Trahison cachée du Traité de Non-Prolifération Nucléaire
Mensonges oublieurs dominants
par Hentimilitta Risque, 22/04/2020


   Il y a des années, lors d’une élection législative je crois, j’avais été surpris et intéressé par un propos inattendu du « Parti Humaniste » (dont je n’avais jamais entendu parler), disant que le problème politique numéro 1 en France n’était ni les riches ni les pauvres, mais le fait que la France ne respectait pas le chapitre Désarmement du Traité de Non-Prolifération Nucléaire. [Je me suis renseigné sur ce parti humaniste, et il se dit partisan farouche des Droits de l’Homme, alors que moi j’ai tellement critiqué ces droits de l’homme mal écrits que je pense les avoir invalidés – ce qui ne les intéresse pas, ils m’ont répondu que même imparfaits ces droits sont un bon début – je n’ai donc pas adhéré du tout.] Je n’ai plu’ jamais entendu parler depuis de cette faute française vis-à-vis du traité, mais c’est à jamais marqué dans ma mémoire. J’y reviens aujourd’hui car on conteste mon « interprétation ».
   On peut lire le TNPN (de 1968 pour 1970 et +) à l’adresse : https://www.un.org/fr/conf/npt/2015/pdf/text%20of%20the%20treaty_fr.pdf . Je cite le passage ultra-majeur selon moi : « Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) (…) Article VI. Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. »
   Précision (Larousse de poche, 1979) : « Désarmer = enlever à quelqu’un ses armes, son armure. » [En anglais, dictionnaire Google, « Disarm = take a weapon or weapons away from (a person, force, or country) ».]
   Discussion : selon moi, les pays ayant la bombe atomique dite légale en 1945 et refusant que d’autres l’aient (Iraq, Iran, Corée du Nord, à l’exception d’Israël n’ayant pas signé le traité) hurlent que ces petits états autrefois mineurs se sont engagés par leur signature passée à ne pas maintenant chercher à avoir la bombe atomique. Mais… les pays autrefois majeurs (USA, France, Royaume-Uni, etc.) n’ont en rien désarmé, alors que la signature les engageait tout autant en ce sens ! Faute lourde, incohérence, détournement de sens du traité, lu comme exigence de domination/soumission sous menace massacreuse de civils, quelle horreur ! Et les politiciens ici n’en disent rien, tous alliés (sauf le parti humaniste) à cette honte absolue, terroriste, cachée, avec totale complicité des journalistes, éditorialistes, prétendus « intellectuels ».
   Toutefois, un ami contradicteur vient de me répondre : « J’ai bien lu le traité mais il n’est pas rétroactif obligeant ceux qui ont déjà la bombe à s’en débarrasser. Il s’agit de non-prolifération, pas d’éradication. Je n’ai malheureusement plus les références mais un traité d’éradication a été prévu pour lesquels la France et les USA notamment avaient annoncé qu’ils ne le signeraient pas. Je n’ai pas de souvenir non plus qu’un candidat à la présidence de la République en position d’être élu ait promis la suppression de la bombe française. De mauvaises langues ont d’ailleurs qualifié la France de monarchie absolue nucléaire. »
   Ma contre-réponse : Désarmer un révolver, c’est lui enlever toutes ses balles, ce n’est pas lui enlever 1 des 6 balles et continuer à menacer avec les 5 restantes. Signer qu’on s’engage à désarmer « de bonne foi », c’est entamer la suppression des armes, avec plan d’éradication daté rapidement, en fonction des difficultés éventuelles d’élimination des matières radioactives. S’engager à un « traité de désarmement général et complet », ça ne veut en rien dire que les armes passées sont légitimes et qu’on évitera de créer de nouvelles armes en plus (ou même : qu’on ne remplacera pas les très vieilles armes périmées, en ne gardant que celles prêtes à l’emploi, massacreur). Dire que de bonne foi on va élaborer un traité de suppression complet, c’est incompatible avec le refus de signer le dit traité. Bref, France, USA, Royaume-Uni (et URSS/Russie, Chine) semblent des menteurs multirécidivistes (avec confirmation à chaque changement de gouvernant) ayant escroqué ce traité de non-prolifération, dès lors démenti à la source, nullement invocable contre les seuls ex-méprisés. C’est une honte totale, avec complicité quasi unanime des pseudo-intelligences pseudo-honnêtes ici. Au lieu d’aboutir à un monde de paix, sans horreur nucléaire nulle part (but explicite du traité), il s’agit finalement de pérenniser la menace d’extermination unilatérale vers le Sud, sans même équilibre de la terreur (qui avait lieu Nord-Est/Nord-Ouest entre URSS et Occidentaux). A mon avis, ça ne mérite pas les attentats exterminateurs d’électeurs, mais tous les politiciens ici, sans exception, me semblent des monstres méritant tribunal Nuremberg bis. « Tous pourris ! » et pire encore : il ne s’agit pas seulement de riches voleurs mais d’horribles terroristes menaceurs de mort, attirant sur des innocents-trompés les foudres en retour.

----- Ajout 30/04/2020 : Complément utile
   Mon ami contradicteur objecte de manière intéressante : « je maintiens que le traité n’est pas clair. On n’a pas, par exemple, "les états déjà nuclearisés s’engagent à détruire leur armement nucléaire dans un délai de 10 ans" et effectivement aucun candidat à la présidence de la république n a à ma connaissance promis qu’il abandonnerait l’arme nucléaire sauf peut-être Eva Joly ce qui explique son résultat catastrophique aux élections. ».
  Ma réponse : Effectivement, tu as raison que le TNP a conduit à un détournement affreux : pour le faire signer, les nucléarisés ont écrit qu’ils élaboreraient un second traité commandant la destruction de leur armement nucléaire, mais sans dire expressément qu’ils ne refuseraient pas eux de signer ce traité-là, c’est une entourloupe toute pourrie, et les signatures du traité initial me semblent avoir été là volées, par manœuvre déloyale, appelant à la confiance avant de trahir sciemment cette confiance. Merci beaucoup pour cet élément de réflexion majeur. Simplement, quand les trompeurs clament maintenant « le traité impose que », ils font semblant d’oublier l’escroquerie commise, qui les rend inaudibles, fait d’eux des salauds (donc nous, via diplomates affirmés représentatifs, à tort mais c’est ce qui est prétendu). /Par ailleurs, Eva Joly a failli obtenir ma voix (incroyablement au lieu de voter blanc comme d’habitude), quand elle voulait supprimer les défilés militaires pour le 14 juillet, j’étais d’accord. Mais j’étais en désaccord quand elle réclamait encore davantage de services publics et plus forts. Et, avec le précédent Mitterrand contre la peine de mort, et l’interdiction du référendum d’initiative populaire, il n’est en 5e république pas possible de faire entendre à un président (ou une présidente) le principe « Eh, on était d’accord avec telle partie de ton programme, pas telle autre ». Alors je n’ai pas voté Eva Joly. Mais à un sondage IFOP téléphonique, où ils refusaient d’enregistrer ma réponse « aucun » comme candidat dont je me sens proche, j’avais été forcé de dire « le plus proche » donc j’avais effectivement dit Eva Joly. Donc pas rejetée par tous les français pour son antimilitarisme, je suis la preuve du contraire. Certes ça ne fait pas beaucoup, car la propagande médiatique louant l’armée de la nation jour après jour tend à diriger les foules.