr/mur --> mur/wol ?).
3/ Question biaisée. Je pense que le résultat du sondage aurait été totalement différent si avait été précisé que la réforme consistait à permettre et non à exiger. Bien sûr que la grande majorité des gens refuse l’effort de réapprendre de nouvelles règles contredisant les règles péniblement apprises en des décennies d’effort (avant de devenir plus ou moins automatiques). Les gens ne veulent pas être punis s’ils ignorent la totalité des nouvelles règles, inconnaissables sauf nouveau par-cœur (puisque illogiques aussi). Et ils n’aiment pas devoir racheter des versions à jour de leurs logiciels traitements de texte ou courriels, qui corrigeaient les fautes à l’ancienne façon. Cela fait deux arguments très majeurs contre un changement d’exigence – mais tout change s’il ne s’agit que de permettre, ne plus punir une variante, sans déclarer fautive l’ancienne façon. Ne pas avoir précisé cela dans la question explique je crois le score incroyablement fort contre la simplification.
4/ Réponse hypnotisée. Avec précision honnête, dissipant le malentendu grave biaisant les réponses, le résultat du sondage aurait presque assurément été moins fort, mais j’envisage toutefois qu’il ait pu rester orienté contre mon opinion, avec par exemple 55% contre la simplification. Comment l’expliquer ? Mon épouse, d’origine étrangère et vraiment effrayée au quotidien par les exigences incroyables (illogiques) imposées à notre fils en classe CP, pense que les gens « disent n’importe quoi, ne réfléchissent pas », et je ne suis pas loin de partager ce sentiment. Mais, à mon avis, les gens sont hypnotisés, « conditionnés » : leurs maîtresses d’école ayant répété pendant toutes leurs années d’enfance que « oublier l’accent à maîtresse, c’est très mal », les élèves ont imprimé ça dans leur cerveau comme base essentielle de la scission bien/mal, et spontanément telle est donc leur référence, avec refus de cataclysme intellectuel déboulonnant pareils piliers. A mon avis, les gens sont ahuris, répondent par automatisme, devenu égoïste, sans envisager le bien des nouveaux enfants, des étrangers (rejetés de manière xénophobe, groupo-égoïste). Avec le principe de la démocratie à l’occidentale (disant crotte à la majorité du monde, prétendue sale ou impure ou inférieure – comme le chante l’atroce hymne « La Marseillaise »), ça constitue une majorité, mais je persiste dans mon opinion contraire : je n’aime pas la pourrie langue française, un tout petit peu moins pourrie avec la nouvelle réforme, sans affronter le vrai problème en face. Hé, Gallilée aurait été cassé par la majorité comme il l’a été par les chefs Inquisiteurs, même s'il avait raison (nous dit-on aujourd'hui)…

Confirmation hélas (20/02/2016)

  J'ai reçu un spam m'invitant à participer à un sondage Internet "êtes vous pour ou contre la réforme de l'orthographe ?". J'ai suivi le lien, écarté les 12 publicités, et l'image présentait les mots "nénuphar" avec ph souligné en rouge + correction "nénufar" (idem pour "oignon" et "ognon"), et "disparaître" avec l'accent entouré en rouge. J'ai voté Pour, quoique cette réforme soit bien trop timide à mon goût, pas idéale du tout et très critiquable en ce sens (d'accord pour nénufar mais je préférerais onyö et disparètr), et j'ai obtenu la réponse : "merci pour votre participation, qui fait passer le compte à 8% Pour 92% Contre" (peut-être 8 Pour/92 Contre, ou bien 1 Pour/11 ou 12 Contre, avec arrondi). Je suis très triste de cette confirmation de l'impopularité d'une simplification. Toutefois, le biais était encore commis ici par l'image illustrative : il était présenté comme faute soulignée en rouge l'actuel ph de nénuphar, sans dire qu'on autoriserait nénufar sans interdire nénuphar, ce qui change totalement la situation (suscitant rejet par crainte du réapprentissage, du manque d'information complète, de l'obsolescence coûteuse pour logiciels et dictionnaires, etc.).

Doute partiel (29/02/2016)

   J’ai reçu avant-hier le même SPAM de sondage contre (ou pour) la réforme orthographique, et j’ai cliqué sur le lien, pour voir. L’image était la même, les 24 publicités étaient similaires, et – pour voir, j’ai re-voté Pour – m’attendant à recevoir un refus puisque j’avais déjà participé. Mais j’ai au contraire reçu une confirmation du même score 8% Pour 92% Contre. Cela signifie soit que c’est encore confirmé, et solide sur des milliers de voix, ne changeant pas à 1 près, soit que c’est un pseudo-sondage publicitaire, enregistrant les coordonnées (pour publicité) en affirmant faussement un comptage inventé ou antérieur au vote.
  Quoi qu’il en soit, j’ai entendu dire que 2400 mots étaient concernés par la réforme, et ce n’est clairement pas une dizaine facile à apprendre, alors j’envisage un autre motif de refus : les adultes ne seront plus en position de dire aux enfants « regarde, tu as fait une faute », puisque la faute n’en est peut-être plus une. Alors toute l’éducation orthographique s’écroule, les parents perdant leur compétence, ce qu’ils refusent. De même, ils ne pourront plus jouer (bien) au scrabble, devenant spontanément fautifs partout, perdants ou tricheurs sans le vouloir. Idem pour les mots croisés, avec incapacité à trouver ce qui correspond maintenant aux nombres de lettres spécifiés. Et comme aucune logique absolue n’est instituée (au contraire total de l ortograf de patrisya), ce n’est nullement que parents et enfants pourront aussi facilement acquérir la nouvelle orthographe, c’est que les enfants vont exceller là où les vieux vont peiner, désagréablement d’où refus automatique.
  Il s’agit donc d’une lamentable parodie de réforme, générant sciemment l’hostilité au lieu de résoudre le scandale de l’usine à gaz orthographique. C’est pire que mal pensé stupide, ça semble du sabotage.

ortograf bis (14/03/2016)

  J’ai eu une conversation imaginaire avec Patricia imaginaire, et c’était intéressant. Elle était étonnée mais pas hostile, concernant l’objection « uod » : dans le mot « puis/puits » du Français académique, on n’entends pas du tout pu-i, mais c’est un « u rapide », comme une consonne, ou comme le w de wapiti est un « ou rapide », comme le y de yole est un « i rapide ».
  De là, Patricia entrevoyait 2 solutions/améliorations à son ortograf :
- Abandonner w et y, à remplacer par ou (û) et i, comme le u n’est pas dissocié en 2 (u voyelle et uod semi-consonne).
- Employer une lettre particulière pour le uod, comme le y de yod et le w. De ce côté, elle était intéressée par l’écriture du mot « païen », avec ï pour y, et du coup le « uod » pourrait être ü. Et comme le y serait abandonné, on pourrait le reconvertir comme en Russe pour le son « ou » (libérant û). D’ailleurs, en phonétique, ou et u sont y et u, simplement inversés (et ce serait envisageable aussi, pour mieux être accepté par les anglophones n’ayant pas notre son u, mais écrivant u le son ou). Alors w, « wod », « ou-od », serait ÿ. Et comme le son on (autrefois ö pour Patricia) n’a absolument aucun rapport avec ce principe de consonne-voyelle, et aucun rapport-son avec o, il serait possible d’écrire « on » en employant l’écriture û libérée. Bilan : y-â-ê-î-ô-û-c-ï-ü-ÿ (pas de ä-ë-ï-ö-h-q-w) deviendrait ou-an-eu-in-au-on-ch-y-u(od)-w. Au lieu de â-ê-î-ô-û-c-ö (pas de ä-ë-ï-ü-h-q) pour an-eu-in-au-ou-ch-on.
  Il y a clairement matière à choix, à débat contradictoire, avant de standardiser pour tous un système satisfaisant, mais… en concurrence loyale, le Français académique (usine à gaz) et le Français SMS (à lectures divergentes) ne font pas le poids, au sens de « sont beaucoup trop lourds, à apprendre par cœur, très déplaisamment, avec très multiples fautes/erreurs/incompréhensions inutiles ».

Curriculum vitae (30-31/05/2016)

  J’ai reçu un spam du journal L’Express, intitulé « Pas de pitié pour les CV bourrés de fautes d'orthographe... surtout en France ». Sous-titré « Un manque de politesse, de rigueur et de maturité. Voilà ce que révéleraient des fôt'd'orthograf dans un CV, selon les recruteurs français ». L’article complet (à http://www.lexpress.fr/emploi/conseils-emploi/pas-de-pitie-pour-les-cv-bourres-de-fautes-d-orthographe-surtout-en-france_1796005.html? ) contient une précision : « La particularité de la France par rapport aux pays anglo-saxons, c'est que faire des fautes équivaut à être mal élevé ». Je ne suis pas d’accord avec ce particularisme issu d’un système injuste, pénalisant la logique pour élire la récitation stupide. Ceci dit, le système étant en place, ceux qui n’ont pas suivi le moule sont effectivement suspects de rébellion ou incapacité ou autre. A mon sens, c’est une forte raison de changer, non d’applaudir et continuer.

Jeunes (12/06/2016)

  A mon travail, je rencontre beaucoup de jeunes étudiants Bac+4 (bientôt diplômés Bac +5) qui ont un « niveau d’orthographe » n’atteignant pas ce qui était exigé pour entrer en classe Bac-moins-5 pour ma génération. Cela pourrait être le signe que la dictature orthographique va être abolie et c’est bon signe. Toutefois :
- La vogue SMS/Texto n’est pas du tout la logique phonétique qui serait d’une clarté absolue. L’objectif est une écriture raccourcie au maximum, au risque des doubles sens… Ainsi glan peut vouloir « j’ai la haine » en abrégé ou « gland » de chêne ou autre. Patrisya écrirait en clair, elle : « j é la èn » et « glâ ». De plus les SMS évitent les accents, à l’anglaise, et cela ôte quasiment tout espoir de gérer en simples lettres uniques les sons manquants à notre alphabet, an/en-on-in/un-ou-eu-au. Tant pis apparemment pour la simplicité, le drame est simplement que ce n’est pas une mise en concurrence loyale, contradictoire et réfléchie, qui décide des choix, mais les pressions de groupes (vieux classiques d’un côté, jeunes rebelles de l’autre, imposant leurs manques de clarté). La géniale petite Patrisya est elle injustement classée « handicapée mentale », broyée mais ayant inventé mille fois mieux.
- Aujourd’hui comme hier, les Bac + 5 méprisent les simples Bac, même si ces Bac d’autrefois étaient davantage difficiles que les Bac + 5 d’aujourd’hui (du fait du changement d’exigences voulu par le ministre Jospin). Ce n’est pas juste, et – même si je ne suis pas favorable à la dictature de l’orthographe, je suis choqué par la prétendue supériorité de nuls en orthographe. Si, au lieu de « il faut aller », l’humble Patrisya a raison d’écrire (arguments à l’appui) « il fô alé », je ne suis pas d’accord avec le fier djeun’s qui écrit « il faut allé », sans aucune forme de logique (puisqu’il dirait « il faut faire » avec l’infinitif pour un autre verbe).

Preuve par l’absurde (17/06/2016)

  Quand je dis qu’il n’y a pas besoin de langue « compliquée pour rien », que le mieux serait de clarifier le plus simplement possible, on me répond que la complexité est ce qui fait la beauté et la richesse de la langue, son mérite. Je ne suis pas d’accord et je peux m’expliquer par un exemple.
  Si complexité accrue signifie beauté accrue, mérite accru, adoptons le français de la secte frélite :
- chaque mot commençant par la lettre a voit ses lettres suivantes décalées de 1 : a pour b, b pour c, … y pour z, z pour a.
- chaque mot commençant par la lettre b voit ses 2e et 4e lettres décalées de 7 : a pour h, b pour i, etc.
- chaque mot commençant par la lettre c voit ses 2e, 3e et 6e lettres décalées de 11
etc. : 26 règles principales, sans compter 3147 règles dérivées comme « quand une lettre p devrait suivre une lettre a, cette lettre p est omise si le nombre de syllabes du mot est pair (avec la prononciation "accent de la capitale française"), remplacée par q si le nombre est impair sauf s’il y a 3 syllabes auquel cas elle reste p mais doublonnée en pp ».
  Quelle langue « superbe » serait ainsi générée !: 0,00% de la vile populace saurait lire et écrire correctement, seule « l’élite » en serait superbement capable, et monopoliserait donc le monde de l’écrit, pour réciter dans tous les sens le texte sacré (la profession de foi du gourou).
  Non, c’est idiot ? Ben oui, les complexités artificielles n’ont un pseudo-intérêt que pour les gens n’ayant rien à dire. Et l’idéal me semble tout au contraire une langue transparente, laissant le seul mérite aux idées, plaisantes inventives et/ou logiques cassant les contradictions ambiantes.
  Le français frélitiste (imaginaire) n’a pas aucun rapport avec le français académique : je suis personnellement effaré que le son « k » qui est une seule lettre en langue russe moderne s’avère trois lettres en français académique : k, c, q sans compter que cc, ck, cq, kk, cu, qu, cqu sont souvent dits obligatoires pour le même son (voire ques ou ckent, etc. comme dans « tiques » et « stockent »), que c se lit parfois s ou g ou ch (ch se lisant parfois k à l’inverse, rarement, ou se lisant tch ou r) ou rien (c final non prononcé dans croc), oui c’est une usine à gaz absurde. Et si on me dit que c’est la tradition, ça me parait aussi absurde que de dire qu’un homme surendetté doit devenir esclave ainsi que ses enfants car telle est la tradition (biblique, évangélique, etc.) : une vieille coutume mauvaise mérite d’être abandonnée, immédiatement, et pas du tout sacralisée intouchable au nom de la tradition.

Variantes temporaires suivant Patricia (31/10/2016)

  En un sens, le signe ö pour on fait désordre, par rapport aux âêîôû (pour an eu in au ou), et on aurait pu penser que y-accent-circonflexe conviendrait mieux, même s’il n’y a aucune relation avec l’écriture on. Mais y-accent-circonflexe ne fait pas partie de la langue française et est refusé par les claviers français écrivant ^y à la place. Toutefois, en écriture manuscrite, ce serait une possibilité.
  A noter que y n’est pas une voyelle selon Patricia, qui ne lit jamais cette lettre i (façon « j’y vais », pour elle : « j i vé »), et qu’en gallois, les semi-conconnes y et w peuvent toutes deux recevoir un accent circonflexe.
  Autre possibilité (déjà mentionnée), attribuer les trémas aux sons nasaux äïöü pour an in on un, en laissant êôû pour eu au ou. C’est une autre éventualité.
  Le principe de l’ortograf de patrisya n’est pas que c’est une perfection à prendre sans discussion, ni que c’est un « n’importe quoi à décliner chacun à sa façon » : c’est une approche sensée, qui serait discutable avec plusieurs variantes, avant d’être choisie unique pour enseignement à tous, ultra-simple.

Micro-victoire 44 ans après (02/11/2016)

  (J’ai déjà cité cette anecdote mais j’y reviens de manière plus approfondie).
  C’est en classe de CM1, à un âge entre 8 ans et demi et 9 ans et demi, l’année scolaire 1972-73, il y a 44 ans, que j’ai « compris » l’interdit portant sur l’honnêteté en orthographe. Notre instituteur « Monsieur Barbier » nous disait « l’orthographe française est logique : on écrit "cueillir" et pas "ceillir" pour que ça se prononce avec le son k initial et pas s », et j’avais osé contester « non, msieu, on devrait lire cueillir comme kèïir et pas keuïir, puisque "ei" se lit è comme dans reine ou peine » (j'aurais pu ajouter « et à quoi sert cette pourrie lettre c puisqu’on a déjà k et s ? s’il y a besoin de "c" pour le son ch, pas besoin de h : que la lettre c devienne ce son-là »). Il avait rigolé, m’avait fait taire, et j’avais baissé mon froc (à tort) pour faire la course aux bonnes notes. Je ne me souviens pas s’il a dit que, avec "ai" qui se lit è comme "ei" (dans vrai, trait, etc.), paille-caille-maillet-assaillant se prononcent paï-caï-maïé-assaïan, pas pèï-kèï-mèïé-assèïan, mais ce n’est pas du tout probant car j’aurais dû citer meilleur-veille-vieille-pareille-treillis : plein de "eille" lus èï, tandis que feuille-deuil ne s’écrivent pas du tout feille-deil à la "cueillir", et donc… non, l’orthographe française n’est pas du tout logique, c’est une usine à gaz d’exceptions à apprendre par cœur, anti-« intelligence logique ». Cela élit les moutons en punissant les esprits logiques (contrairement à l’absence d’orthographe finnoise des petits finlandais, se classant les meilleurs d’Europe chaque année), c’est une honte, un handicap absurde, idiot, imposé à tort aux enfants (alors qu’on pourrait faire tellement mieux facilement, si facilement que les anciens pourraient s’y mettre aussi aisément).
  Je me souviens de ce monsieur Barbier de manière mitigée. Il était très spécial en étant adepte de la méthode Freynet, qui donnait la parole aux élèves (avec notamment des textes libres, écrits à la maison, donnant lieu à élection par les élèves du texte de la semaine – presque toujours le mien quand j’étais candidat). Mais je lui posais des problèmes, et il énonçait parfois les questions orales sous la forme : « je vous demande quelle est la réponse, à tous sauf Christophe », je ne comprenais pas pourquoi, mais je comprends que, comme je répondais toujours la bonne réponse quasi instantanément, mes collègues se la coulaient douce sans chercher la réponse, attendant que je la dise, ce qui était contraire à la volonté de l’instit’ (qui me félicitait honnêtement toujours mais râlait sans doute intérieurement, avant d’inventer ce principe « pour tous sauf… »). Toutefois, l’année suivante, quand nous étions au CM2, nous sommes sortis un midi un peu en avance et les « petits » CM1 de Monsieur Barbier chantaient, plusieurs camarades ont fait par les fenêtres (de ce rez-de-chaussée) des grands signes « à la chef d’orchestre » pour tourner en ridicules les petits CM1, et je me suis joins à eux en souriant. Alors Monsieur Barbier est sorti en colère, et il a hurlé « Christophe, entre ici ! ». Je regrettais mon geste, un peu méchamment moqueur et peut-être interdit, j’aurais voulu être ailleurs, mais j’ai obéi, sans oser dire « éh, il n’y a pas que moi ». Et Monsieur Barbier m’a fait faire – en face, devant tous les CM1 – les gestes de chefs d’orchestre (maladroit, incompétent) pour faire chanter les élèves. J’avais les larmes aux yeux, de honte, ridicule. Il triomphait, se vengeait de la gêne que je lui avais causée l'année précédente.
  Mais aujourd’hui je me venge en sens inverse : je prouve qu’il se trompait (pas en matière de discipline mais de contenu éducatif – lui et le programme), imposait autoritairement son illogisme en prétendant la langue française logique. L’ortograf de patrisya est logique, pas du tout celle de Jules Ferry (et des aristocrates avant, ayant voulu se réserver la maîtrise de l’écrit en gênant autant que possible son accès). Le score est de 10 à 1, là, Monsieur Barbier est déchu, chef indigne. Na ! (Ce n’est pas un triomphe grandiose, mais ça apaise une rancœur en moi).

Grammaire aussi (03/10/2017)

  Je suis en train de lire le livre « Retour sur l’accord du participe passé » (éditions Flammarion, 2016) et je suis abasourdi par une anecdote : en langue française, on peut dire/écrire « la majorité des gens fait » mais il faut dire/écrire « une majorité des gens font »… Pourquoi ? Parce que l’Académie Française l’a décidé donc c’est à « réciter » par chacun ? Je préfère une langue logique, « compréhensible » par chacun : puisque le singulier du groupe et le pluriel du contenu militent différemment ici pour l’emploi du singulier ou du pluriel, il conviendrait d’accepter les deux façons dans tous les cas, quelque soit l’article. Mais… encore mieux serait, comme en anglais, de ne pas conjuguer différemment singulier et pluriel, ceci n’apportant aucun sens particulier supplémentaire par rapport aux sujets. Donc il chante, ils chante (eux chante – l’homonymie, manquant de clarté à l’oral, est condamnable), nous chante (on chante), etc. (et pas de subjonctif ni de passé simple), futur : il va chante, nous va chante, passé : je a chante, nous a chante (prononcé nou a chante, car les liaisons sont un piège inutile, une usine à fautes embrouillant pour rien). En ce sens, la réforme du français de Patricia n’est pas seulement une nouvelle orthographe (immensément simplifiée) mais aussi une nouvelle grammaire (immensément simplifiée). Cela a été tenté par le passé, avec ce qu’on appelle le « parler petit nègre », mais au lieu de s’inspirer de cette simplification lumineuse, les fiers traditionalistes s’en sont moqués, l’ont ridiculisée (selon leurs valeurs). Hélas. De faux supérieurs, supérieurs seulement en bêtise récitante, super-fière (à tort), ont enterré la voie de la logique, c’est très dommage. Je serais d’avis de revenir à la logique. On me traitera d’imbécile heureux mais j’ai été présenté au Concours Général de Français, juste avant d'avoir un Bac ultra-brillamment en 1981 (à l’époque où c’était très difficile très rare) : je suis davantage renégat argumenteur qu’idiot aveugle. Je précise que je ne veux pas casser le Français pour imposer l’Anglais : même si la grammaire anglaise est bien préférable à la grammaire française, l’orthographe anglaise est totalement absurde, notamment l’imprévisibilité de prononciation des voyelles, rendant fautive la lecture/écriture sauf vaste apprentissage par cœur ; l’orthographe russe moderne est elle simple, mais la grammaire russe est inutilement compliquée avec ses déclinaisons. Pour une langue optimale, mondialement applicable, l’esperanto est peut-être un bon candidat, le Français simplifié comme l’Anglais simplifié (et le Chinois alphabétique, le Russe sans déclinaisons) peuvent être aussi déclarés bons, je pense, pas le Français usine à gaz.

Nouvelle mise en pratique (08/10/2017)

  Je viens de transcrire à nouveau un grand texte en ortograf de patrisya et, en me relisant, je note 4 points :
- C'est clairement du Français, même si voir un texte global peut dérouter : de multiples mots sont parfaitement clairs. Exemples : été, sur, mur, de, je, vu, avéré, abimé, répété, validé, révolté, rapatrié, rejeté, préféré, obtenu, parti, porté, unanimité, fiablilité, stabilité, normalité, anormal, oral, avenir, définir, aléa...
- Parfois, j'ai intuitivement tellement besoin de la liaison que je la transcris "sans raison". Exemples : peut-être (pê-t-ètr), sous-estimé (sû-z-èstimé)...
- Souvent, je supprime la liaison, en changeant la prononciation usuelle. Exemples : ôter le "n" dans un avis, en effet ; ôter le "t" dans quant à, tout autre ; ôter le "z" dans des études, quelques heures...
- Ponctuellement, j'ai décidé de changer la grammaire, avec "est-ce que" transcrit "èsk" et non "è se ke".

Semi-soutien bienvenu (01/11/2017)

  J’ai poursuivi la lecture du livre « Retour sur l’accord du Participe passé. Et autres bizarreries de la langue française » par Rousseau-Houdart-Herlin, collection Le Coût des Mots, et j’ai eu la bonne surprise de trouver 17 pages (pp.247-263 et 251-262 surtout) sur la querelle de l’orthographe entre phonéticiens et classiques. Je remercie mon libraire de m’avoir conseillé cet ouvrage, pas tout à fait consacré au sujet que je cherchais (critique de l’orthographe classique) mais l’enrichissant très utilement, à titre de sujet annexe, en passant.
– « [1990] un article grotesque en écriture phonétique qui commençait ainsi : "Il se fai gran brui dans la Presse dé réform ortografic don M. Gréar sé fai le champion…", procédé de mauvaise foi car il n’était pas dans l’intention du pauvre Octave Gréard de "phonétiser" l’orthographe. » A ce stade de la lecture, j’étais choqué, doublement. D’une part le livre semble là dire « oui, phonétiser l’orthographe est très ridicule, mais ce réformateur visait en fait tout autre chose » ; or non, phonétiser l’écriture ne me semble en rien ridicule, ne faisant que heurter les intoxiqués ayant appris qu’était (soi-disant) « fautif » le non-respect des idioties classiques. D’autre part, l’article veut choquer tout en cachant la logique phonétique, qu’il ne respecte pas : pourquoi écrire « dans » et pas « dan » ? « Presse » et pas « près » ? « sé » et pas « s é » ? sans compter les bi-lettres restant autant d’exceptions : dans « ai », « an », « on », « ch », on n’entend pas les sons des lettres constituantes, ce qui est antiphonétique. Pour cette même phrase, patrisya aurait écrit « il se fè grâ brui dâ la près dé réform ortografik dö mêsyê gréar s é fé le câpyö… ». Là est la logique pure et belle, alors que remplacer une usine à gaz par une autre, à peine mieux, est un faux examen du point de vue adverse, malhonnêtement.
– « [1694] Pour fixer la norme, les académiciens ont fait des choix que l’on peut qualifier d’élitaires, admirablement résumés par cette déclaration de l’un d’entre eux, un certain Mézeray, qui figure dans tous les livres sur l’histoire du français : "La compagnie déclare qu’elle désire suivre l’ancienne orthographe qui distingue les gens de lettres d’avec les ignorans et les simples femmes." […] Ce qui signifie qu’au lieu de chercher la simplicité, de faire une orthographe facile, les académiciens ont chargé la barque en réétymologisant […] et relatinisant les mots, les lardant des y, th, rh, ph de leurs origines qu’ils avaient perdus au fil des siècles, en doublant les consonnes, en compliquant et rallongeant les mots dans le but non dissimulé d’en faire un instrument difficilement accessible au peuple ». Cette explication m’apporte grandement, merci, mais je trouve qu’il s’agit d’une honte abominable méritant réforme immédiate avec phonétisation pour enfin faire simple, égalitaire, populaire. Par ailleurs, je conteste totalement le mot « élitaire » employé ici (ou « élitiste » plus courant) : faire apprendre une montagne de choses par cœur ne génère en rien des gens meilleurs que les autres, il s’agit d’ânes savants, réciteurs serviles mais penseurs nuls, en logique notamment. Il s’agit de fausse élite tout au contraire d’une vraie élite lucide, souhaitant le triomphe des idées en ouvrant à tous les codes artificiels de la relation écrit/oral, en visant le moindre mal.
– « cette norme est comme sacralisée, pas très loin d’un dogme religieux, avec ses grands prêtres […] Sans oublier ses hérétiques, à commencer par les phonétistes, qui sont un peu comme Lucifer dans l’univers mental des opposants à toute réforme. Enfin, elle sert de "marqueur social" : tout texte publié qui comporte ne serait-ce qu’une faute risque d’être d’emblée déconsidéré et son rédacteur suspecté d’être un ignoran(t), voire un illettré. Les fautes dans les CV sont souvent, comme chacun le sait, rédhibitoires. » Merci pour ce sombre tableau, valant dossier à charge, pour dénoncer la dictature absurde du dogme orthographique anti-simplicité. C’est tellement ancré que je n’ai jamais entendu parler des dits « phonétistes » (ou « phonéticiens » ?), proposant parait-il une alternative. Le drame est que c’est totalement ignoré de la population, et quand j’ai parlé – en association de parents d’élèves – de mon invention de langue simple évitant mille tortures aux enfants, pour leur bien à eux, rigoureusement personne n’a été intéressé, la seule réaction étant quelques doigts tournés sur la tempe, pour me classer malade mental, à ne pas écouter. C’est grave.
– « Il parait inutile de s’obstiner à maintenir artificiellement une règle qui n’est qu’une cause d’embarras dans l’enseignement, qui ne sert à rien pour le développement de l’intelligence et qui rend très difficile l’étude du français aux étrangers. » Bien dit, mais à cela il faudrait ajouter le drame des inutiles conjugaisons, compliquées pour rien, l’absurdité du genre des mots, usines à fautes dans tous les sens, pour zéro enjeu en clarté de pensée.
– « Il existe un fossé grandissant entre la norme orthographique d’un autre âge et l’usage, un peu comme s’il y avait deux ou plusieurs graphies, celle de l’élite et celle des autres. » Erreur d’analyse : il s’agit de fausse élite, de moutons savants inaptes à la logique et hostiles au débat honnête où tous les avis seraient bienvenus, et triompheraient éventuellement par la pertinence des idées.
– « on peut avancer qu’une réforme profonde de l’orthographe, c’est-à-dire sa simplification, ne pourrait être menée que par un pouvoir bénéficiant d’un consensus […] par exemple dans le feu et l’exaltation d’une révolution politique et sociale. […] dans la Russie révolutionnaire de 1918, qui a vu une réforme comportant notamment la suppression de quatre lettres de l’alphabet cyrillique jugées redondantes et un obstacle pour les futures campagnes d’alphabétisation ; ou dans la Turquie de Mustapha Kemal […] ce qui a eu pour résultat que l’orthographe du turc est une des plus faciles du monde : […] que tout ce qui s’écrit se prononce et que chaque lettre n’ait qu’une prononciation ? » Eléments intéressants, entre évidence et pessimisme, hélas.
– Problème de ce livre : il est entièrement partisan des complexités différenciant à l’écrit ce qui est identique à l’oral (homonymes, accords clarifiants : poil/poêle, comparant pain et brioche eux l’ont trouvé cher/trouvée chère). Au contraire, je juge que l’écrit doit être un calque de l’oral, et si l’oral n’est pas clair il faut le réformer, clarifier, sans limiter l’explication à l’écrit éventuel.

Anti-super-liaisons (04/11/2017)

  J’ai signalé plus haut être tout gêné par des liaisons devenues intuitives, dont la suppression en « ortograf de patrisya » crée parfois un inconfort intuitif, désolé (c’est le résultat d’un lavage de cerveau regrettable). Mais je repense à une autre idée sur ce plan : j’étais choqué autrefois par le tribun président François Mitterrand rajoutant plein de liaisons là où je n’en aurais pas mis, comme manifeste de sa connaissance supérieure de l’orthographe classique (méprisant autrui jugé à tort inférieur).
  Certes, en Français standard, on pourrait rajouter plein de liaisons partout, mais je les désapprouve dans des cas comme ceux-ci : cent-onze, jouet à hélice, manger en paix, lacs aux cygnes, cailloux immenses, plomb allégé, blanc uni, fond absolu, rang étroit, gentil oiseau, drap orange, monsieur ému.
  Idéalement, les liaisons auraient toutes disparues, et on peut en rêver dans le vide puisque de toute façon tout est refusé en matière d’amélioration, logique, de la langue française (en disant crotte aux enfants et aux étrangers…).

Pour ou contre l’écriture inclusive (29/11/2017)

  On m’a signalé un débat (« invraisemblable » ?) sur la dite « écriture inclusive », et je ne savais pas ce que désignait ce mot. Internet me l’explique notamment avec la page http://www.sudouest.fr/2017/10/12/qu-est-ce-que-l-ecriture-inclusive-et-pourquoi-pose-t-elle-probleme-3856018-4699.php . Il s’agirait de 1/ remplacer « les droits de l’homme » par « les droits humains » [je suis d’accord], 2/ remplacer la supériorité du genre masculin sur le féminin par l’accord de proximité (« lui et elle sont belles, elle et lui sont beaux ») [je suis d’accord, si ça devient officiel pas de problème, à ceci près qu'il faudrait hélas corriger l'intégralité des 41 livres que j'ai écrits], 3/ insérer des noms doubles avec le caractère rare point milieu (remplacer « les électeurs » par les « électeur∙rice∙s ») [je ne suis pas d’accord car ça rompt le rapport phonétique oral-écrit et requiert de nouveaux claviers, peu clairs, doublant le problème déjà présent avec virgule et apostrophe]. Bref, ma réponse est oui-oui-non, ce qui attirera les foudres des pro-Oui comme des pro-Non, hélas.

Francophone torture (15/02/2018)

  Aux informations hier était mentionnée une journée de la francophonie, ou évènement de ce genre, en disant que la langue française est actuellement la 5e plus parlée dans le monde (après mandarin, espagnol, anglais, arabe), avec 240 millions de personnes concernées, mais sera la seconde en 2050, avec 550 millions, du fait de la démographie « dynamique » de l’Afrique. J’espère que, pour ces 550 millions, très majoritairement africains, l’avis de la parisienne Académie Française n’aura plu’ du tout d’importance, et que leur langue deviendra une forme de l’ancien parler « petit nègre ». L’orthographe de Patricia sera alors un excellent candidat pour éviter de torturer pour rien un demi-milliard de gens, avec l’actuel apprentissage par cœur de millions d’exceptions anti-phonétiques*. Ou bien, sinon, il faut souhaiter qu’ils abandonnent le Français, comme les Africains ont réussi à ne plu’ devoir réciter « nos ancêtres les Gaulois », imposé absurdement par les criminels colons méprisant les locaux.
* : nouveaux exemples : on écrit convainquant/convaincants mais pas convainquants, classé « faute inadmissible ». On écrit verglas/verglacé pas verglac/verglassé, peine/pénible pas péne/pène/peinible, nerf/nerveuse pas nerv/nerfeuse, Angleterre pas Engleterre ni Engterre pour England. (Ajout 29/04/2018 : on écrit tabac et tapagisme, pas tabag ni tabacisme).

Beauté de la langue française : les francophones déments stockholmisés (06/04/2018)

  J’ai vu l’autre jour à la télévision un "expert" déclamer que la beauté de la langue française est indéniable. Moi je le dénie mais ce type et plein d’autres me l’interdisent. Pourquoi cette intolérance ? A mon avis, ils sont conditionnés à la Pavlov : tellement habitués, par l’école et l’entourage, à penser qu’écrire de manière académique c’est bien et écrire autrement c’est mal, c’est devenu une association d’idée automatique, irréfléchie, ne faisant nullement intervenir l’intelligence critique. Face à cette intelligence critique chez autrui, pointant les aberrations et complexités inutiles, inventant les solutions ultra-simples bien meilleures, ils sont désarmés, dénués d’arguments, d’où colère, violence verbale, intolérance. La force brute dominatrice remplace le pouvoir de conviction manquant.
  Mais par ailleurs, j’ai relu des mots concernant le syndrome de Stockholm, d’otages sympathisant avec leurs bourreaux et en venant à haïr le camp adverse, leurs sauveurs. C’était décrit comme une anomalie mentale courante relevant de la psychiatrie, expliquée par la répétition des persécutions annihilant la conscience de soi, pour adopter le point de vue des persécuteurs. C’est exactement ce que fait l’école française : persécutant les enfants logiques, en leur imposant l’apprentissage par-cœur et récitation servile d’aberrations illogiques, elle finit par apprivoiser les enfants, renonçant à leur intelligence critique pour donner raison aux persécuteurs.
  C’est un lavage de cerveau producteur de folie massive, avec immense succès.
  Hélas.

Excellente surprise ! (16/06/2018)

  
Je viens de lire, de dévorer même, l’excellent petit livre semi-belge « La faute de l’orthographe » (par Arnaud Hoedt et al, éditions Textuel, 2017), qui dénie que je sois seul à condamner totalement l’usine à gaz absurde de l’orthographe française académique. J’y retrouve la plupart des arguments de mon site, mis en forme de manière plaisante et récréative, c’est très bien, très très bien (appelant à une orthographe transparente comme en turc, 1 son = 1 lettre et réciproquement – même si c’est sans l’essayer en Français hélas, de leur côté).
  A titre de remarques, j’aurais plein de détails à signaler :
- Il manque un argument majeur, je crois : l’orthographe « complexe pour rien » n’est pas élitiste du tout (et le prétend à tort), dans la mesure où elle punit les esprits logiques (et les esprits inventifs créant mieux, actuellement) pour élire les réciteurs imbéciles. Et c’est un endoctrinement à la servilité coupable, au lieu d’abroger les abus pour créer bien mieux.
- Autre manque : il est dit que les cinq façons d’écrire le son « san » (« sâ » chez Patricia), sans sang cent sent s’en (officielles sans compter san, çan, sen, cen, samb, ceng, etc.) sont hélas très complexes mais permettent de différencier des homophones. Non : il y a ambiguïté gênant la compréhension orale, cela justifierait changement des mots pour être autant clair à l’oral qu’à l’écrit (genre wizout pour sans, bleud pour sang, etc.). Le but d’une langue est de parler clairement, absolument pas de créer des confusions, même si cela fait le délice des humoristes se moquant des absurdités (sketch de Raymond Devos : « le train pour Caen, quelle heure ? »).
- Il y a aussi un point qui me parait contestable : il est prétendu que l’Académie Française n’impose rien mais ne fait qu’enregistrer ce que veulent les gens. Or c’est oublier que ces gens ont été conditionnés par endoctrinement scolaire, martyrisant les rebelles, les excluant, et domptant les normaux pour en faire des moutons. Ce n’est certes pas à ces moutons asservis (intoxiqués au nom de leur propre bien) qu’il faut ensuite demander ce qu’est le bien.
- Il manque un élément explicatif à la pression parentale en faveur de l’orthographe dure pour rien : un ex-élève en ayant bavé durement, pour obtenir un statut acceptable, supérieur aux néo-apprenants, tend naturellement à jouir de ce statut supérieur, exiger son maintien. En prétendant faussement à la générosité (« si j’y suis arrivé, l’enfant peut pareillement y arriver, avec un peu d’effort »). Utiliser le facteur moteur de ce mécanisme pour imposer l’orthographe inutilement complexe, c’est profiter de l’égoïsme écraseur, je ne suis pas du tout d’accord. Je préfère la générosité évitant à autrui (l’enfant, l’étranger) les douloureuses épreuves inutiles subies par le moi.
- Il manque un autre élément aussi : la complexité énorme de la langue française (orthographe, genre, conjugaison) se justifie hélas par la xénophobie, voulant repousser les étrangers (migrants, compétiteurs pour l’assistance client, etc.). C’est affreux antihumaniste, mais peut-être majoritaire ici effectivement, avec un gouvernement élu (de gauche ou droite ou centre) refusant les visas aux pauvres, ce qu’approuve la plupart des électeurs, pas moi (si on a envahi l’Amérique impunément, il est équitable que l’Occident soit envahi à son tour).
- Un autre point très fort du livre consiste à montrer que le son s s’écrit de 12 façons différentes en Français, et que la lettre s se prononce de 3 façons différentes… sauf que j’ai effectué ce décompte moi aussi il y a plusieurs années et je trouve 26 écritures du son s (ne pas oublier notamment les prononciations, sans accent toulousain, des conjugaisons de corser, passer, bercer, immiscer : se, ses, sent, sse, sses, ssent, ce, ces, cent, sce, sces, scent) et 4 prononciations de la lettre s (ne pas oublier shampoing).
- Il manque un point que je signalais : la lettre c (et ç) ne sert à rien, quand sont disponibles les lettres s et k, sauf dans le son ch, mais c’est ce son que devrait alors désigner cette lettre, ce que fait Patricia (et la lettre h française ne sert alors plus à rien, hors h aspiré, d’intérêt très douteux car on ferait mieux de supprimer les liaisons, pédantes inutiles). De même la lettre q fait double emploi avec k, donc simple usine à fautes inutiles, et la lettre x serait clarifiée en ks et gz – ceci est très général pour les langues latines, dépassant le cas français (pas spécifiquement pourri-antilogique, sur ce micro-point-là).
- Il est mentionné l’absurdité d’écrire des sons en bigrammes (ou, an, in, etc.), trigrammes (eau, etc.), tétragrammes (aing), mais en oubliant les pentagrammes (aings).
- Il est expliqué que les bigrammes visaient à écrire des sons celtes absents du latin (comme an/on/in) avant l’invention des accents, préférés par les typographes car économisant des caractères à imprimer. Patricia a elle eu le génie de dire, vers l’an 1970 (imaginaire, vers 1990 en fait) : « avec les accents, supprimons les bigrammes, qui sont pas clairs, qui sont anti-automatiques anti-intuitifs » !
- Il est dit que toutes les lettres peuvent être muettes sauf j, k, v. C’est oublier que k de dock n’est pas prononcé. Pour w, merci au livre qui ajoute bungalow à ma liste. Mais y semble oublié, et aucun exemple n’est donné pour lui.
- Je dis bravo à deux points manquant à mon analyse personnelle :
. Les pataphysiciens se sont amusés à ridiculiser l’idée fausse « c’est complexe donc c’est beau », en exigeant de remplacer les écritures simples par les formes horriblement compliquées présentes actuellement sous forme d’exception (rrh pour r par exemple). En faire la nouvelle norme serait splendide selon les tenants de la beauté par la complexité, mais c’est vraiment horrible(ment compliqué, pour aucune bonne raison).
. Un petit outil logiciel a permis de calculer automatiquement combien d’écritures différentes pourraient correspondre à un nouveau mot comme krèfission, réponse dans ce cas : 240 !!!
  Globalement, je suis très très heureux de cette lecture, immense merci au libraire qui me l’a proposée (ce que ne ferait pas un supermarché ni site Internet).

Ingratitude ? (08/08/2018)

  J’ai vu un de ces jours derniers la fin d’une émission historique à la télévision, sur la chaîne Public Sénat, parlant de l’endoctrinement revanchard de la population française 1871-1914, ayant conduit sans révolte à mobiliser 3 millions d’hommes en 1914-18, dont la moitié ont été tués, sur ordre. Le mot dont je voudrais discuter ici est « la Nation vous a donné le cadeau de vous apprendre à lire et à écrire, en échange votre devoir est de la servir au prix éventuel de votre vie ». Je ne suis absolument pas d’accord : ce qui était martelé aux enfants sans défense (scolarisés jusqu’à 13 ans à l’époque) n’était absolument pas un cadeau merveilleux, utile au mieux, non. Il s’agissait d’une usine à gaz, terriblement compliquée pour aucune bonne raison, complexifiée sciemment par de faux supérieurs méprisant le « bas peuple ». C’est un scandale à mon sens et non une merveille. Surtout quand, dans le même temps, est culpabilisée la résistance, via le terme « faute » d’orthographe (plutôt que semi-erreur discutable, oubli/libération de conventions arbitraires), voire avec le terme insultant de « débile, inapte » pour les individus plus intelligents que les maîtres, en ayant inventé bien mieux : l’écriture phonétique en lettres standard, l’orthographe transparente à la turque, l’ortograf de patrisya. Bref, cet apprentissage inutilement compliqué de la lecture/écriture n’était pas un don altruiste du tout, plutôt un endoctrinement à la soumission, un asservissement, que je trouve honteux, criminel. Et de ce côté, rien n’a changé, un siècle et demi après. Certes, on pourrait m’accuser de « complicité de crime », dans la mesure où je n’éduque pas mon fils (adoptif) à résister à l’enseignement idiot, mais il s’agit de lui éviter des ennuis (avec exclusion sociale) : ce n’est pas chez moi de la complicité active mais de la résignation soupirante, sous l’oppression injuste.

Nouvelle perle d'illogisme (13/01/2019)

  J'ai appris à l'école primaire que S se prononce Z entre deux voyelles et S sinon (sans parler des S finaux non prononcés, de shampoing, etc.), pour une raison totalement inconnue (la lettre Z pouvant remplacer en clair le S prononcé Z : Patrisya écrit "cassé mais casé" sous forme "casé mé cazé", logiquement et simplement), et je connaissais les exceptions carrousel et asocial (prononcés caroussel et associal, pas carouzel et azocial), mais Word a corrigé mon écriture "ressituer" en "resituer", et vérifier de ce côté révèle l'illogisme total à apprendre par cœur stupidement, militairement :
. S seul requis pour prononcer S (entre voyelles) : carrousel asocial resituer resombrer resaluer resalir resocialisation resucée resurchauffe
. SS seul requis pour prononcer S (entre voyelles) : ressembler ressentir ressource ressaisir ressemelage ressortir resserrer resservir ressouvenir ressusciter
. S ou SS tolérés pour pronconcer S (entre voyelles) : resauter/ressauter resurgir/ressurgir resaigner/ressaigner
  Ne pas obéir à cette usine à gaz totalement illogique n'est pas une "faute" selon moi mais une "oeuvre de salubrité", un "acte d'intelligence" (supérieure aux académiciens et enseignants).

Fausse liberté (20/03/2019)

  On m’a transmis un numéro « Le Nouvel Observateur n°2511 du 20 Décembre 2012 » avec un article « La Neutralité tu respecteras » (pages 84-85) qui cite « Ferdinand Buisson, philosophe et homme politique de la IIIe République (…) proche collaborateur de Jules Ferry (…) 1882 » : « L’école publique, c’est l’école de la liberté ». Or je conteste fermement cette propagande et la prouve fausse. Le dogme des aberrations orthographiques antilogiques, à apprendre par cœur, sous peine d’être sanctionné de mauvaises notes, redoublement (jusqu’à soumission), exclusion (vers la méprisée « vie active ») : ce n’est en rien de la liberté honnête, c’est de l’endoctrinement écraseur interdisant de réfléchir et trouver mieux – ne pas contester, arguments interdits… L’orthographe française, ciment de l’école publique jusque dans les années 1970 incluses, révèle le mensonge général.
  Moi-même, en classe CM1 en 1972-73, j’ai prouvé en tort l’enseignant Monsieur Barbier affirmant que l’écriture « cueillir » prouvait que l’orthographe française est logique. Premier de la classe, j’ai objecté que « ei » se prononce « è » habituellement, c’est que l’on nous a appris pour reine, peine, veine, vieille*, alors il n’est pas logique de le prononcer « eu » ici (et « feuille » ne s’écrit pas « feille »). Il n’y avait rien à me répondre qu’un acte d’autorité « c’est comme ça, fais comme on te dit et c’est tout », illogisme total, j’avais donc entièrement raison. Contre l’endoctrinement à la soumission à l’arbitraire dominant, tout le contraire de la liberté, du meilleur choix honnête, du juste débat contradictoire. J’ai baissé mon froc pour continuer à avoir de bonnes notes, mais c’était un scandale, caché par la propagande honteuse depuis Jules Ferry et confrères.
  Deux décennies plus tard, les citoyens idiots – dressés animalement par ce matraquage débilitant – étaient prêts à gober la loi Gayssot : ne pas être soumis au dogme historique officiel est puni de prison. Je résiste, dans le désert. Les grands discours sur la liberté (Macron etc. 2019) continuent à mentir super-débilement.
  Pour l’orthographe, je suis d’accord que l’idéal n’est pas la liberté de faire chacun à sa guise, illisible pour autrui, mais un débat honnête devrait permettre la contestation des complexités inutiles, aboutissant à un optimum commun convainquant, pas du tout une complexité absurde imposée par la loi du plus fort, autoritaire (avec « liberté » d’obéir seulement, ou ruine excluante). Le juste, sans plu’ mentir, serait une temporaire liberté d’amélioration, pour aboutir à un résultat simple et logique. C’est l’exact contraire de l’orthographe française, de l’école française (publique, ou autre j’imagine, le résultat étant le même).
  La faute lourde remonte à Jules Ferry : avant de décréter l’école pour tous, il fallait – à la Russe – casser les innombrables complexités inutiles volontairement mises dans la langue écrite pour empêcher (gêner très fort) son apprentissage par tous, réservant l’écrit aux riches dominants pouvant payer 15 ans de cours particuliers à leurs enfants privilégiés. Il n’est pas trop tard pour corriger cette erreur monumentale, mais les suivistes endoctrinés ont tous les pouvoirs, et dominent salement (politiciens au pouvoir et dans l’opposition, fausse opposition, ainsi que les prétendus intellectuels, tous à tête vide apparemment, « philosophes » en premier lieu). Honte à eux. Enfin, il y a quasi-unanimité, à part moi, mais je situe les humbles en victimes, seuls les prétendus penseurs et « responsables » étant en faute active.
  (Je cache évidemment ça à mon fils, au CM1 maintenant, je ne veux pas casser sa tranquillité d’esprit, les moutons sont plus heureux que les rebelles lucides).
[* : (ajout 22/03/2019) groseille veille abeille oreille oseille Mireille Eiffel pareil soleil éveil beignet peigne éteigne étreigne enfreigne renseigne neige beige baleine freine pleine, etc.]

Grand précédent (28/04/2019)

  On m’a prêté l’ouvrage « Romanesque. La folle aventure de la langue française » de Lorant Deutsch, et j’en ai lu 288 pages avec relative passivité, regrettant seulement la re-latinisation des mots décidée à une époque, qui complexifie artificiellement l’orthographe (enfant, j’avais cru comprendre qu’il fallait respecter depuis l’antiquité l’étymologie des mots, mais si c’est un artifice rajouté a posteriori à une langue assez simple, c’est totalement idiot, presque scandaleux comme exigence, trompant les enfants, le public). Puis j’en suis arrivé à un texte pour moi très majeur, pages 289-290 : « (…) le grammairien lyonnais Louis Meigret grammatise à tout-va et publie, en 1550, Le Tretté de la grammère françœse (…) Meigret plaide pour une réforme de l’orthographe (déjà !). Il refuse les latinismes à l’écrit (…) et insiste pour gommer toute référence à la vieille langue romaine. Par ailleurs, selon lui, ʺles lettres doivent faire en entier leur devoir envers la prononciationʺ, autrement dit chaque caractère tracé sur le papier a vocation à être exprimé. Il faut donc d’urgence se débarrasser de toutes les lettres muettes, qui seraient remplacées par une apostrophe (…) Ensuite, toujours pour simplifier l’orthographe, Meigret suggère de retirer le u après le q, ʺéquitableʺ devenant éqítable et ʺquestionʺ qestion, sans oublier de supprimer toutes les consonnes doubles, inutiles et complexes, ʺpersonneʺ s’écrivant désormais person. Enfin, il faut en finir avec cette aberration du ch prononcé k, ʺchœurʺ et ʺchronologieʺ devenant en conséquence keur et kronologi. En transcrivant les propositions de Meigret, je me rends compte à quel point tout cela nous semble aujourd’hui farfelu ; mais en plein milieu du XVIe siècle, les concepts meigrétistes furent pris très au sérieux et trouvèrent des adeptes qui s’efforcèrent d’écrire selon lé règl edícté par le metr. Si cette démesure simplificatrice n’a pas résisté au temps, il nous reste tout de même une trace de cette cascade d’innovations : la cédille sous le c, signe emprunté par Meigret a l’espagnol. Jusqu'ici, pour passer du son dur du c, comme dans ʺcommunautéʺ, au son doux, comme dans ʺgarçonʺ. on plaçait un z après le c : garczon. »
  Peut-être que Lorant Deutsch, tout intoxiqué par des décennies de matraquage scolaire trouve cela « farfelu », mais ça me semble totalement à tort. La pure logique était là, disponible, simplement à compléter, à parfaire. Patrisya n’est pas grammairienne prétentieuse, elle, mais elle a réinventé ce système meigrétiste, en mieux :
- Si le mot loup serait mieux écrit lou, ce n’est pas parce que le p fait référence au latin, c’est parce qu’il s’écrivait lou avant que des prétentieux y rajoute un p en arguant que le mot venait du latin lupus, ce surajout inutile est fautif, pas la préservation inchangée d’ancienne façon d’écrire.
- Dans ou on n’entend ni o ni u, donc Patrisya a raison d’en faire une lettre à part : û, et donc loup ne s’écrit pas lou pour elle mais lû, au singulier comme au pluriel puisque ça se prononce pareil (s’il fallait une différence, que l’on prononce à l’anglaise louss au pluriel et Patrisya l’écrirait lûs. Quand à « Le Tretté de la grammère françœse » (ou Le Traité de la grammaire française), Patrisya l’écrirait (ou le sous-titrerait) logiquement « le trété de la gramèr frâsèz », il faudrait être cohérent pour donner des leçons : nul besoin de e lu é, de t double, de m double, de ç pour dire s, se s pour dire z, etc.
- Il n’y a nul besoin d’apostrophe pour les lettres muettes si est abrogée l’aberration des bigrammes inutiles an-en-in-on-un-yn à différencier des ann-enn-inn-onn-unn-ynn (â-â-î-ö-î-î et an-én-in-on-un-in pour Patrisya)
- Non seulement il faut retirer le u après le q, mais il faut supprimer le q, qui est un doublon inutile avec le k : équitable, question, personne sont pour Patrisya ékitabl, kèstyö, pèrson.
- De même la règle de c et g prononcés différemment devant eiy et aou est à abroger, Patrisya n’écrirait pas chœur et chronologie sous forme keur et kronologi mais kêr et kronoloji (les bigrammes voyelles au-eu-ou où ne se prononce pas le u devenant pour elle ô-ê-û).
- Parler de lé règl edícté par le metr n’est pas cohérent, mauvaise caricature déloyale : le e n’a pas à se prononcer selon les cas aléatoirement eu ou é ou è, et Patricia (ni maître ni maîtresse mais humble géniale) aurait écrit lé règl édikté par le mètr.
- Enfin, la différenciation du c prononcé s et du c prononcé k n’a nullement besoin de cédille : c prononcé s est remplaçable par s (en abrogeant la règle inutile du s prononcé z entre voyelles), c prononcé k est remplaçable par k, la lettre c est utile pour exprimer un autre son : ch, qui n’aurait plu’ besoin de h. Ainsi fait Patrisya, à raison.
- La logique inusuelle n’apparait farfelue et démesurée qu’aux yeux des intoxiqués guidés par des décennies d’aberrations inculquées comme définissant bien et mal avec bâton et carotte, c’est affligeant. Si l’école avait adopté la simplification au lieu de la refuser, cet auteur rirait bien des aberrations actuelles, qui seraient qualifiées d’usine à gaz moyenâgeuse.
- Quoi qu’il en soit, je note précieusement que la phonétisation de la langue française a été sérieusement envisagée à partir de Louis Maigret et son livre du XVIe siècle.

Baisse de niveau ? (04/07/2019)

  J’entends ce jour à la télévision C-news (émission L’heure des Pros, avec le professeur René Chiche) un débat sur la baisse de niveau vertigineuse des lycéens français, la plupart des copies du Bac en philosophie révélant que les élèves sont analphabètes, ne maitrisant en rien l’orthographe, la culture générale, et avec une pensée apparemment inexistante, cela venant du fait (entre autre, est-il dit) que les enseignants ne sont pas assez payés. Je ne suis absolument pas d’accord, mais mon avis n’était pas présent parmi les 8 débatteurs. En tant que tête de classe classé surdoué à l’époque, je ne défends pas les nullards contre l’élite, ce n’est pas du tout ça, mais c’est que j’ai démontré qu’il s’agit d’une fausse élite illogique, et je me place en renégat démolisseur (ma copine imaginaire, classée « handicapée mentale », vaut mille fois mieux que tous ces prétentieux dominants, imbéciles) :
– L’orthographe française est illogique, c’est une usine à crétins réciteurs dénués d’intelligence critique. Elle devrait être réformée drastiquement, en s’inspirant de la langue turque ou finnoise : une lettre = un son. Stop à la supériorité prétendue de moutons idiots, stop à l’infériorité prétendue de logiques rebelles.
– La grammaire française est une aberration en forme d‘usine à gaz (conjugaisons et genres inutiles, etc.), imposée dictatorialement car totalement dénuée d’arguments (autre que la répression scolaire – ou la carotte des bonnes notes, qui m’a fait taire à l’âge de 8 ans et demi).
– La culture générale est une vénération des célébrités glorifiées par les autorités, c’est d’une nullité absolue en valeur objective. Certes, les enthousiastes dans ce domaine se classent en supérieurs, entre soi. C’est odieux. J’ai démoli personnellement Descartes et Voltaire par la logique, et les vénérateurs réciteurs me paraissent les vrais idiots, profonds, contrairement à ce qu’ils disent, en blâmant ceux qui ne les admirent pas, ne cherchent pas à les rejoindre.
– A mon avis, les enseignants publics n’ont absolument pas valeur professionnelle de cadres du privé. Le refus d’obéissance aux instruction (avec exigence d’autogestion et grévite chronique) est une spécificité d’improductifs privilégiés, méritant renvoi (abolition totale du statut fonctionnaire d’employé à vie).

Question « bourgeoise » (12/06/2020)

   Hier sur chaîne télévisée C-News, dans l’émission-débat « L’heure des Pros », l’animateur Pascal Praud pestait après je ne sais quel poison (dit gauchiste ?) dominant les universités, et il a dit à titre d’exemple quelque chose comme « c’est comme Derida et l’autre intellectuel, là, qui avaient écrit que l’orthographe française était l’instrument de la domination bourgeoise sur les travailleurs ! L’orthographe ! Ils écrivaient vraiment n’importe quoi ! C’est comme maintenant avec la domination de l’écriture inclusive exigée dans les universités ! C’est absurde ! Au lieu de respecter notre belle orthographe française telle qu’elle est ! ». Et les autres débatteurs n’ont en rien contesté cela (seul un doutant qu’il soit maintenant exigé qu’absolument toutes les thèses partout en France soient rédigées en écriture inclusive pour être acceptées).
   Je reviens sur la partie initiale, quasi insultée alors qu’elle me parait le pur bon sens, sans que je sois en rien influencé par ce Monsieur Derida (que je ne connais pas) ni par les thèses marxistes révolutionnaires. L’orthographe française, fourmillant de règles inutiles et d’exceptions à apprendre par cœur, est une invraisemblable usine à gaz qui se pose comme dur obstacle inutile pour l’accès à l’écrit (donc instrument de domination empêchant volontairement l’accès facile de tous à l’écrit). Pourquoi cela n’a-t-il pas été aboli (comme en Russie avant 1917 quand a été décidée l’école pour tous au lieu de l’école pour les enfants de riches) ? Des livres historiques expliquent que cela a en France été choisi comme compliqué très sciemment pour empêcher que le bas-peuple accède à l’écrit en n’ayant plu’ besoin des aristocrates et du clergé. Puis, apparemment, les bourgeois dominants ont poursuivi ces artifices inutiles les classant eux « supérieurs » (en domination, pas du tout en logique ni en honnêteté). Oui, cette langue est scandaleuse idiote, mais elle ne brime pas spécialement les « ouvriers » (qui n’existent presque plu’ en France ayant délocalisé ses industries), elle brime aussi et à mon avis surtout les esprits logiques, comme ma copine imaginaire Patricia, injustement classée handicapée mentale, pour « crime » d’avoir inventé un million de fois mieux que les imbécilités de cette langue. Oui, les fiers journalistes, très fiers de maîtriser ladite langue « pure », me semblent imbéciles entendant continuer à dominer (injustement, je l’affirme). Et la solution ne vient nullement de la nouvelle écriture inclusive, qui rajoute encore de la complexité sous injonction des féministes devenues dominantes, au lieu d’exiger la création et généralisation du genre neutre qui simplifierait infiniment – mais obligerait certes les mal-formés (que nous sommes) à changer un peu, ne serait-ce qu’à titre facultatif mais demandant un effort d’acceptation de ce que l’endoctrinement classait autrefois automatiquement (sans réfléchir) en « fautes ».

Autre voie, sans accent (28/09/2020)

  Un correspondant m’écrit : « j avais deja parlé de ma lutte contre l orthographe française, refusant de mettre des accents au risque de prendre des zeros. je suis partisan, je le repete, de la suppression de l academie française, que je qualifie de gestapo de la langue. ». Ce point de vue est intéressant, mais Patrycja et moi, au contraire de supprimer les accents, nous en rajoutons, car il n’y a pas assez de lettres pour exprimer clairement les voyelles de la langue française (dont les sons an, ou, in, eu, au, on, voire un si on le différencie de in), et ajouter des accents évite les inventions hors-clavier (et sans forme cursive) de la phonétique académique. D’accord cependant pour supprimer les majuscules et apostrophes (en langue française améliorée).

Patrisya sans écriture inclusive, au contraire (11/11/2020)

   Quand je faisais mes études n’avait pas encore eu lieu la révolte féministe contestant la règle grammaticale de supériorité du masculin sur le féminin, mais j’ai récemment entendu les controverses sur l’écriture inclusive, qui s’est parait-il imposée à l’université (et que combattent les associations de dyslexiques hostiles à la complexification encore de l’écrit par rapport à l’oral). Patrisya, classée handicapée mentale, et géniale inventrice de Français simplifié, rejette aussi cette solution et le problème même auquel elle répond :
Type(principe)Exemple
Français académique
[1882-2020+]
(supériorité du masculin sur le féminin)« Le mur et la porte sont pris et évacués »
Sketch comique de féministe
[vers 2019]
(supériorité du féminin sur le masculin)« Le mur et la porte sont prises et évacuées »
Ecriture inclusive
[universitaire dominante 2017-2020+ ?]
(marquage des formes masculines et féminines)« Le mur et la porte sont pris·es et évacué·e·s »
Règle de proximité envisagée
[vers 2019 ?]
(accord au genre le plus proche)« Le mur et la porte sont prises et évacuées »,
« La porte et le mur sont pris et évacués »
ortograf de patrisya(tout neutre, sans accord, écrit = oral)« le mur é le port ètr pri é évakué »
  En écriture inclusive, j'ai trouvé aussi un autre truc imprononçable complexe pour rien : "Les lapins et hermines blanc·he·s"

Ordre des lettres prétendu inutile (02/01/2021)

   Un ami a posté sur Facebook un texte lui paraissant amusant et/ou/car surprenant, titré « Dsoérdre » par Michel Chambon, avec pour contenu (écrit comme le titre, pour faire comprendre, peu lisible apparemment et je transcris en Français académique) : « Désordre. Selon une étude de l’Université de Cambridge, l’ordre des lettres dans un mot n’a pas d’importance, la seule chose importante est que la première et la dernière soient à la bonne place. Le reste peut être dans un désordre total et vous pouvez toujours lire sans problème. C’est parce que le cerveau humain ne lit pas chaque lettre elle-même, mais le mot comme un tout. »
   J’ai répondu : « Euh, je ne suis pas vraiment d’accord. Ce n’est pas "lire" mais déchiffrer, péniblement, avec beaucoup pluss d’homonymes mystérieux et faux amis, comme crane et nacre, etc. C’est antilogique, spécial pour les adorateurs de la lecture globale (façon Chinois à idéogrammes), pas pour moi. »
   Je peux ajouter quelques éléments :
– L’auteur a signé de son nom correct Chambon, mais si d’autres Internautes s’appellent Chomban, Cambohn, etc. ils ne seraient pas différentiables par l’écriture, ce n’est pas cohérent, d’où l’écriture ici n’obéissant pas au désordre faussement prétendu acceptable pleinement. Mon exemple d’objection initiale ne respectait pas la règle « mêmes première et dernière lettres » mais Fait et Fiat constituent un contrexemple solide, comme calme et clame, brune et burne, carne et crane, farcie et fiacre, etc.
– Pour un apprenant (enfant ou étranger), cette lecture serait illisible, puisque sans guide aucun pour déchiffrer le marquage, les mots usuels n’étant pas connus en catalogue mental prêt à l’emploi.
– On pourrait dire que c’est une conception « élitiste » de la lecture, en se fichant des lecteurs ayant des difficultés car « ceux qui savent » arrivent à lire, je trouve ça politiquement abject, fausse supériorité usurpée de la part des antilogiques (certes groupe dominant avec les blablateurs menteurs).
– Un mot inconnu ne serait plu’ lisible (comme en Chinois : un idéogramme inconnu n’est pas prononçable), cela fait perdre tout l’avantage de l’écriture alphabétique, et pour quel gain en échange ? Presque zéro, autorisant peut-être des esprits illogiques distraits à écrire presque n’importe quoi. Le bilan bénéfice/défaut me parait très négatif.
– Le dictionnaire serait de taille plus que décuplée, en comptant toutes les combinaisons nouvellement dites acceptables, interprétables. Et manquant de clarté, puisque les ex aequo devraient avoir plusieurs sens détaillés : camle à expliquer comme clame et calme aussi, etc. Et il faudrait détailler les verbes dans toutes leurs conjugaisons, pour déchiffrer chaque marquage, devenu mystère.
  En conclusion, tout au contraire d’un « n’importe quoi » plus ou moins lisible quand on a une immense habitude des mots classiques, je préfère l’écriture de Patrisya, très posément logique et minimale, toujours lisible en clair.

Incohérence de principe ? (05/01/2021)

  Un ami plus âgé que moi m’indique des éléments de réflexion me semblant pertinents, mettant en cause ma cohérence, à juste titre ou non : « j'ai vu que parmi vos sujets d'insatisfaction, figurait la complexité de la langue française. Je suis assez d'accord avec vous. Comme j'ai envie de vous taquiner, il me revient en mémoire une lecture faite il y a plusieurs décennies (source de l'article oubliée) concernant quelques écrivains révolutionnaires qui critiquaient avec véhémence les complexités de la langue française, mais qui ne se permettaient pas la moindre faute d'orthographe ou de style dans leurs écrits. Comme vous faites de même, vous devriez essayer une langue plus simplifiée. »
  C’est finalement un malentendu :
– Oui, j’ai créé une langue française simplifiée, qui me paraît un million de fois meilleure que le français académique : apprentissage à l’école maternelle (alphabétisation) puis zéro faute de toute la vie, avec zéro besoin de disciplines grammaire et orthographe. En concurrence loyale, il n’y aurait pas photo, et l’usine à gaz académique n’aurait aucune chance.
– En pratique, il y a des centaines de milliers d’enseignants payés à endoctriner au système académique, ça constitue une résistance énorme à la mise en concurrence. De plus il y a des dizaines de millions d’endoctrinés (ou centaines de millions à l’échelle de la francophonie internationale), et ils peuvent refuser tout changement, tout réapprentissage, donc un référendum ne déboucherait même pas forcément sur le mieux objectif.
– Moi-même, j’oscille entre deux systèmes : quand je prends des notes pour moi-même exclusivement, j’écris en français simplifié, par contre quand il s’agit d’écrit à lire par autrui, j’écris conventionnellement en français académique. Si je ne fais pas de fautes (ou pas beaucoup) en Français académique, ce n’est en rien que j’admets son bien-fondé, c’est que je suis capable d’obéir aux règles que cette langue impose dictatorialement : je doute du bien-fondé, et je l’explique ici, mais pour ne pas choquer autrui lecteur, j’obéis. Ma démarche vers un français simplifié n’était pas une fainéantise voulant échapper aux règles un peu strictes et difficiles, non, je cherchais vraiment mieux, généreusement pour les handicapés, les générations futures et les étrangers, apprenants, au risque d’être un peu gêné moi-même car ça heurte partiellement les habitudes gravées par l’endoctrinement scolaire (notamment « une amie » académique s’écrit « un ami » en orthographe de Patricia [« un ami » académique s’écrit « î ami » en ortograf de patrisya] ce qui met un peu mal à l’aise "l’intuition", trop habituée au mauvais système illogique).
  Bref, oui il y a partielle incohérence dans ma position, mais ce n’est qu’un choix inconfortable entre plusieurs possibilités :
1/ Français standard : illogique mais très répandu donc compris par autrui
2/ Français simplifié personnel : logique mais incompris par autrui
3/ Français standard pour écrire à autrui et Français simplifié pour moi-même : incohérent mais permettant communication tout en gardant à l’esprit le mieux très possible.
4/ Français simplifié devenu institutionnel : logique, compris par autrui, mais période difficile de transition avec les anciens mal formés.
  Je suis sur la ligne 3, ça me parait incomplètement satisfaisant, 4 serait mieux à mon avis, mais je ne suis pas activiste hurleur révolutionnaire (hurlant avec véhémence pour institutionnaliser 4), plutôt libre-penseur replié ayant inventé mieux, dans son coin, sans intéresser grand monde (notamment en réunion parents-enseignants en école primaire : zéro intéressé sur environ 30 informés).

Nouvelle perle d’absurdité académique (28/01/2021)

  J’ai été surpris par une « faute de grammaire » que me signalait le correcteur orthographique Word pour le mot « convainquant ». Me doutant de la réponse, je suis tombé sur ce message de Google : « On a, par exemple, le participe présent excellant (du verbe exceller) et l'adjectif verbal excellent ; le participe présent convainquant (du verbe convaincre) et l'adjectif verbal convaincant ; le participe présent fatiguant (du verbe fatiguer) et l'adjectif verbal fatigant . »
  Donc j’en déduis hélas en forme d’inutile usine à gaz :
– En convainquant autrui, je suis convaincant. (Zéro faute)
– En convaincant autrui, je suis convainquant. (Deux fautes)
– En convainquant autrui, je suis convainquant. (Une faute)
– En convaincant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
  Et…
– En convainquant autrui, je suis convainkant. (Une faute)
– En convainkant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
– En convainkant autrui, je suis convainkant. (Deux fautes)
– En convainquant autrui, je suis convainqant. (Une faute)
– En convaiqant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
– En convainqant autrui, je suis convainqant. (Deux fautes)
  Mais aussi…
– Technicien convainchant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
– En convainquant autrui, je suis un technicien convainchant. (Une faute)
– Technicien convainchant autrui, je suis un technicien convainchant. (Deux fautes)
– Gestionnaire de stock, en convainckant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
– En convaincant autrui, je suis un gestionnaire de stocks convainckant. (Une faute)
– En convainckant autrui, je suis un gestionnaire de stocks convainckant. (Deux fautes)
– Agissant à la grecque, en convaicquant autrui, je suis convaincant. (Une faute)
– En convainquant autrui à la grecque, je suis convaincquant. (Une faute)
– En convaincquant autrui à la grecque, je suis convaincquant. (Deux fautes)
  De même :
– En matière d’accrocs, en convainccant… (une faute/une faute/deux fautes)
– Malgré mes ecchymoses, en convaincchant… (une faute/une faute/deux fautes)
– Gardien de blockhaus, en convainckhant … (une faute/une faute/deux fautes)
– Avec mon titre de cheikh, en convainkhant… (une faute/une faute/deux fautes)
– Sur mon drakkar, en convainkkant… (une faute/une faute/deux fautes)
  Tout au contraire, en « ortograf de patrisya », c’est immensément plus simple, et ça devient infiniment logique. 1 seule possibilité (au lieu de 35) :
– â kövîkâ ôtrui, je sui kövîkâ. (zérô fôt)

Faux débat (09/02/2021)

  L’autre jour, dans l’émission débat « L’heure des Pros », quelqu’un (peut-être l’animateur Pascal Praud) a dit « de toute façon, les Français adorent leur langue, ils ne veulent pas qu’on y touche ! », aucun des 4 débatteurs ne le contestant et la journaliste Elizabeth Levy renchérissant même : « il n’y a qu’à voir le scandale que ça a fait, quand il a été question d’enlever le i à oignon, non ʺpas question !ʺ disaient les gens ! ».
  Je trouve que c’est une multiple erreur de pensée, que de clamer cela :
– Il est fait référence aux Français, en m’incluant, sans m’avoir demandé mon avis (qui est différent, mais pas compté car pas demandé), c’est de la généralisation abusive, de l’affirmation erronée, faute de pensée très affirmative illogique, bien plus grave qu’une erreur d’orthographe (abusivement qualifiée de « faute » d’orthographe).
– C’est basé sur les mensonges statistiques, notamment sur l’affirmation qu’un échantillon au hasard est automatiquement représentatif de la population, ou qu’un échantillon respectant les quotas de classification (sexe-âge-profession-région) est automatiquement représentatif de la population quel que soit le sujet abordé.
– La question a pu être posée à des esprits traumatisés par des années d’endoctrinement, répondant automatiquement par réflexe conditionné sans s’élever à peser le pour et le contre d’un nouveau système beaucoup plus simple.
– Une des motivations de la réponse peut être l’égoïsme, la facilité : « faire ce que j’ai toujours fait, sans devoir réapprendre plein de choses nouvelles », au lieu de l’altruisme généreux facilitant la tâche aux nouveaux apprenants.
– La question isolée sur le mot oignon n’est pas compréhensible sans être intégrée à l’émergence d’une logique, qui elle pourrait convaincre. Le nom de ma ville Lagnieu pourrait s’écrire (avec même prononciation) Lagneu, Lanieu, Lanyeu, Lagnyeu, Lanhieu, Lannieu, Lanieuh, etc. alors qu’en orthographe de Patricia, ça s’écrit simplement comme ça se prononce lanyê, sans usine à gaz d’apprentissage par cœur de chaque mot, c’est cela qui est convaincant, pas du tout le cas très isolé le Lagnieu avec nouvelle convention paraissant arbitraire contraire à l’usage, ce qui serait évidemment refusé par la grande majorité des habitants. Entre débat général argumenté et question isolée injustifiée, la réponse peut être entièrement différente.
  Bref, la question que pose l’acceptabilité de l’ortograf de patrisya semble déjà posée, refusée, par des gens pensant mal, commettant une avalanche d’erreurs de raisonnement. Avec immense fierté, à tort. Et prétention au soutien populaire, à tort dans l’absolu, un peu moins à tort en avis majoritaire mais faussé par le conditionnement des gens. Pour comparaison loyale et jugement honnête, il conviendrait de former en parallèle des enfants avec ancienne et nouvelle orthographes, avant de mesurer leurs performances deux ans après avec une dictée de texte jamais vu, vraisemblablement les patriciens parfaits ridiculisant les académiciens très mauvais (pour aucune bonne raison qu’un mauvais choix de principe), et les « écriture-globale » absolument nuls (à la chinoise, inapte à écrire l’inconnu).

Inclusif encore (10/03/2021)

   J’ai vu à la télévision la façon dont est écrit le nom du parti (socialiste bis ?) fondé par Laurent Joffrin : Les Engagé·e·s, et je me demande comment ça se prononce, sachant que « les élu·e·s municipa·les·ux » se lit « les élues municipales et les élus municipaux ». Alors : faut-il lire « Les engagés et les engagées » (étonnant à l’oral, semblant répétition fautive, faute de style) ? ou « Les engagé(e(s)) » illisible, marquage militant activiste pas fait pour lecture simple. Je préfère l’écriture de patrisya : « lé z âgajé », phonétique simple parfaite et de genre neutre. [Ou « lé âgajé » sans liaison, inutile, l’argument de laideur sans liaison entre voyelles étant invalidé par des exemples comme créé, créa, créant, créons, européen, cria, trahi, Noël, chiite, obéi, caïman, coïncidence, diamant, coéquipier, biétage, bio, etc.]
  S’il faut marquer le pluriel (comme si l'article ne suffisait pas à cela), il n’y a pas de raison de ne faire ça qu’à l’écrit, et il faudrait modifier l’oral aussi (et l’écriture phonétique l’appliquerait alors évidemment aussi).

Livre pas noté (30/04/2021)

   L’autre jour dans une émission débat télévisée (L’heure des Pros ?) était invité l’auteur d’un livre dont j’ai oublié le titre et pas noté le nom d’auteur. Mais ce qu’il a dit m’a profondément choqué alors que ça ne recevait que grands sourires approbateurs (et félicitations en clair) des journalistes et spécialistes présents. Il disait aimer profondément la complexité de la langue française, adorer chacune de ses exceptions, tellement plus riches qu’une morne banalité (ou des mots de ce genre, avec je crois une expression comme « La France a l’immense chance d’avoir une langue très compliquée »). Qu’il se fasse plaisir comme il veut, mais moi je trouve absolument scandaleux que « ces gens-là » gouvernent l’usine à gaz de la langue française. Conduisant la population (mal) formée à des scores absolument minables en intelligence enfantine (23e à 26e d’Europe, selon les années)… Cette langue « hyper-complexe pour rien de rien » est un handicap, une tare profonde, imposée de force et avec punition des récalcitrants, des inventeurs de mieux (davantage logique, simple et facile, performant en force démonstrative). Au lieu de réfléchir aux graves problèmes en partie dus à cette langue pourrie pleine d’amalgames gravissimes (ayant fait des millions de morts innocents, ou dizaines de millions*), ces imbéciles super-fiers jouissent à imposer leur « bien parlé » mal pensé, leurs « grands auteurs » stupides auto-contradictoires, c’est nul et c’est grave. Oui, ils m’ont récompensé scolairement en voulant que je sois l’un des leurs, mais j’ai fui horrifié et je suis renégat, outré, je mourrai tel, je crois. Ce n’est pas une question de fuir « L’Elite », mais de casser menue la Fausse Elite très idiote.
   * : Je pense que le prétendu antisémitisme est un amalgame stratégique fondé sur l’amalgame calculé du mot juif (ayant fait 6 millions de morts parait-il, pour coloniser Israël en échange), je pense que la liberté est un mensonge pour les exterminations d’avis différents (avec tous les morts de la colonisation/décolonisation en Amérique/Afrique/Asie/Océanie), je pense que la tolérance est un mauvais cache pour masquer le contraire (d’où la guerre actuelle avec ceux haïs par nos groupes dominants, maudissant le Hamas antisioniste et ses alliés). Oui, tout cela se cache derrière l’imbécilité de l’orthographe française, première étape pour tôt saquer les individus logiques, les anormalement honnêtes, et leur imposer la soumission aux décideurs (s’affirmant faussement « représentants », comme on l’a vu avec la trahison du référendum, l’auto-amnistie des corruptions, l’auto-attribution de retraites privilégiées, etc.).
  Orthographe pourrie, de langue pourrie, de pays pourri, vivement le monde unifié, avec une autre langue j’espère, et alphabétique j’espère, le pinyin ?

Scandale faussement inclusif (16/05/2021)

   Un des points me semblant totalement aberrants dans l’écriture inclusive est de prétendre que "tout mot féminin (autrefois) classé inférieur en accord au mot masculin" insulte la femme. Si l’on dit « ce tabouret et cette chaise sont grands, ils sont là », cela insulterait la dignité de la femme (atrocement méprisée), avec donc : obligation d’écrire « ces tabourets et cette chaise sont grand·e·s, il·elle·s sont là. » à lire (?) « ce tabouret et cette chaise sont grands/grande, ils/elle sont là. » (sans rapport phonétique aucun entre ce qui est marqué et ce qui est dit se rapprochant du système chinois antiphonétique ; le signe « / » pouvant d’ailleurs correspondre à trois prononciations différentes : « et », « ou », « … » = petit silence). D’accord pour abolir la loi grammaticale de supériorité du masculin sur le féminin, mais la cohérence voudrait que la solution soit de remplacer les deux par un genre neutre : non le tabouret n’est en rien un mâle hyper-viril, la chaise n'est en rien une femme hyper-féminine, un bébé fille n’est pas un homme-femme transsexuel, c’est là une complexité totalement inutile de l’usine à gaz qu’est la langue française. « Poubelle » me semble le mieux. Mais alors faut-il dire « ils » ou « elles » pour « tabourets et chaise » ? Ou « ols » neutre ? Tout est envisageable, mais cela ruinerait les bibliothèques, en vieux français périmé, illisible pour les nouvelles générations futures. Je serais d’avis d’émasculer le genre grammatical autrefois dit masculin : « il pleut » ne veut en rien de rien dire « un homme pleut » mais c’est neutre, la différentiation de genre féminin serait enterrée comme archaïsme, avant l’émergence de l’idée de non-infériorité féminine. Cela donnerait « ce tabouret et ce chaise sont grands, ils sont là ; ce porte est lourd, il est difficile à bouger », sans affirmer en rien que c’est masculin, non c’est neutre.
   Toutefois, l’idée de prétendue « égalité homme-femme » me parait une profonde stupidité, de discours menteur. Va-t-on abolir la loi interdisant aux femmes de porter professionnellement un poids maximum équivalant aux hommes ? Va-t-on condamner les producteurs de cinéma ne sélectionnant que des femmes pour jouer des rôles de femmes ? Va-t-on ne décorer de César qu’un acteur ayant fait 50,0% (± 0,5% ?) de rôles féminins, respectant le quota de parité ? Va-t-on interdire le sport non-mixte, aboutissant à ruiner les équipes féminines de football professionnel ? ou à corriger les sports d’équipes anciennement à 11 ou 15 ou 13 ou 5 ou 7, nombres impairs anti-parité, inadmissibles ? Va-t-on obliger les hommes à acheter et porter des serviettes hygiéniques ? Va-t-on exiger que des opérations soient pratiquées artificiellement pour atteindre le quota 50/50 hommes/femmes pour les cancers de la prostate ? (et pareil pour les cancers des ovaires, à opérer en interdisant tout diagnostic sexiste déclarant les femmes malades spécifiquement, quelle insulte à l’égalité faisant loi indiscutable !). Va-ton trainer en procès les femmes à moustache ou barbe ou aisselles velues osant se raser comme si une femme n’avait pas le droit d’être sans honte aucune comme un homme (les crèmes épilatoires devenant illégales punies de prison) ? Va-t-on porter plainte contre Mère Nature ou Dieu qui ont osé faire la femme différente de l’homme ? etc. Ça ne semble crédible en rien de rien, c’est une tentative de domination par des féministes voulant écraser les hommes (soi-disant « en retour »), ça parait horrible et mal pensé. Rendre la langue française encore mille fois moins phonétique qu’elle n’est, en ce nom de la lutte contre le machisme (prétendu), c’est une grosse faute, à mon avis. OK pour le neutre à la place de masculin/féminin, mais non à l’hyper-sexiste écriture inclusive.

D’un avion militaire russo-anglais à Patrycja victime (25/05/2021)

   Ecrivant autrefois un livre en Français sur les avions bipoutres, j’avais mentionné le modèle OCh (initiales de Odnomotornii Chtourmovik, le son Ch français comme dans Chambre étant une lettre cyrillique unique comme en phonétique, quoique différemment : en russe, c’est une sorte de M la tête en bas, en écriture cursive du moins, Ш).
  Mais un correspondant anglo-saxon aurait pu protester que « non, ça s’écrit OSh avec Sh pour Shturmovik. Effectivement, la où le français ne dissocie pas Ch et Sh (de chambre et shampooing), en Anglais ils se lisent respectivement Tsh et Sh. De même que leur J de lit Dj (pour eux John = Djohn = Dzhon). Là, le Français semble davantage pertinent : pourquoi inclure 2 sons dans une lettre, en perdant même la possibilité d’écrire un de ces sons (notre j) sans bigramme compliqué (zh) ? Mais… un russe pourra ainsi nous rétorquer pareillement : « pourquoi écrire votre X pour ce qui correspond aux sons Ks (ou Gz, même, sans règle, à apprendre par cœur mot par mot) ? »
  Moi anormalement, je ne rétorque pas du tout que le Français est la plus belle langue du monde donc nos anomalies sont parfaites et riches subtilités géniales, non pas du tout.
– pour l’avion OCh en fait OSh international, Patrycja écrit OC simplement, c’est mieux…
– Et comment elle écrit Car ??
kar.
– Et Ce char ??
se car.
– Et shintoïsme ??
cintoism.
– Et Christophe ??
kristof.
– Et Quel patch ?
kèl patc.
– Et Axe par exemple ??
aks par ègzâpl.
– Et Johny Jonathan ?
djoni jonatâ.
– Et occitanie ?
oksitani.
– Et cette cale assez osée d’espoir ??
sèt kal asé ozé d èspwar.
– C’est archi-nul ! Mille fautes par phrase !!!
– au contraire : c’est logique et simple, alphabétique, au lieu d’une usine à gaz artificielle à apprendre par cœur.
– Pf ! N’importe quoi !
– au contraire : ce serait simple et bénéfique si c’était le nouveau standard.
– Jamais !
– hélas…
– Ta gueule, c’est moi qui ai le dernier mot !

Grand discours absurde 05/06/2021

   Avant-hier (avant crash de mon ordinateur – raison de mon retard à commenter), j'ai vu à la télévision une intervention qui m'a déplu, concernant le besoin impérieux d'aimer l'orthographe française. C'était l'auteur Yann Moix qui était invité à l'émission L'heure des Pros (https://www.youtube.com/watch?v=ACWxl7ZIN1k, extrait de 47'05 à 47'35), il disait (c'est moi qui numérote pour discuter ensuite) : « 1/ Ne pas travailler, c'est plus facile (…) 2/ le goût de quelque chose qui a disparu, c'est l'orthographe. 3/ Or l'orthographe c'est pas juste pour faire joli, 4/ ce n'est pas pour ne pas blesser les mots, 5/ on se blesse soi-même quand on ne respecte pas l'orthographe. 6/ Il n'y a pas de structure, on ne peut pas penser, si on ne présente pas les mots. 7/ Parce qu'un mot ça donne une réalité. 8/ Quand un mot disparaît, la réalité qui va avec disparaît également. 9/ Et si on ne peut pas intituler correctement le mot, 10/ si on atrophie le mot, 11/ alors on a un rapport au monde qui est complètement évanescent, déliquescent, et mort. »
   Je suis en total désaccord :
1/ Apprendre l'orthographe académique, c'est vrai que c'est un gros travail, mais... un travail totalement inutile objectivement, obéissant à de mauvais commandements, mal pensés, absurdes. C'est comme apprendre l'annuaire téléphonique entier de la ville, 1 caractère sur 3 pour complexifier (« enrichir ») le truc. Faire bien et facilement, c'est simplement magnifique, ça devrait être le but de l'école, de l'instruction. Alors qu'ajouter une masse considérable de difficultés inutiles, à apprendre par cœur (dur travail), c'est du gaspillage d'énergie, détournant de l'inventivité, de la logique. C'est une calamité, c'est un travail idiot. Que cet auteur soit fier d'avoir réussi cela semble de l'auto-admiration abusive, moi au contraire je suis devenu renégat, désapprouvant la discipline qui me valait des bonnes notes et félicitations, à tort car inventer mieux (comme l'a fait patrisya, classée « handicapée mentale » pour cela) est infiniment plus lucide et utile, « bien » en termes objectifs (plutôt que d'obéissance quasi militaire, décérébrée).
2/ Non, c'est mal dit : ce n'est pas l'orthographe qui a disparu (hélas elle maintient sa dictature), mais le goût pour elle, à juste raison puisque avec ses complexités inutiles, il s'agit d'un abus éhonté. Oui, il faut une base commune pour communiquer, mais il aurait fallu immensément simplifier l'usine à gaz inutile.
3/ Non, l'orthographe n'est pas (objectivement) jolie. Il paraît que les moines seuls à maîtriser l'écrit, au Moyen-Age, rajoutaient plein de h aux mots, pour que cela agrémente de courbes élégantes (à leur goût) les écrits, mais c'est une calamité d'en avoir fait une obligation, à enfreinte maintenant condamnée, punie ou raillée.
4/ La personnification des mots, qui souffriraient parce qu'on les modifie, me semble tenir du délire complet. Que des fanatiques traditionalistes soient blessés, c'est envisageable, mais ils ont tort d'affirmer que ce sont les mots qui souffrent. A une époque assez récente, une timide micro-réforme de l'orthographe a envisagé autoriser l'écriture « ognon » (comme ça se prononce) en plus de « oignon » (avec i non-prononcé), ça a irrité les grands gardiens de la Tradition Sacrée, mais pas irrité le mot, ce n'est pas vrai. Les dictateurs devraient assumer la contestabilité de ce qu'ils clament au lieu de prétendre incarner le vrai indubitable.
5/ C'est mal pensé : certes si on écrit de manière variée inconstante, on peine à se relire, à être lu, mais l'orthographe pourrait être un million de fois plus simple en étant alors respectée avec immense facilité, simplement intuitive : alphabétique, phonétique (1 lettre = 1 son, 1 son = 1 lettre). Ce qui blesse n'est pas l'abandon de complexité inutile, c'est cette complexité inutile elle-même.
6/ Il peut parfaitement y avoir une structure, une pensée, avec orthographe simplifiée. Il est malhonnête de prétendre qu'il n'y a le choix qu'entre l'usine à gaz académique et un n'importe quoi illisible ahuri, c'est un mauvais procès, un abus de position dominante (choisissant son seul adversaire permis).
7/ La dictature réaliste (stupide oubliant de réfléchir, interdisant arbitrairement l'hypothèse du rêve) se convoque ici pour se donner raison, c'est nul et convainquant en rien de rien.
8/ Il ne s'agit pas de faire disparaître des mots mais de simplifier leur écriture : remplacer oignon par onyon, ou oiseau par wazo, ça ne fait disparaître ni ce légume ni cet animal, ce n'est pas vrai.
9/ La notion de « correct » est ici très abusive, spécifique à une situation de dominance dogmatique dictatoriale. En Espagne, on n'écrit pas « photographie » avec deux PH prétendus corrects mais avec deux F (fotografía bien plus logiques/intuitifs et là-bas prétendus corrects, seuls corrects. La position de petit soldat endoctriné, ne percevant pas qu'il y avait plusieurs possibilités, est pitoyable, à mon avis. Oui pour communiquer il faut s'entendre, mais il conviendrait de procéder à une immense amélioration, simplificatrice avant de fixer le truc.
10/ Enlever des complexifications inutiles n'est pas une atrophie blessante mais une amélioration bénéfique (à condition que ce soit ordonné, commun à tous, et pas n'importe comment chacun à sa sauce, type SMS).
11/ La conclusion est totalement abusive, considérant que si on s'affranchit de l'usines à gaz (en fait inutile), on perd l'accès à l'écriture, lecture, pensée. Moi je trouve que c'est ce bla-bla stupide ou menteur qui incarne la pensée nulle ou morte.

Solutions non inclusives (16/06/2021)

  Pour supprimer le « scandale » grammatical de la supériorité du masculin sur le féminin (insultant patriarcalement la femme) j’envisage deux voies :
• Etape 1 : Supprimer le masculin
cela est beau, il fait froid : non pas masculin mais neutre
Le mur est solide, Paul est grand : non pas masculin mais neutre
Le souris est blanc, ce voitur est gris : non pas féminin mais neutre
Patricia est ma amie jolie : féminin galant, honorant la féminité
Paul et Patricia sont petites : la galanterie l’emporte sur le neutre
Paul et Georges sont petits : non pas masculin mais neutre
Monsieur Paul a épousé Madame Pauline, elles sont contentes : neutre et féminin
Monsieur Paul gay dominant a épousé Madame Georges gaye efféminée, elles sont contentes : neutre et féminin
Monsieur Paulette lesbien dominant a épousé Madame Georgette lesbienne féminine, elles sont contentes : neutre et féminin
• Etape 2 : Supprimer masculin et féminin
Patricia est mon ami joli : neutre
Un homme et un femme c’est le même chose (loi obligatoire n°1) : neutre
Le misogyni et le féminicide, dénués de sens, n'existent pas (loi n°2) : neutre
Les rayons féminins de vêtements et chaussurs sont interdits, tout mixte forcé : neutre
Les vestiaires genrés, WC genrés, sports genrés, deviennent illégaux : neutres
Les hommes doivent dorénavant acheter et porter des serviets périodiques : neutre, aberrant ruinant cette voie ?

Conférence ou/et exposé comique (20/11/2021)

   Une amie m’a signalé une vidéo YouTube très intéressante, critiquant l’orthographe française (ce qui rejoint tout à fait ce site, quoique sans le volet « solution curative proposée »). Les deux intervenants sont Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, professeurs belges francophones, en discipline Français et Philosophie, le titre étant « La faute de l’orthographe » (https://youtu.be/5YO7Vg1ByA8 de 15 minutes environ).
   Comme dans ma partie Comparaison mais de manière moins exhaustive, ils signalent (faisant rire le public) qu’en Français le son s peut s’écrire de 12 manières différentes (j’en ai trouvé 26) et la lettre s peut se lire de trois façons différentes (j’en ai trouvé 4). En signalant qu’en Turc 1 lettre = 1 son et vice versa, donc quand on entend un mot inconnu en Turc on sait automatiquement l’écrire, au lieu de 240 possibilités pour un mot français assez court qu’ils ont inventé pour voir.
   Ils abordent des éléments de discussion peut-être pas nouveaux mais plaisamment rassemblés pour convaincre (du problème aberrant) :
- Aux enfants qui demandent « pourquoi ? » pour tel truc orthographique, il n’est jamais répondu la raison mais ce qu’il faut faire (j’en déduis personnellement : appel tyrannique à l’obéissance avec pouvoir de conviction nul, autre que carotte et bâton bestiaux, abrutissants aveuglants).
- Ils expliquent que « l’esprit critique s’arrête à l’orthographe » : pour l’orthographe, il est interdit. J’aurais simplement employé l’appellation « intelligence critique », opposée à un système débilitant, de très dure soumission à l’arbitraire hyper-multiple.
- Ils signalent que le groupe pataphysique de Boris Vian a (le siècle passé) caricaturé l’orthographe française en faisant encore pire : une « orthographe d’apparat » avec plein de pièges et anomalies supplémentaires, jusqu’à insupporter clairement.
- A ce sujet, il est contesté que la complexité inutile de la langue française soit un facteur de beauté. Effectivement sans aucun pouvoir de persuasion, simple parachutage de mots auto-satisfaits des dominants écraseurs.
- Les autres « raisons » rejetées sont la tradition (alors que certaines complexités discordent de l’étymologie, comme « style et économie » au lieu de « stile et œconomie ») et l’effort qui serait encouragé avec ce rude apprentissage laborieux (mais investir la même énergie dans des choses utiles à la place constituerait selon eux un nivellement par le haut). A ces sujets, ce que j’avais entendu dire est que « nenuphar » vient de « nenufario » latin et que les écoliers finnois beaucoup plus brillants en intelligence que les écoliers français sont déclarés (par les observateurs français autorisés) en concurrence déloyale car avec langue simple.
- Concernant la tradition « à respecter », ils disent qu’elle est fantasmée, des académiciens ayant ajouté plein de consonnes doubles sans raison passée, et plein de consonnes étymologiques inconnues du peuple et en se limitant sans raison à latin et grec en refusant germain, arabe, italien. En 1835 est ainsi apparu un dictionnaire très nouveau, très compliqué, ne ressemblant pas à l’antérieur mais visant à créer une Elite lettrée (je dirais : fausse Elite) méprisant les pauvres et les femmes… (à l’époque les femmes étaient socialement classées inférieures, et avaient tendance à préférer l’utile pratique à l’artificiel méprisant).
- Ils sont sûrs de convaincre leur auditoire mais comprennent que peut-être rien ne changera car ceux qui ont souffert à l’école peuvent difficilement approuver qu’ils ont souffert pour rien de rien. (J’ajouterais : difficile pour eux – je fais exception – de perdre leur « supériorité » dans ce truc ardu qui était imposé en interdisant discussion, perdre cela étant comme se rabaisser soi-même, certes selon de mauvaises valeurs, indues ; psychologiquement, cela entrainerait résistance presque automatique).

Mauvais débat sur l’écriture inclusive (10/12/2021)

   Aujourd’hui, aux informations, un des grands titres était la très chère réalisation en lettres d’or d’une plaque en écriture inclusive par la mairie de Paris. Dans les débats, il y avait deux arguments que je trouve affreux :
1/ Même si l’écriture inclusive est atroce pour les handicapés, il est bénéfique de féminiser la langue française, avec des mots comme présidente, autrice, etc.
2/ Il ne faut pas toucher la langue française, tellement belle, à ne toucher pour rien au monde.
   Je suis en total désaccord :
1/ Pour ne pas être sexiste, le bien n’est nullement d’exiger un centrage sur le sexe (de manière transphobe qui plus est ?) mais d’introduire un genre neutre (à l’anglaise), peut-être universel. D’accord pour ne plu’ dire que le masculin l’emporte sur le féminin, mais stopper le genrage de tout et n’importe quoi : en quoi une lampe est-elle une femme et un mur est-il un homme ? C’est idiot, sexiste de manière aberrante, injustifiable.
2/ La langue française actuelle est une usine à gaz totalement aberrante, injustifiable sans l’argument d’autorité, qui ne vaut rien en logique ou utilité ou efficacité. Certes, la complexifier encore, avec l’écriture inclusive dissociant totalement l’oral de l’écrit, est une calamité, mais la simplifier pour la rendre phonétiquement transparente comme le turc, serait une excellente chose, pour générer des enfants intelligents et accueillir au mieux les étrangers sans xénophobie rejetante.

Grands cris anti-Taubira (03/02/2022)

   L’autre jour, il y a moins d’une semaine, une des nouvelles aux informations était que Christiane Taubira avait gagné la « primaire populaire » à candidats présidentiels refusant tous, sauf elle, et il était signalé, pour en illustrer le ridicule absolu, 4 affiches de campagne de la dame, présentées avec « d’énormes fautes d’orthographe » : « le peuple en à assez », « par ce que », etc. La conclusion journalistique n’étant pas que Madame Taubira est nulle mais que son équipe contient des nuls et que personne ne relit avant de publier les affiches, ce qui ne semble pas sérieux. (C’est confirmé sur Internet à https://www.valeursactuelles.com/politique/sur-les-reseaux-sociaux-les-visuels-de-promotion-de-christiane-taubira-bourres-de-fautes-dorthographe/ ). Qu’est-ce que j’en pense ?
– Contrairement aux journalistes unanimes, je ne juge pas du tout que des désaccords orthographiques soient un facteur de nullité, plutôt une mise en évidence de la pourriture de la langue française, complexe pour rien de rien, hyper-exigeante artificiellement et comme dictatorialement (sans aucun argument). Ces phrases publiées étaient très compréhensibles et ce qui devrait compter est le sens, pas la forme. Ici le sens est très partisan, contestable, mais c’est un autre sujet, en rien abordé par les journalistes.
– Toutefois, il s’avère que cette Madame Taubira est une littéraire prétentieuse, se prétendant de très haute culture, disant dans une interview que j’ai lue l’autre jour « il faudrait qu’un homme ou une femme d’immense valeur, comme moi par exemple (…) », alors : qu’elle ne respecte pas les codes faisant à l’époque arrêter la scolarité à 14 ans (pour nullité inadmissible) s’avère incohérent, choquant. (Ce qui est choquant ici, à mon avis, n’est pas l’orthographe mais la prétention immensément usurpée).

Ma découverte de l’Esperanto (30/04/2022 + 07-08-14-22/05/2022

   Il y a longtemps, j’avais entendu parler de l’Espéranto comme langue artificielle mondiale pouvant être simple puisque sans anomalie imposée au nom de la tradition. Le principe de cela me plaisait, mais je ne m’étais jamais plongé vraiment dans le sujet, pour voir les avantages effectifs (et inconvénients éventuels). Cette semaine, je l’ai fait, suivant un cours d’espéranto en 10 leçons gratuit sur le site ikurso, merci à eux !
• Comme le Français de Patricia :
- Les nombres cardinaux se composent ultra-simplement en n’apprenant qu’une douzaine de mots pour tout exprimer, le reste par combinatoire simple.
- Ecriture phonétique : 1 son = 1 lettre (y compris pour ch qui est là écrit ŝ), 1 lettre = 1 son.
- Pas de lettre q x (et pas de lettre w y, écrits autrement : ŭ j, même si ce dernier serait plus cohérent après le ou-brève en i-brève donc ĭ ).
- Questions simples (« fermées » : à réponse oui/non) avec un mot d’introduction (un peu comme le esk de Patricia, moins lourd que le « est-ce que » français ou les formes inversées) comme le ka final en Japonais.
- Sons rares exprimés : j espagnol et h anglais (Patricia a en réserve x et h pour cela, et il reste la consonne q pour autre son éventuel [le gh russe de miaghka ?] – pour le j espagnol je crois que la transcription française usuelle est kh mais en russe c’est bien la lettre x qui est utilisée pour ce son).
- L'énoncé de l'alphabet est standardisé : non bé-èf-hache-ji-ka-qu-double vé-ix-i grec-zed mais bo-fo-jo-ko-wo-yo-zo (Patricia dit be-fe-je-ke-we-ye-ze)
• Moins bien que le français de Patricia :
- Maintien des majuscules à apprendre pour rien.
- 6 signes absents des claviers azerty : ĉ ĝ ĥ ŝ ĵ ŭ ce qui fait 12 avec les majuscules Ĉ Ĝ Ĥ Ŝ Ĵ Ŭ (et absents aussi des polices courantes de Word, besoin de prendre police Segoe UI, mais une fois choisi ainsi c'est convertible en police courante comme la Times avec empattement).
- Accent tonique obligatoire sur avant-dernière syllabe, ce serait mieux sans accent (usine inutile à fautes d’accent).
- Les sons complexes dj, ts, tch sont avec lettre unique (à apprendre) alors que 2 lettres serait clair puisque composite (comme x clarifié en ks ou gz, et l’anglais j clarifié en dj notre j étant chez eux zh, leur ch clarifié en tsh). Si toutes les biconsonnes usuelles faisaient l'objet de lettre à part, il en faudrait aussi au moins 107 autres pour bf-bl-bn-br-bs-bw-chb-chk-chl-chm-chn-chr-cht-chv-chw-dj-dn-dr-dw-dz-fl-fn-fr-ft-fw-gd-gl-gm-gn-gr-gv-gw-gz-jd-jm-jn-jr-jw-kch-kf-kl-kr-kt-kv-kw-kz-lch-lf-lg-lm-ln-lt-lw-lz-mn-mr-ms-mw-nch-nf-ns-nt-nw-pch-pl-pn-pr-ps-pt-pw-rb-rch-rd-rf-rg-rj-rk-rl-rm-rn-rp-rs-rt-rv-rw-sb-sf-sk-sl-sm-sn-st-sv-sw-tch-tl-tm-tr-ts-tw-tz-vl-vr-vw-zb-zg-zl-zm-zv-zw (comme dans bfab-blond-bniwen-bruit-bsissa-boire-chbeb-chkola-chlague-Schmitt-schnock-Shrek-chtimi-Chval-choix-Johny-Dniepr-drap-doigt-Zeus-flot-Fnac-frigidaire-aphte-foi-Agde-global-phlegme-gnostique-gris-Gvozdika-goitre-Gsell-Jdanov-Jmeka-jnoun-Jrada-joie-Kchouk-kfar-clamer-cri-direct-Kvik-coi-Kzarka-welche-elfe-algue-palme-aulne-Walt-loi-mnémonique-Mrap-lims-moi-flunch-Sanf-Tann's-sprint-noix-pshit!-pli-pneu-prix-psychologue-Ptolémée-pois-perche-herbe-horde-surf-orgues-cierge-turc-Husserl-arme-carne-carpe-carte-Ars-larve-roi-sbire-sfouf-ski-slip-altruisme-snack-stylo-svelte-soif-patch-tlitli-rythme-tri-tsunami-toile-Metz-vlan!-vrai-voile-zboub-zguègue-zlabia-île Zmeïny-Zverev-zwilling), et il faudrait aussi au moins 28 lettres pour les triples consonnes blw-brw-bsw-chtr-drw-frw-glw-grw-rbl-klw-krw-plw-prw-mpf-prw-rbl-rbr-rdr-rtr-sbr-skl-skr-spl-spr-stl-str-trw-tsw-zdr-zpr-ztr (comme dans Blois-broyer-bsoir-début de schtroumpf-droit-froid-gloire-groin-cloison-croire-ployer-fin de schtroumpf-proie-carble-arbre-ordre-tartre-fromage sbrinz-sclérose-scriptural-splash!-sprint-Stlenneg-strophe-trois-Tswana-Zdravstvui!-Zpressa-Ztringz) ; non : inutile de bâtir pareille usine à gaz (107+28=135, donc >134 lettres en + !), il est infiniment mieux de condamner dj-ts-tch (et ks-gz-dj-chtch). Note : dans le décompte de "consonnes-sonores accolées" ci-dessus, il n'a finalement pas été compté les cas d'accolement en syllabes différentes, sinon cela aurait pu aboutir à des sons jusqu'à 5 consonnes : kskrw-ksplw (comme dans excroissance et exploitation, écrits par patrisya : èkskrwasâs-èksplwatasyö).
- Le r est roulé, ce qui fait horreur à Patricia, n’osant même pas se risquer au r français fricatif.
- Pas de lettre pour an-on-in-au-eu-e-u (et u-bref ou "uod" de puis, huit, bruit, etc). En esperanto la lettre e est lue entre é et è, la lettre u est lue ou. Ces 8 sons sont absents de cette langue, ce qui n’aide pas pour modifier le Français.
- Le pluriel est marqué sur les noms, plutôt que par des articles (des, les).
- Le pluriel est marqué (par accord) sur les adjectifs, alors que c’est inutile (cf. en Anglais, sans inconvénient, sans usine à fautes inutiles).
- Il y a à moitié des déclinaisons, le complément d’objet direct (accusatif) ayant une terminaison spéciale. C’est très décevant, français et anglais étant compréhensibles sans cela.
- « Il y a » est traduit par l’équivalent de est/sont : c’est mieux que les 3 mots du Français ou 2 de l’Anglais (there is/there are) mais moins bien que le mot commun de Patricia : ilya.
• Mieux que le Français de Patricia :
- Futur, conditionnel et impératif bien généralisés par une lettre ajoutée commune (sans multiplication par 6 personnes) un peu comme les conditionnel et futur anglais avec would et will.
• Autres anomalies :
- Les féministes modernes pourraient protester que le masculin a priorité sur le féminin :
. La réunion des deux sexes (parents, père et mère, messieurs-dames/mesdames et messieurs) est basée sur préfixe + masculin, c’est accusable de sexisme patriarcal (à la mode 1887, certes pas 2022).
. Des versions féminines de mot masculin sont formables par préfixe, pas le contraire. Poule est énoncé en espéranto comme coq femelle même si la femelle est plus importante pour les agriculteurs, je pense que c’est pareil pour la vache (dit taureau femelle ?).
- Les modernes militants transsexuels pourraient aussi protester que cette langue est odieusement transphobe comme les autres :
. Il y a une forme féminine des mots sexués, sans genre indéterminé aussi.
. Le diminutif affectueux est différent pour masculin et féminin, sans une 3e forme pour le genre trans.

Semi-consonnes et clavier (14/05/2022)

   Dans le cours d’Espéranto, de manière intéressante quoique pas essentielle, 2 lettres étaient dites « semi-consonnes », ni voyelle ni consonne : j et ŭ, correspondant à nos y et w (y et w aussi pour Patricia). Or nous apprenons à l’école que y est une voyelle, w est une consonne, Patricia dit que y et w sont deux consonnes. Cela mérite examen.
   En Français académique, « j’y vais, allons-y, Evry, Guylène, gyrophare, le semi-anglais story » ont un y totalement équivalent à i qui est une voyelle. Mais « yole, yoga, Yannick, Jyuratodus, le semi-anglais yes » ont un y « comme une consonne », le yod, et on peut réciter comme les autres consonnes ba-be-bi-bo-bu, ma-me-mi-mo-mu, ya-ye-yi-yo-yu (en Espéranto, remplacer les sons e et u par les sons é et ou). Pour les premiers emplois, Patricia emploie la voyelle i, et pour les seconds la consonne y, elle est logique, pas le Français (ni anglais) académique(s), et pour l’espéranto il faudrait une définition précise de « semi-consonne » pour juger.
   Selon Patricia, il y a en fait trois classes de lettres :
- Les voyelles, allongeables et pas composables : a e i o u é è â ê î ô û ö
- Les « voissonnes », allongeables et composables : c (au sens ch) f j l m n r s v w y z (et h x q si employés pour h anglais, j espagnol, gh russe de miaghka)
- Les consonnes, pas allongeables (frappées, occlusives) et composables : b d g k p t
   Un des problèmes de la langue française académique, outre la semi-consonne y, est le cas de c et g, qui se lisent différemment selon les cas : sons s et j allongeables devant e-i-y, sons k-g(u) pas allongeables devant a-o-u, donc impossible de classer ces consonnes en allongeables ou non, et la définition de consonne (sans le yod qui plus est) n’est pas très claire. Entre autres choses, dire que le h français (non prononcé) est une consonne parait incroyable. Selon Google, la définition de consonne est « Phonème produit par le passage de l'air à travers la gorge, la bouche, formant obstacles » ; or s’il n’y a pas de son prononcé, il n’y a pas passage d’air, donc h ne serait pas une consonne. Patricia a raison de ne pas retenir ce h-là, écrivant hameau-chat-shampoing-fellah : amô-ca-câpwî-fèla. Ceci dit, l’obstacle (en gorge ou bouche) est partiel pour les allongeables, l’obstacle est complet temporaire pour les non-allongeables.
   Si on faisait une lecture « français académique » des voyelles de Patricia, on dissocierait celles qui se terminent ou non par un « n » :
- Nasales : â î ö (an/en-in/un/ain/ein-on et leurs formes avec m comme dans tomber ou comte)
- Simples (non-nasales) : a e i o u é è ê ô û (les trois dernières correspondant à eû, au, ou)
   Par ailleurs,
- Les voyelles é è â ê î ô û ö sont disponibles sur un clavier Azerty mais pas toujours employables pour un nom de fichier sur Internet, comme l’espace qui est parfois transcrit en %20%. Avec clavier anglo-saxon Qwerty le manque de lettres pour les voyelles (si on doit retranscrire le parler Français) est criant, ne serait-ce que é è qui sont extrêmement courants.
- Sur clavier Azerty, ne sont pas utilisées par Patricia les touches à ù ç ainsi que & _ ° $ £ % / § ! : ; µ * et toutes les majuscules (sans compter h x q H X Q hors mots étrangers), son clavier idéal étant donc modifié comme ci-dessous, sans besoin de double clavier Haut/Bas (et touches Shift) :

   Note : il y a « apparemment beaucoup » de lettres chez Patrisya (30), davantage qu’officiellement dans l’alphabet académique (26) mais ça fait en pratique 31 touches avec é è ç à ù, sans compter que circonflexe-tréma en double-touche en donne davantage encore, 42 avec â ê î ô û ä ë ï ö ü ÿ et ça fait presque le double avec les majuscules, sans É È Ç À Ù qui requièrent des codes spéciaux, comme œ æ Œ Æ ( de œuvre et cætera), donc 79 lettres, pour un besoin de 88 avec codes spéciaux, c’est bien une « usine à gaz » par rapport à Patrisya qui exprime totalement ce qu’il y a à dire, avec presque 3 fois moins de signes – 88/3=29,3 très proche de 30).

L’illettrisme et l’actualité "vraie débile" (27/05/2022)

   J’entends aujourd’hui à la télévision un des titres porter sur un rapport officiel dénonçant les difficultés de lecture écriture des jeunes français, avec notamment 5% d’illettrisme en dépit de la scolarité suivie. Le reportage télé prenait exemple d’un texte écrit par un étudiant en y trouvant 4 fautes d’orthographe sur 4 lignes manuscrites. Il est expliqué que cela vient des nouvelles technologies qui font, d’une part, que l’ordinateur corrige la plupart des fautes d’orthographe automatiquement, d’autre part que les jeunes lisent de moins en moins de livres. Je trouve sur presque le même sujet une nouvelle MSN écrite (https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/education-5-des-jeunes-de-16-ans-sont-dans-une-situation-d-illettrisme-en-france/ar-AAXLoPv?li=BBkGbOY ). Je cite et commente :
   « Un rapport de l'Education nationale, rédigé par l'Inspection générale de l'Education (…) vient d'être publié. (…) près d'un jeune de 16 ans sur dix éprouve de fortes difficultés en lecture. Pire, selon ce rapport, 5% des jeunes de 16 ans en France sont en situation d'illettrisme. (…) le fléau est connu, mais la prise en charge laisse encore largement à désirer. (…) "des alertes sont ignorées", des "apprentissages essentiels manqués" (…) écrivent les inspecteurs généraux. (…) Ils estiment que la situation est vécue comme une fatalité, à la fois par les élèves concernés mais aussi par leur famille et par les enseignants. L'Education nationale (…) Des dispositifs existent déjà mais ils ne sont pas mis en œuvre ou bien pas d'une manière assez coordonnée. Le rapport préconise donc de mieux harmoniser, au niveau national, la prise en charge avec des mesures-réflexes qui restent à élaborer pour détecter au plus tôt des problèmes de lecture. Le rapport parle par exemple de la création d'un conseil scientifique et pédagogique. Il propose également de tester plus scrupuleusement les élèves et évoque enfin la formation des équipes enseignantes pour traiter un mal qui prospère "essentiellement" (…), "du fait de la négligence et de la méconnaissance". »
--> Je trouve cet article, ce rapport, fautifs d’analyse nullissime. A mon avis, le problème est totalement autre : la langue française est une usine à gaz totalement absurde, hyper-complexe pour rigoureusement aucune valeur ajoutée (en signification ou clarté). Cette langue mériterait d’être remplacée par l’Espéranto ou l’écriture de Patrisya, sans conserver (pour une stupide affaire de tradition) la périmée usine à gaz d’autrefois, facteur d’exclusion injuste. Que les anciens, mal formés à une langue stupide, acceptent de se bouger le cul à apprendre la langue simplifiée qui serait souhaitable, loyalement, pour que triomphe l’intelligence et pas le paraitre conventionnel tarabiscoté.
   Certes, les générations d’autrefois ont mieux réussi à maîtriser le sujet, est-ce que cela me donne tort ? Je ne le pense pas : même si j’ai réussi ma scolarité, je peste continuellement contre cette usine à gaz absurde qui est mal pensée, pour de très mauvaises raisons (ou pseudo-raisons). Par ailleurs, même si je connais peu la génération actuelle arrivant au Bac ou à l’université, je peux analyser deux générations, la mienne et celle de mes parents.
- Ma génération : je plaignais mes quelques camarades de classe exclus pour inaptitude à ce qui me semblait assez facile (une orthographe acceptable), mais a posteriori je trouve le système totalement injuste, et je plaide coupable d’avoir été félicité par des idiots profonds, dictateurs autoritaires abrutissants. Ma copine imaginaire Patricia, classée handicapée mentale pour avoir refusé l’orthographe française, me semble incarner le génie d’avoir inventé un million de fois mieux.
- La génération de mes parents et leurs premiers élèves lycéens : je les vois pérorer de supériorité sociale, avec leur maitrise orthographique et leur récitation de couplets entiers de célébrités théâtreuses, et je trouve ça immensément nul, fausse supériorité injustement méprisante envers qui n’a pas acquis ces codes-là. Ils se montrent nuls en logique, nuls en lucidité, hyper contestables politiquement (leur génération ayant triomphalement confirmé la réélection du dictateur blablateux Macron, après l'avoir fortement soutenu dans sa persécution des lucides refuseurs de vaccin prématuré injustement "validé", c’est affreux, presque le contraire absolu d’une supériorité intellectuelle). Si l’orthographe hyper-majeure d’autrefois les a élus comme les meilleurs, j’y vois une calamité (ou une autre calamité, j’ignore ce qui dirige actuellement vers les sommets – tant sont stupides les jeunes gobant sans intelligence critique les alarmes illogiques du GIEC écologiste).
   Bref, s’il y a de l’illettrisme, ça me semble la faute des dominants, présents et passés, très mauvaises personnes se prétendant à tort supérieures, en exigeant qu’autrui peine à acquérir les masses d’imbécilités les ayant à tort élus eux. L’orthographe aberrante à millions de pièges en est le symbole le plus aigu.

Autre historique (23/07/2022)

   J’ai lu sur un forum Quora une explication répondant (en Anglais) à la question « pourquoi les Français écrit et parlé sont-ils si différents ? ». J’y lis une histoire partiellement différente de ce que j’avais entendu dire, et très plausible. Autrefois, le peuple parlait un Français purement oral, tandis que le clergé vivait dans les livres bibliques en Latin, puis le roi a demandé que le Français devienne la langue des journaux écrits, et c’est le clergé latiniste qui a été chargé de cette mise en écrit de l’oral. Ils l’ont fait, non pas au plus simple pour les gens parlant Français, mais pour s’auto-favoriser, avec le plus proche du Latin qu’ils manipulaient eux. Ainsi pour le mot proncé « kor » (humain), ils ont choisi le plus proche du « corpus » latin : « corps » avec p et s muets et puis c et pas k, pour rien que pour paraître familier au clergé latiniste.
   Que cela ait constitué la première proposition vers la fin du Moyen-Age est possible, mais à mon avis, il aurait fallu abandonner ensuite cet archaïsme, par exemple en 1789 avec la révolution, ou plus tard avec Jules Ferry et l’école devenant obligatoire pour tous.
   Bref, les enseignants et faux intellectuels qui, aujourd’hui imposent intouchable une écriture mal pensée, pour de mauvaises raisons périmées (et très contestables même autrefois), me semblent en faute lourde. Ils ne constituent pas une Elite Intellectuelle, mais une Débilité Pseudo-Intellectuelle. Mais en tant que parent d’élève, je dois taire ma gueule, pour que ces dominants ne se vengent pas sur mon fils, en l’empêchant de faire le métier qu’il veut faire plus tard. Puisque débiles profonds, ils ne dominent que par la loi du plus fort, c’est affreux.

Deux u différents ? (06-08/08/2022)

   Dans un texte où j’employais le mot ambigüité, j’avais spontanément écrit ambiguïté, en un sens davantage logique puisque le u se prononce normalement et c’est le i qui peut être isolé comme dans troïka à ne pas prononcer trwaka. Le logiciel MS Word a corrigé, merci…quoiqu’après coup Google m’indique que les deux écritures sont admises officiellement, et puis : si ni i ni u n’avait de tréma ce serait prononcé exactement pareil, la prononciation avec tréma n’étant pas (malgré ces trémas) : ambiguhité. Quoi qu’il en soit, je suis allé voir si dans ma liste dans ce site-ci j’avais bien recensé l’écriture ü comme cas prononcé u. Oui, mais… ça m’a rappelé qu’en regardant les signes phonétiques dans le dictionnaire Larousse Français-Anglais/Anglais-Français, j’avais noté que les phonéticiens avaient une lettre spécifique, comme cas spécial pas défini en Français académique, pour séparer le u voyelle claire du u à moitié transitoire qu’il y a dans les mots français lui, huile, muet, tué, puéril, buisson, cuisson, fuite, nuisance, puis, suer, etc. Avoir 2 signes phonétiques pour u correspond plus ou moins à la paire « ou et w », le w étant une sorte de ou rapide se faisant consonne, de même que « i et y yod », en un sens. Il y aurait donc vraiment un sens à avoir un u consonne défini comme son à part entière complétant le u voyelle très majoritaire.
   Si ce « u-consonne » était intégré à l’ortograf de patrisya, le marquage ü serait une solution simple et idéale, mais… ce ü était déjà envisagé pour transcrire le un de brun, que certaines régions différentient du in de brin, le un se prononçant avec lèvres plutôt fermées avancées (comme o et u), quand le in se prononce avec les lèvres tirées en remontant extérieurement (comme i) – je n’ai pas appris à lire sur les lèvres comme les sourds, mais je constate cela en le prononçant à haute voix, au-delà d’un son mental. Alors, si ce son n’est pas à écrire ü, ni ö réservé à on, que reste-t-il en lettres standards possibles au clavier ? Je propose ÿ (plutôt que ä ë ï) car ça apparaitrait en clair comme consomme, le y de Patricia étant le yod et pas la voyelle i de j’y vais (j i vè). Ce n’est pas idéal et on aurait pu rêver d’accent spécial pour les consonnes issues de voyelles comme l’accent grave : i accent grave (ì = alt-0236), ou accent grave, u accent grave (touche ù). Le problème est qu’en français, ou n’est pas une lettre unique (contrairement à l’Anglais et l’Espéranto où c’est u) et pour en faire un caractère unique, il a déjà fallu un accent (û), il faudrait donc un accent double.
   Côté accents doubles, Word propose ẳ ḕ ễ ế ệ Ḝ ḯ ị ḹ Ḹ ṏ Ộ ṝ ṩ mais rien apparemment avec u. Donc tant pis, cette clarté-là ne semble pas possible, et il reste envisageable que le u court soit ÿ, ou bien ù isolé sans famille du même ordre, ce qui est peut-être le mieux. Ça ferait un 31e caractère de Patricia (ù ?), donnant raison aux phonéticiens clarificateurs, contre la tradition française pourrie qui mélange pour le différent et multiplie pour le semblable. {Côté mélangé pour le différent : x pour ks et gz, y pour i et yod, w pour v de wagon et ou-court de wapiti, u long ou bien court presque consonne, s pour ss et z de osé, t pour tt et s de potion, etc. Côté multiplié pour le semblable ; c de ca et k et q + ch et qu de technique, x et ks et cc de accès, s et c de ceci et t de potion, j et g de géant, z et s de osé, f et ph, ch et sh, etc.]
   Comme pour « ü », pas sûr que ce « ù » passe en routine officielle de patrisya dans mes nouvelles romantiques, mais ici dans ce site d’analyse approfondie, c’est envisagé très sérieusement, comme possibilité utile disponible.

Les exclus de l’orthographe (07/09/2022)

   J’ai été amené, pour un autre site, à me questionner sur les enfants caïds hyperviolents mis en classes à part, de 11 ans à 14-15 ans, et le mot dont je croyais me souvenir (« S.E.S. », au C.E.S futur Collège) ne s’est pas confirmé judicieux d’après Internet, mais j’ai retrouvé un mot oublié, correspondant à cela tout à fait : les classes « de transition », qui à mon époque effrayaient, mais le mot transition (avec la vie active) a un sens positif, si on le prend au sérieux. Enfin, j’ai entendu parler de cela en classe de 6e à Brunoy en 1974-75 (un camarade judoka ayant failli se faire crever un oeil à la fourchette pas un des ses "transition" hyperviolents apparemment irrécupérables), et plu’ jamais ensuite à Toulouse à partir de 1975-76. Par contre, je présentais plus haut sur ce site-ci « mes » excuses à deux de mes camarades (avec des noms comme Violet et Larenaudie) déficients en orthographe, exclus de la scolarité fin 1975-1976 « vers la vie active » (quand ils auraient 16 ans sans plu’ d’école obligatoire), et à l’époque je n’ai absolument pas réalisé que cela voulait dire : « être envoyés en transition » (dont il n’y avait pas de classe dans notre établissement Pierre de Fermat, donc envoyés ailleurs). Et j’ai lu que la réforme Haby de 1977 ensuite, dite « pour le collège unique » (contre lequel ma mère enseignante avait fait grève à l’époque), avait supprimé ces classes de transition, pareils enfants étant donc laissés en échec lourd dans les classes ordinaires. L’exclusion de ces 2 camarades que j’ai mal vécue (je blâme l’orthographe et non leur niveau en celle-ci) a donc été un détail très particulier à un moment historique sans rapport avec la suite et l’actuel, apparemment.
   Par contre, il est clair que dès l’année suivante s’est enclenché l’abaissement du niveau des classes puisque devant gérer les très faibles sans plu’ les exclure, donc au risque d’abaisser vers eux le niveau de la classe entière, ce qui conduit (finalement) au Bac+5 quasi illettré de 2015 que j’ai rencontré en entreprise, effectivement. Tout se range peu à peu dans mon esprit.
   Enfin, mon idéal n'est ni le Bac+5 déficient-orthographique s'affirmant supérieur aux vieux BEPC (brevet des collèges, ou certificat d'études antérieur post-CM2) bien plus performants que lui en fait, ni le rejet comme nullards de ces déficients orthographiques bataillant avec une orthographe mal conçue. Je suis d'avis de supprimer la discipline orthographe comme en Finlande et Turquie, avec une langue française devenue transparente écrite comme on la parle, exactement. Et il faudrait simplement que les jeunes plaignent les anciens élevés à la dure en système idiot les broyant, qui n'étaient pas inférieurs en étant exclus pluss tôt avec sévérité bien pluss grande.

Propos anglais questionnant la langue française (07/09/2022 bis)

   Je suis abonné (j’ai oublié depuis quand et comment j’ai fait) à un groupe de discussion anglophone Quora.com parlant beaucoup de la France, et cela apparait sur une adresse mail où je vais rarement. Hier, d’un coup j’ai trouvé deux discussions intéressantes, points de vue de Français (félicitant les particularismes difficiles de la langue française) avec lesquels je suis en désaccord.
   En voici la traduction par Google Translate, et la réponse (après ) :
   A/ (25/07/2022) « Pourquoi le français a-t-il des noms féminins et masculins ? par Simon Labrunie, de langue maternelle française. Réponse originale : Pourquoi le français (entre autres langues) utilise-t-il encore des noms masculins et féminins, malgré le fait que cela semble totalement inutile et irrationnel ? Edit : la question à laquelle j'ai initialement répondu était formulée ainsi : pourquoi le français (entre autres langues) utilise-t-il encore des noms masculins et féminins, malgré le fait que cela semble totalement inutile et irrationnel ? Il se trouve qu'il s'agit de la énième itération de cette question. Voici deux de ses précédentes incarnations : Les genres en français sont-ils une complexité superflue ? Qui a déterminé le genre des noms dans des langues comme le français et l'allemand ? Comment une table peut-elle être féminin en français et masculin en allemand ? Cela n'a rien à voir avec le sexe. J'espère pouvoir vous convaincre que votre question signifie en fait : Pourquoi le français (entre autres langues) est-il différent de l'anglais ? Eh bien, la réponse est… parce que ce n'est pas l'anglais. Réellement : • Inutile ? Le sexe n'est pas inutile. Genre signifie accord, accord signifie redondance, et la redondance est une fonctionnalité, pas un bogue. Elle permet d'analyser les phrases en resserrant les interprétations possibles des pronoms, les relations nom-adjectif… Elle sert aussi à distinguer certains homophones (un livre n'est pas la même chose qu'une livre). • Irrationnel ? Vous voulez dire, pas logiquement motivé ? Eh bien, ce n'est qu'en partie vrai : dans certains cas, le suffixe d'un nom indique le genre. Ou arbitraire ? Eh bien, comme à peu près tout dans le langage. Par exemple, de nombreux usages des verbes à particule anglais • semblent assez arbitraires pour les apprenants étrangers. Il en va de même pour l'utilisation du gérondif après certains verbes, mais infinitif avec to, ou sans to, après quelques autres. La différence est que nous ne nous plaignons généralement pas. La langue est l'usage, et l'usage est… la façon dont les gens parlent. La seule raison pour laquelle certains anglophones se focalisent sur le genre est qu'ils n'ont pas d'équivalent dans leur langue, donc ils refusent a priori de croire qu'il puisse avoir un sens pour les autres, et réclament une justification contre nature par la "logique" ou le "rationalité", qu'ils n'envisageraient jamais pour d'autres aspects du langage. • "Toujours" ? Vous voulez dire que le dépérissement du genre est l'évolution naturelle et logique du langage ? Non. C'est ainsi que l'anglais (et quelques autres dont le persan et le bengali) s'est développé, point final. L'anglais n'est pas l'aune à laquelle toutes les autres langues devraient être mesurées. Il existe des familles de langues qui n'ont jamais eu de genre à ce qu'on puisse savoir ou reconstituer (turc, ouralien, austronésien, chinois…) D'autre part, des familles de langues qui ont développé des systèmes de genre ou de classes nominales (indo-européen, afro-asiatique, bantou …) les ont généralement conservés. Il doit y avoir une raison. Et en fait, il y en a : le genre fait un travail utile. »
--> Je ne suis absolument pas d’accord. Et il n’y a pas que les Anglais à maudire le genre français parce qu’ils n’ont pas ça chez eux, moi français je perçois que c’est complètement idiot et regrette que cela m’ait été inculqué à la dure avec punition pour prétendues fautes. Ici, le locuteur est un Français n’ayant pas d’esprit critique envers sa propre langue, se l’interdisant, apparemment, refusant de comprendre le mieux étranger, c’est affligeant.
• Si des genres et accords étaient nécessaires pour clarifier les relations entre mots, admettons, mais pourquoi avoir seulement 2 modalités et pourquoi appeler ça masculin/féminin ce qui n’a rien à voir ? Effectivement, dans une expression comme « ces plantes et arbres, vertes et bruns » le genre permet de savoir à qui s’adresse l’adjectif, mais avec une liste de 6 noms, il faudrait 6 genres, ou 12 signes du zodiaque ou quoi, oui ça monterait une usine à gaz pire encore que le Français, ce n’est pas du tout la bonne direction, je préfère que tout soit neutre, avec quelque chose comme « ces plants verts et arbres bruns » (ou bien « ces plantes vertes et arbresses brunes », je ne suis pas macho exigeant que le neutre suive le masculin en négligeant le féminin, il faudrait décider une fois pour toutes, par exemple en faveur du féminin en réparation de siècles patriarcaux injustes). Quant aux homophones, je ne suis pas d’accord : si des mots ne sont pas clairs, il n’y a pas à les différencier par artifices complexes (comme l’orthographe entre poil et poêle, comme le genre entre un poêle et une poêle), il convient de casser ces ambiguïtés, pour être entièrement clair dès l’oral et dans tous les cas même sans adjectifs ni articles : remplacer un poêle par un stove inspiré de l’anglais, un poil par un pelo inspiré de l’espagnol (car le h prononcé de l’Anglais hair et Allemand Haar n’existe pas en Français, et le capelli italien a une consonne double ne servant à rien, usine à faute encore). Oui, cela ferait changer la langue, améliorer la langue, pour ne pas devoir apprendre durement ses imbécilités injustifiables honnêtement. Rien ne justifie les homophones, que la tradition (comme l’esclavage, ce n’est en rien un argument), et le refus d’effort de réapprentissage des malformés (une génération doit se sacrifier pour ne pas faire chier les suivantes, j’ai le courage de proposer que ce soit ma génération).
• Affirmer « point final (on ne touche plu’ à rien) ! » n’est pas recevable quand il y a des candidats comme moi à une énorme amélioration, quasi indolore tant la langue obtenue serait simple et claire, lumineuse. Cela aurait dû être le travail de l’Académie Française si elle n’avait pas regroupé des traditionalistes immobilistes, hélas. Un des drames de l’écriture inclusive est qu’elle a donné à adorer l’Académie Française, résistant à cela (c’est bien) pour de mauvaises raisons (c’est mal) : la tradition offensée (je trouve que ce n’est pas un argument), au lieu du refus de complexité encore accrue avec disjonction augmentée encore entre l’oral et l’écrit (je trouve que là est le vrai argument).
• Quant à dire que les particularismes idiots de la langue française doivent être acceptés car la langue anglaise a aussi ses propres particularismes idiots, je ne suis pas d’accord. Je dis non à nos particularismes idiots, et il serait bien que les anglophones fassent pareil de leur côté. C’est comme si la France n’avait pas abrogé l’esclavage car les USA ne l’avaient pas abrogé – ce n’est pas un argument : efforçons-nous déjà de bien faire de notre côté, puis nous pourrons inciter les autres à faire aussi bien (au lieu que nous copions leur mal).
• La question des suffixes indiquant le genre qui prouverait la rationalité des genres, me semble une réponse idiote : si on demande pourquoi un clou est masculin quand une vis est féminin, cet auteur nous répond que c’est très rationnel car le ette de fourchette indique que fourchette est féminin ! ça n’a rigoureusement rien à voir, qu’il y ait quelques micro-règles gérant le genre dans quelques cas n’enlève pas l’absurdité du genre issu de nulle part dans la majorité des cas (et la langue française, qui plus est, s’avère championne des exceptions à ses propres règles).
• En conclusion, il est totalement faux que le genre et autres anomalies soient utiles via complexité notable ; on peut mettre à la poubelle cette complexité pour répondre au mieux au besoin utile, il n’y a pas de bonne raison de faire autrement (la tradition n’est pas une raison mais une dictature de l’immobilisme refusant égoïstement amélioration au bénéfice d’autrui).
>   B/ (26/07/2022), par Thomas de La Marnière locuteur natif français. « Pourquoi les Français ne prononcent-ils pas les consonnes à la fin des mots ? Car l'orthographe du français n'est pas conçue pour être exclusivement phonétique. Il est conçu pour : 1. Evoquer l'étymologie du mot. Souvent, l'orthographe correcte en latin ou en grec est bien reflétée. C'est parce que les gens de la Renaissance ont trouvé que nous étions trop barbares et ont donc essayé de rendre la langue plus proche du latin (et parfois ils ont foiré en supposant de mauvaises étymologies). 2. Distinguer les homophones, car le français en a beaucoup. La mère/la mer/le maire par exemple sont tous des homophones mais ont un sens différent donc on ne peut pas écrire phonétiquement car ce serait vite déroutant (et il faudrait une sorte de système de kanji pour se différencier). Si nous écrivions purement phonétiquement, nous ne comprendrions pas facilement le sens des textes. Autre exemple : ou / où / août / hou / houe / houx sont tous des homophones. 3. Ne pas avoir à créer de nouvelles lettres pour notre alphabet. De nombreux sons sont des digraphes ou des trigraphes car cela nous permet de conserver l'alphabet latin de base à 26 caractères. Comme les nasales : in / on / en / un… nous n'avons pas à leur inventer de nouvelles lettres. Il y a donc de très bonnes raisons pour lesquelles il n'est pas souhaitable d'avoir une orthographe phonétique en français. Cela créerait plus de problèmes qu'il n'en résoudrait certains. »
--> Encore une fois, c’est mal pensé, ignare, avec prétention fière qui plus est.
1. J’ai étudié le Russe en plus de ma langue maternelle le Français et de la langue internationale l’anglais. Et en Russe, il y a deux alphabets pour les amateurs d’Histoire ; un système ultra-compliqué sans raison, avec plein de doublons inutiles formant usines à fautes, et – après la décision d’école pour tous – une forme ultra simple de type phonétique. Est-ce que l’ancienne façon visait à combattre la barbarie ? Absolument pas ! Elle rendait l’accès à l’écrit très difficile, ce qui réservait l’accès à l’écrit aux nobles (avec profs particuliers chers) et au clergé orthodoxe (étudiant toute sa vie). Bref, c’était sciemment compliqué pour gêner la maîtrise, pour raison politique anti altruiste (excluant l’autre méprisé comme inférieur de naissance), immorale. Et ça semble bien avoir été pareil en Français. Sauf que, en déclarant l’école pour tous, il a ici été « oublié » de mettre à la poubelle les idioties dites étymologiques. D’où l’usine à gaz pour tous, aberrante. Certes pas impossible, mais entravant gravement la performance, l’accessibilité, c’est archinul en matière de balance avantage/inconvénient. Là où les Français écrivent photographie, les Espagnoles écrivent fotografia, cela rend-il les Espagnols Barbares pour autant ? Seuls des débiles profonds, se prétendant à tort supérieurs, peuvent l’affirmer sérieusement, au-delà de la blague ridicule faisant semblant d’être sérieux. Quand il est constaté que les enfants français sont 23e sur 24 d’Europe en intelligence enfantine, et que chaque année les Finlandais sont premiers, il est claironné que ce n’est pas de la concurrence loyale car les Finlandais sont favorisés par une langue ultrasimple, mais merde quoi, faisons de même du Français une langue ultra simple pour intelligence ultra-performante ! C’est d’une telle évidence !
2. Si les homophones sont déroutants, et oui effectivement ils sont déroutants à l’oral, il faut remplacer les doubles pas clairs, par des emprunts aux langues étrangères par exemple. La mer pourrait être « si » (de l’Anglais « sea »), il n’y a aucune espèce de raison à réserver la clarification à l’écrit éventuel, pas du tout systématique en toute occasion. C’est un faux argument, une connerie. Qui plus est, il y a des cas contraires d’homographes avec ex-aequo écrits pour sens différents à l’oral, comme « fils » (fil de laine, fiss de famille) ou plus (pluss davantage, ou non plu’ aucun). Dire que c’est bien en l’état est une insulte à la pensée claire.
3. C’est totalement faux : avec les accents et autres particularismes (comme « Æœ»), l’alphabet français n’a pas 26 lettres mais une quarantaine ; patrisya exprime elle trous les sons, sans aucun bigramme/trigramme, en 30 lettres (voire 32 avec ü ù éventuels), c’est beaucoup mieux, plus performant, honnête, sans faux argument menteur.
Bilan. C’est prodigieux : les 3 « bonnes raisons » de refuser une écriture phonétique du Français ayant été prouvées débiles, cela élit le Français phonétique comme optimal, et en lettres standard de préférence (façon patrisya) pour facilité de la transition, et emploi de claviers azerty en service.

Sonorités étrangères (14/09/2022)

   J’entendais hier la chanson « Quand Jimmy dit What I say », de la très Française Patricia Kaas. Et le « t » y est bien prononcé à l’américaine (et pas britannique) comme un R roulé (comme dans water, butter), comment marquer ce genre de choses en alphabet de Patricia ?
- Sons éventuellement à transcrire : h anglais - th anglais - ch écossais, j espagnol, kh arabe transcrit, x russe - gh russe (de miaghka, écrit miagka mais exception) - r roulé (rh ?), t américain – r anglais.
- Touches disponibles sur clavier Azerty : h q x ç
- Marquages disponibles dans MS Word :
c : ¢ ć ĉ ċ č ḉ
g : ĝ ğ ġ ģ ǥ ǧ ḡ ց ᶃ ԍ
h : ĥ ħ ȟ ḣ ḥ ḧ ḩ ḫ н
j : į ĵ ǰ
k : ķ ǩ ᶄ ḱ ḳ ḵ κ қ ҝ
r : ŕ ŗ ř ȑ ȓ ṙ ṛ ṝ ṟ
t : ţ ť ŧ ț ȶ ᵵ ṫ ṭ ṯ ṱ ẗ
x : ҳ ӽ ẋ ẍ
- Choix retenus, toujours sans bigramme pour respecter le principe phonétique « 1 son = 1 lettre » :
. h anglais : h
. th anglais : q (ou )
. ch écossais : x
. gh russe (de miaghka=) : ç
. r roulé : ŕ
. r anglais : ȓ
   Cela ferait 6 touches supplémentaires sur le clavier de Patrisya.

Pour ou contre une vraie mise en pratique, chiche ? (15/09/2022)

   Dans moins d’un mois va venir en France (nous aider en pratique, du fait de mes 4 cancers invalidants) ma nièce infirmière asiatique (philippine, âgée de 38 ans, au chômage là-bas) ne parlant pas un mot de Français (sauf « bonjour, merci » célèbres) et ma famille m’a chargé de lui apprendre la langue française comme un professeur, en employant aussi mon fils de 13 ans comme autre professeur, payé pour cela car c’est un vrai travail, parlé en langue anglaise couramment, pour communiquer car ni lui ni moi ne parlons couramment le dialecte ilongo de l’élève ni la langue nationale philippine le tagalog. Toutefois, la question grave qui se pose à moi est : vais-je former cette élève au Français académique super compliqué ou bien au Français ultra-simplifié de patrisya ? Il faudrait pour cela y former mon fils préalablement puisqu’il n’en a jamais entendu parler. Nous avons l’expérience de mon épouse, venue en France il y a 20 ans, ne parlant pas un mot de Français pareillement, et formée à la langue française par les cours publics, gratuits merci, de l’IFRA (Institut de Formation Rhône-Alpes, je crois) : elle parle, se débrouille assez bien en langue française parlée, mais ne maîtrise absolument pas le Français écrit, ne pouvant pas lire un mode d’emploi, ne pouvant pas rédiger un chèque (pour la partie en caractères alphanumériques), etc. Il n’y a que pour les ingrédients sur aliments où elle déchiffre péniblement, en prononçant avec plein d’erreur, comme je le fais moi quand l’étiquette est en Espagnol ou Néerlandais (que je ne connais pas). Que faire ? J’hésite très fort, tant la langue de Patricia est simple, mais jugée inadmissible « débile » par les enseignants « vrais débiles » en la matière, avec tout leur cercle d’influence, de fiers à tort, de maîtriser l’usine à gaz de la langue française académique, en étant généralement nuls dans les autres langues, imaginées aussi compliquées d’où blocage.
   Idéalement, la langue de patrisya n’est pas qu’une orthographe devenue transparente, donc orthographe disparue en tant que matière à étudier, passées les 10 minutes d’apprentissage en alphabétisation (et mon élève devra intégrer les nouveaux sons an-on-in-un-u-eû qui n’ont pas d’écriture spécifique en Français, pas facile, et qui sont en écriture de patricya : â-ö-î-ü-u-ê). En matière grammaticale, patricia ne pratique pas les conjugaisons, tous les verbes étant à l’infinitif, ni les pluriels irréguliers (elle dit « des chevals et des ‘œils », en quelque sorte : « dé ceval é dé ey »). Le fait de supprimer les conjugaisons aurait plusieurs avantages :
- Ne pas avoir une masse colossale de choses à apprendre en plus ;
- Limiter la portée de la distinction tu/vous pour le you anglais (thee/you en vieil anglais) ;
- Cela supprimerait certains homophones qui étaient clarifiés à l’écrit académique, comme tu tues les tutus (pour patrisya : tu tu lé tutu).
   Je vais en parler à ma femme et mon fils, je pense que je me rallierai à leur avis. J’espère seulement que les deux auront le même.
   Au passage, il faudra aussi trancher : est-ce que j’inclus à l’ortograf de patrisya les 2 sons ü (pour un) et ù (pour consonne uod) ? Pas obligatoire en forme ultra-simplifiée, mais utile en forme précisée pour amoindrir le choc des personnes en face, prompts à qualifier de débile la nouvelle forme, en fait clarifiante et simplifiante à la fois, totalement mieux en concurrence loyale, mais la pression sociale en face est considérable. Pas facile.
   Avis de mon épouse : apprendre en premier le Français parlé, avec support écrit temporaire de patrisya parfait, tandis que mon fils lui, en Anglais, ne fera qu’aider au parler Français, sans se mêler d’écrit. Dans un second temps, pour qu’elle puisse trouver un travail en France, cette élève devra être formée à l’écrit du Français académique. Si ces décisions sont maintenues, il y aura donc dans moins d’un mois la toute première élève (au monde entier, depuis le début de l’humanité !) apprenant la langue française avec écriture de patrisya… (pas les conjugaisons de patrisya, désolé).

Vrai parler « petit nègre » (05/10/2022)

   J’ai entendu parler du français parlé simplifié en Afrique et cela me parait intéressant. Je ne sais pas si c’est proche du créole ou du réunionnais, mais il y a là une utile source de réflexion et amélioration, à mon avis, au contraire du mépris habituel disant cela comique ridicule. Pour une illustration préliminaire, j’ai écouté la chanson de Maxime Le Forestier « Ambalaba », que je croyais vouloir dire « on va là-bas », mais dont la traduction indique que cela signifie « par en-dessous ». J’y note plusieurs points :
• « son grand z’anneau dans son z’oreille » : pas de liaison, que tous les mots commençant par une voyelle reçoivent un z pour simplifier (petit enfant pas encore alphabétisé j’étais scandalisé qu’on dise « des z’avions un n’avion », ça deviendrait « des zavions un zavion », simple et clair, clarifié) ; suppression des noms de choses au féminin, tout étant au neutre (la jambe deviendrait le jambe, neutre, la zoreille deviendrait le zoreille).
• « moi donne toi » : suppression des conjugaisons sans choisir l’infinitif mais la première conjugaison (Patricia envisageait « je te donner, nous te donner » au lieu de « je te donne, nous te donnons », et avec « donne » ça sonne peut-être mieux, à examiner avec « suis » et « ai » à la place de « être » et « avoir »), il faudrait cependant prévoir comment exprimer futur, passé, conditionnel, impératif (« wil, av’,woud, lèt » par exemple, inspiré par l’anglais) ; suppression des semi-déclinaisons des pronoms : au lieu de « je, me, moi » (là où Patricia envisageait « je » partout », employer « moi » partout, comme ça se fait avec « nous » et « vous »).
• « mon la case » : suppression des pronoms possessifs genrés, « mon » s’appliquant partout (ici, c’est un peu hybride, car l’habitude a gardé un féminin pour case sans l’avoir fait pour oreille semble-t-il plus haut) ; dissocier le pronom possessif du caractère déterminant, avec « mon un maison » et « mon le maison » pas seulement « mon maison », ici ce ne serait pas une simplification mais une clarification.
   Cela ferait de sérieux changements, comme « je t’aime, c’est ma passion » devenant « moi z’aime toi, ça suis mon passion ». Je serais d’accord, mais ce n’est pas à décréter dans un coin, il faudrait que ce soit le nouveau standard universel de la langue française (tout le monde se comprenant, à la différence des bricolages personnels SMS).

Correction, désolé (06/10/2022)

   Dans le « clavier de Patricia » (ci-dessus le 14/05/2022), qui me semblait cohérent, j’oubliais une discordance avec le début de ce site, présentant le sujet : je parlais de 30 touches/signes/sons, alors que l’introduction avait parlé de 23 lettres + 8 accentuées, soit 31, qui avait raison ? Euh, c’est la présentation initiale, et il manquait au clavier la touche b, faisant effectivement 31 non 30, et 31 = 23+8 = (26-3) + 8. Tandis que l’alphabet standard est 26 lettres, 26 majuscules, 5 autres touches (éèçàù), 23 touches composées (ê etc.), 9 touches codées (Ç etc.). Total 89 touches. Le rapport reste donc 1 à 3 (89/31=2,9).


Premières leçons données en Français simplifié (de Patrisya) (12-14/10/2022)

   Hier comme prévu a eu lieu le tout début d’apprentissage du Français, avec orthographe de Patricia (appelé « Français simplifié » sans citer le personnage imaginaire patrisya) auprès d’une apprenante, âgée de 38 ans, parlant 4 langues (ilongo, tagalog, anglais, arabe parlé) et ayant entendu parler des mots français très célèbres comme bonjour et merci (ainsi marqués). Pas facile de donner tort à ces marquages bonjour et merci pour les remplacer par böjûr é mèrsi… Ce qui serait facile vis-à-vis d’un enfant de maternelle pas du tout alphabétisé s’avère davantage compliqué vis-à-vis d’une adulte un peu informée (même si ça passe en expliquant, semble-t-il, en prenant le temps de bien répondre à toutes les questions sans aller trop vite en apprentissage positif). Elle comprend bien le problème d’orthographe/alphabétisation, notamment avec le fait (pour elle incroyable ou scandaleux) que le marquage « on » se prononce très différemment dans « bonjour et bonne nuit » (böjûr é bon nui). Il y a aussi l’apprentissage des nouveaux sons eu u r an on in, qui amène l’élève déjà alphabétisée à tenter de le transcrire avec ses lettres à elle, sans prendre le marquage source comme base pure. Enfin, une difficulté spéciale, imprévue, est rencontrée avec la lettre c, expliquée signifier (en français simplifié) le sh anglais, mais discordant du connu comme merci et christ (s et k). Peut-être que pour ce son sh, il ne vaudrait mieux pas utiliser la lettre célèbre c mais la lettre nouvelle ç. Toutefois l’alphabet récité a-b-c-d ne serait plu’ énonçable ainsi, non remplaçable par a-ba-cha-da mais par a-ba-da, la nouvelle lettre étant repoussée après le za final comme ça (prononcé sha) mais la casse dès le début de l’énoncé d’alphabet n’est pas simple, peut-être inutilsement déroutante, donc le son sh reste c pour l’instant, sans basculer à ç.
   Par ailleurs, j’ai prévu le cours de conversation : phrases-types importantes à savoir répéter, sous forme d’un tableau triple : lignes pour les expressions, avec 3 colonnes : 1/ Français officiel (pour voir, indicatif), 2/ Français simplifié (pour savoir lire, quand l’alphabétisation sera acquise, notamment la prononciation des 5 nouveaux sons u eu an in on r), 3/ anglais (pour que l’élève non francophone comprenne).

Petite dificulté pratique (15/10/2022)

   Préparer les cours de Français en orthographe de patrisya a montré la grande difficulté liée aux liaisons. En effet, Patricia tout à la fois emploie une orthographe très simplifiée et une grammaire un peu simplifiée (sans liaisons), mais pour n’utiliser que l’orthographe de patricia pour enseigner le Français standard parlé, il y a ces liaisons, qui déroutent, inexpliquées :
Standardpatrisya
Allez, Allez-y
Allons, Allons-y
Vingt, vingt-et-un
L’eau, les grandes eaux
Tout, tout à l’heure
Il est, est-il
Heures, les heures
Êtes-vous, vous êtes
Vous, je vous aime
alé, alé z i
alö, alö z i
vî, vî t é î
l ô, lé grâd z ô
tû, tû t a l er
il è, è t il
êr, lé z êr
èt vû, vû z èt
vû, je vû z èm
   C’est un inconvénient, obligeant à plein d’apprentissages par cœur inexpliqués, désagréables en termes logiques. Mais il n’y a pas de totale logique en matière de liaisons (en Français standard) : je me souviens que le Président Mitterrand employait beaucoup pluss de liaisons que moi, ayant un parler comme ultra-littéraire prétentieux, pédant. Je ne me souviens plu’ les mots exacts mais je peux reconstituer je crois : « Les lointaines-étoiles, les fausses-économies, d’étonnantes-et riches-affirmations, les paniques-aux frontières » (e-muet suivi de s prononcé euz) et puis « dussiez-vous-aller là-bas », etc. Donc aucune logique nulle part, pour expliquer ce qu’est le français parlé que je connais, intuitivement.

Echec partiel (22/10/2022)

   En pratique, l’étudiante formée en ortograf de patrisya n’a jamais vraiment adhéré à cette alphabétisation avec âöî (et eu, ê, u, ô, r), préférant un cours purement oral qu’elle retranscrit à sa façon à elle compte tenu des écritures proches dans sa langue maternelle, le philippin ilongo.
Français
officiel
frâsé
sîplifyé
élève
anglophone
an, en, am, emâong
on, om, hon, homöung
in, un, ain, ein, hinîah
eu, eû, heuêuh
u, hu, uhuuuh
au, eau, auxôohh
r, rh, rrrr
j, gejjz
ouûu
chcsh

   Personnellement, je n'adhère pas à cette écriture, pas claire dans la mesure où elle n'est pas alphabétique phonétique (1 son = 1 lettre), avec un h non prononcé notamment et à signification très diverse. De plus, si un mot français avait les sons représentés par les lettres de ces codes, comment le différencier ? exemple : monsieur Boungue et monsieur Bon seraient transcrits pareils en Bung donc non explicite.
   Mais pour cette élève-ci, non petite enfant apprenante, l'ortograf de patrisya est finalement remplacée par ce qui lui convient le mieux, d'accord.

Examen en détail de la phonétique (22/10/2022 bis)

   Souvent je me suis ici référé à l’écriture phonétique aperçue dans le dictionnaire Larousse Français-Anglais/Anglais-Français, et que manipulait je crois le professeur d’anglais en classe de 5e (sans que je l’ai appris en 6e, dans un autre établissement, une autre ville, une autre région de France, situation difficile compte tenu du déménagement de ma famille) avec désapprobation des élèves qui n’aimaient pas cette écriture phonétique à lettres spéciales embrouillant tout (à leur avis). Aujourd’hui, je vais l’examiner de front, complètement, pour voir ce qui intéresse patrisya (phonétique en lettres standards), ce qui ne l’intéresse pas, ce qui serait discutable en cas de projet d’adoption générale. La base est l'article Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aide:Alphabet_phon%C3%A9tique_fran%C3%A7ais
   Bilan ci-dessous (cliquer pour agrandir un peu) :

   Je confirme préférer mille fois l'ortograf de patrisya à la phonétique officielle, inutilisable sur clavier Azerty normal (en requérant des copier-coller nombreux à partir de source pas évidente à bâtir, qui plus est), et se posant des questions me semblant inutiles, allant chercher des nuances de prononciation très minuscules, non intuitives.

Les ordinaux, condensé des problèmes (25/10/2022)

   J’avais déjà expliqué les nombres, avec notamment l’anomalie de 70, 80, 90 (comparé aux meilleures versions belges et suisses), ainsi que 21-31-41-51-61-71 employant un « et » parachuté. Mais avec les ordinaux en ième, c’est pire, car les liaisons paraissent sorties de nulle part (après apprentissage oral/phonétique des nombres) : deux-z-ième, trois-z-ième, vingt-t-ième,vingt-et-u-n-ième (idem pour 31-41-51-61), cent u-n-ième… Comme autant d’exceptions incompréhensibles à apprendre par cœur… (en phonétique ± philippine comme en ortograf de patrisya). Décidément la langue française se confirme une terrible usine à gaz, peu plaisante, difficile, sans la moindre raison explicable. (J’avais cru, avec ma formation scolaire, que le Français actuel avait peu à peu dérivé du latin, mais c’est faux parait-il : le Français oral était notablement éloigné du latin et c’est sa mise par écrit effectuée par des latinistes qui a conduit à imposer artificiellement, stupidement, plein de lettres muettes rappelant le latin pur et dur. Comme doigt dit dwa écrit par des gens connaissant ce mot comme digit donc devenu l’écriture doigt, idem pour vingt dit vin connu comme viginti par les latinistes purs méprisant le peuple…).
   Mais la pluss énorme difficulté de cette langue française découverte par une étrangère adulte reste le genre, totalement inexplicable et motif à prétendue faute ou moquerie écraseuse (j’ai entendu ainsi à la télé la jeune britannique Jane Birkin dire un jour autrefois sur un plateau télévisé « une robinet », en s’attirant pour cela des huées de rire méprisant, atroces – de la part de gens très possiblement nuls en langue anglaise, pas même tentée mais refusée). Le pire est les doubles équivalents : un grand jour/une grande journée ; le premier an/la première année. C’est presque insupportable, imposer ça sévèrement a été une épreuve démentielle de la part des instituteurs, broyant l’intelligence critique qui dit naturellement non à ces complexités totalement inutiles et dénuées de sens. La langue française est donc toute pourrie, même avec écriture de patrisya, et je préfère infiniment la « langue française de patrisya ». Il s’avère d’ailleurs ce jour qu’elle ne respecte pas les conventions masculin/féminin pour les choses (un siège, une chaise) mais emploie un neutre qui est la forme féminine partout (sans être accusable de machisme insupportable négligeant/cachant le genre féminin). Donc « une siège/une chaise, une an/une année, une jour/une journée, une frelon/une abeille ». Bien mieux que le Français académique.

Langue confuse pourrie, jusque tout en haut (03/11/2022)

   Aujourd’hui, un des grands titres aux informations est qu’un incident de séance à l’assemblée nationale a entrainée une interruption de séance. Un député LFI noir de peau parlait d’un bateau de transport de migrants qui avait accosté et devait être acceuilli, puis un député RN, suspecté de racisme comme c’est de tradition (judicieuse ou diffamante) a dit des sons comme « kil retourn en Afrik ! », ce qui a plusieurs sens totalement distincts possibles. « Qu’il (he, en anglais) retourne en Afrique » (ce député, hurlant au racisme intolérable) ou « Qu’ils (they, en anglais) retournent en Afrique » (les migrants, en désaccord avec la gauche) ou « Qu’il (it, en anglais) retourne en Afrique » (ce bateau, idem).
   Il est dit que les huissiers transcrivant par écrit les paroles prononcées ont marqués ils (donc they) alors que la chef de l’assemblée veut une exclusion hyper-sévère, considérant certaine son interprétation he.
   Je trouve que c’est une langue de merde pure, à oral sciemment non-clair, sans le corriger en prétextant que l’écrit clarifie, mais pourquoi ne pas être clair dès l’oral ? Quel besoin y a-t-il à professer un oral confus ??? C’est de l’idiotie profonde, au nom de l’autorité enseignante et académique, c’est une calamité.
   Je rappelle qu’en langue française de patricya, certes les verbes ne sont pas conjugués (sans différencier il dort et ils dorment) mais elle n’emploie pas les pas clairs mots ils et elles, employant eux à la place, ce qui me parait bien mieux (oralement il marche se différencient de eux marchent, même devenus sans conjugaison il marcher/eux marcher). Une fois de plus, c’est 100% pour la pauvre Patricia, un milliard de fois pluss pertinente et intelligente que ses bourreaux, fiers à tort, la traitant de débile mentale, alors que ce sont eux les débiles profonds, totalement inaptes à se justifier (la tradition n’est pas un argument, sinon l’esclavage n’aurait pas été aboli).

Doute sur l’origine (10/11/2022)

   J’avais ici rapporté ce que j’avais lu sur un forum Internet : le Français écrit (à innombrables lettres muettes) aurait été inventé par des religieux latinistes méprisant le Français parlé, et cette explication rendant scandaleuse cette langue écrite inutilement compliquée, cela me satisfaisait, mais à al réflexion, je ne suis pas du tout certain que ce soit véridique. Je m’explique :
- Dans l’extension ordinale vingt-vingtième/cent-centième, il parait incroyable que les anciens aient à l’oral dit vin-hième/cen-hième, avant d’accepter avec l’éducation scolaire obligatoire de passer à la prononciation vintième/centième contredisant leur habitude.
- De même la mise au féminin de l'article indéfini, qui semble presque « logique » avec bigramme, un-une (et de même pour adjectifs câlin-câline), était-elle avant la scolarisation pour tous à l’oral un/un-heu (et de même câlin/câlin-heu) ? ou sans forme féminine entendable ? Tout est possible, mais je doute, que quelqu’un affirme quelque chose n’en faisant pas automatiquement la vérité.
   Je n’ai pas idée des moyens d’accéder à cet oral des années 1000 ou 1700. Hélas. Le sujet parait donc rester douteux, l’explication latiniste diabolisatrice n’étant pas assurée.

Avouer un « semi-bien » de la complexité orthographique (23/11/2022)

   Fondamentalement, je suis d’accord avec Patricia que les complexités orthographiques requises par les enseignants sont inutiles, donc méchantes, entrainant sanction pour prétendue « fautes » alors que ça n’a aucune importance. Et je lui donne raison d’avoir inventé un système 50 fois plus simple sur les principes, un million de fois plus simple dans les détails. Toutefois, je dois avouer que, en un sens, je « profite » de l’aubaine que représente une de ces complexités inutiles : j’utilise personnellement en « désignation de personnes » l’emploi ou non de majuscule en début de discours.
   Je m’explique : dans les dialogues que j’écris (depuis l’an 1998 à l’hôpital, au moins – mais certes pas en 1980 quand j’étais lycéen inventant ces personnages pour la première fois), l’individu relativement dominant commence par une majuscule, l’individu relativement dominé par une minuscule, cela explique comme spontanément (façon cinéma vu), en clair, qui parle, sans besoin de le préciser par très lourds bouts de phrases ajoutés pour expliquer (et souvent avec « passé simple » jamais employé oralement, ce qui est antinaturel) .
Discours « comme dans les livres lus » Discours « dans mes livres » (notamment « Ma copine tortue »)
Le vieil instituteur s’exclama abruptement :L’instituteur avait l’air en colère contre Gérard :
– Assis ! Immédiatement !– Assis ! Immédiatement !
Gérard s’exécuta, un peu secoué :
– A vos ordres…
– à vos ordres…
L’enseignant vitupérait colérique :
– Quel est votre nom ?!
– Quel est votre nom ?!
Tout penaud, Gérard répondit :
– Necey, mais…
– euh, Necey, mais…
Son bourreau l’interrompit aussitôt :
– Stop ! C’est moi qui pose les questions !
– Stop ! C’est moi qui pose les questions !
Le jeune homme confus, s’excusa :
– Je suis désolé…
– je suis désolé…

   Bien sûr, dans cet exemple, la relation de domination est explicite, mais j’emploie cette même recette partout partout, y compris entre deux personnages timides se parlant très doucement, avec respect. Dans un dialogue amoureux entre Patricia (adorée comme faible timide) et Gérard (aimé comme plutôt protecteur), la majuscule va au personnage masculin, non féminin. Ce n’est pas un manifeste de patriarcat car quand une assistante sociale sévère (genre femme-dragon) parle au gentil garçon, c’est elle qui a les majuscules, puisque de caractère voulu dominateur, écraseur (à la façon de mon grand frère – principe de base de mon enfance toute entière).
   Bref, ayant été formé à la complexité Majuscule/minuscule, inutile pour l’essentiel, purement conventionnelle, je l’utilise pour autre chose, d’un petit peu utile, et je dis un semi-merci à moitié pour cela. Du moins : j’emploie ce petit artifice compte tenu de nos claviers d’ordinateur à 2 jeux de caractères (Majuscules/minuscules) et de notre connaissance très habituée aux deux, mais… dans l’absolu, je donne raison à Patricia ayant dit étant jeune « pas besoin ». Elle a raison, même si j’ai un peu profité de ce truc (inutile oui), en le détournant. A une époque où l’auteur décide de ses caractères, sans dictature des typographes correcteurs imposant « ce qui se fait nécessairement » (respectant l’habitude ou ordre académique prétendant au « Bien écrire »).
   Si devenait « en usage général » l’ortograf de patrisya, comme nouveau standard, je perdrais ce mode simple d’expression. Toutefois, je ne restaurerais pas du tout les bouts de phrases pourris à passés simples (et à catalogue de mots en réserve artificielle pour s’imposer de ne pas répéter … dit X … dit Y … dit X… dit Y… dit X). Par exemple, je mettrais une note en début d’ouvrage (si ça n’a pas été décidé « convention générale » pour tous ceux qui écrivent) : « le signe [^] en débit de prise de parole désigne le personnage dominant (ou relativement dominant) d’un couple de personnes se parlant. ». Ce serait moins aisé, moins fluide, que ma façon actuelle, mais je reconnais que, dans l’absolu, l’apprentissage de deux jeux de caractères est une complexité inutile.
Discours « comme dans les livres lus » Discours avec claviers de patrisya comme nouveau standard
Le vieil instituteur s’exclama abruptement :l îstitutêr avè l èr â kolèr kötr jérar :
– Assis ! Immédiatement !– [^] asi ! imédiatemâ !
Gérard s’exécuta, un peu secoué :
– A vos ordres…
– a vo ordr…
L’enseignant vitupérait colérique :
– Quel est votre nom ?!
– [^] kèl è votr nö ?!
Tout penaud, Gérard répondit :
– Necey, mais…
– nêsè, mè…
Son bourreau l’interrompit aussitôt :
– Stop ! C’est moi qui pose les questions !
– [^] stop ! s é mwa ki poz lé kèstyö !
Le jeune homme confus, s’excusa :
– Je suis désolé…
– je sui dézolé…