Différence de civilisations mais pas seulement
Extrémisme généralisé à tort
(09/07/2017 par René Ga)

  Un ancien professeur vient de m’adresser un diaporama de 35 vues qui semple lui plaire mais qu’il dit risquer de ne pas me plaire. Il est intitulé « contrastes de vie de femmes », montrant des femmes occidentales faisant la fête, montant des escaliers en string montrant leurs fesses, ou toutes nues en groupes naturistes (mixtes) vus de dos, quand en alternance les musulmanes sont montrées couvertes de la tête au pied, sauf un centimètre pour les yeux, ou en burkini à tête couverte. Le mot d’introduction était « occidentales versus musulmanes », et le mot de conclusion, seul mot explicatif, est « Peut-on croire réellement que ces deux civilisations pourront un jour se comprendre ? ».
  Je ne suis pas réaliste et je récuse l’énoncé de la question, mais le sujet me parait mal choisi, mal traité, puisqu’il semble puissament appeler la réponse « Non » qui fait la guerre actuelle, de l’Occident contre l’Islamisme ou Islam. Or je n’approuve pas cette guerre et je considère qu’il concerne deux camps coupables (dont l’un m’embrigade sans me demander mon avis, en cachant les opinions opposées comme la mienne).

1/ Erreur considérant que toutes les musulmanes sont des fanatiques murées
  Le port du voile intégral est une forme extrémiste de l’islam le plus rigoriste, c’est une sorte d’uniforme extrémiste. Le fait d’avoir un simple voile sur les cheveux, sans masquer le visage, est beaucoup plus généralisé, et correspond à l’habitude occidentale il y a quelques générations (ma grand-mère sortait souvent en ville avec un châle, et n’a jamais mis de pantalon, pour raison de « décence » disait-elle). C’est ce que demandait le prophète Mohamed : que les femmes fassent preuve de décence, j’ai lu le Coran et pas vu la description du voile intégral ne laissant entrapercevoir que les yeux.
  Ceci dit, je n’aime pas la tradition musulmane pour deux volets : ce sont les parents qui décident les mariages pas les futurs mariés, la polygamie fait que les hommes riches ont plein d’épouses et les hommes pauvres se partagent quelques prostituées.
2/ Erreur considérant que toutes les occidentales sont des salopes jouisseuses
  La proportion de naturistes parmi les Occidentaux est peut-être de 1% actuellement, et il était dix ou cent fois moindre il y a peu de temps (au temps du film « le gendarme de Saint-Tropez »), la nudité dite « attentat à la pudeur » étant condamnée à l’époque par la majorité silencieuse locale.
  Sans nudité complète à prétention naturelle, il est clair que beaucoup d’occidentales s’habillent en allumeuses pour exciter les hommes, pour s’amuser à les envoyer paître (tous ou tous sauf un, ou tous sauf un à la fois), et je considère qu’il s’agit là d’un acte de violence très moche. Même le maquillage me déplait, comme acte volontariste pour séduire (et rejeter les indésirables). De même les talons hauts (pour se croire femelle dominante ?) me font penser à des prostituées voulant avoir la croupe en position de travail, ça ne me parait pas anodin, en plus d’être laid en soi.
  En France, c'est peut-être 1968 qui a marqué la prise de pouvoir par les jeunes échangistes exhibitionnistes, ça n'a rien à voir avec une civilisation centenaire ou millénaire. C'est encore plus compliqué peut-être, car la mode du monokini des années 1980 n'a pas perduré, sans marche univoque dans une seule direction.
  Je préfère infiniment une femme pudique, réservée, sans décolleté ni mini-jupe, ni talons. C’était majoritaire en Occident il y a 60 ans, ça devient peut-être minoritaire maintenant, suite à la propagande phénoménale d’une télé lubrique et agressive, culpabilisant les différentes, insultées au quotidien.

  Bref, je ne suis pas d’accord pour appeler à la guerre en faisant croire que les deux mondes sont composés exclusivement d’extrémistes fanatiques. Il serait bien plus paisible, plus intelligent, que les modérés des deux mondes s’accordent comme compatibles, chacun essayant de gérer ses absolutistes contestables, aucunement représentatifs (même si ce sont les plus démonstratifs, agressifs).

----- Ajout 10/07/2017
  Après la récente mort de Simone Jacob Veil, qui a recueilli de vibrants hommages de toutes parts (en faisant taire les objections), je crois qu’on peut conclure différemment. Loin d’incarner l’idéal millénaire de la civilisation occidentale, il se trouve que le féminisme a ici pris la dominance médiatique et légale : les femmes jouissent de séduire tous azimuts, de baiser bestialement et tuer les futurs bébés (pilule anti nidification des ovules fécondés, avortement banalisé de confort – tuer pour convenances personnelles), en enfermant/internant les hommes romantiques fidèles, classés anormaux, « n’ayant rien compris aux jeux de l’amour ». On nous dit que « les femmes adorent séduire » mais ça me parait aussi faux/partiel que l’équivalent « les hommes adorent violer », et – alors que les machos violeurs gardent mauvaise réputation, sanction légale – les bouffeuses de mâles triomphent fièrement. Je ne suis pas d’accord, je serai d’avis de couper la zigounette aux violeurs et condamner les allumeuses. Ce n’est pas une civilisation entière qui s’incarne dans des excès un moment dominants, à mon avis, mais un petit mouvement ponctuel avant possible revirement pour ramener à une sagesse moins bestiale.
----- Objection intéressante 12/07/2017
  Mon ami Jimmy me fait remarquer que si une femme arrivait naufragère sur une ile déserte, avec ses vêtements dont certains ultra-sexy, elle pourrait choisir de porter ceux-ci, aimant les porter même s'il n'y a aucun mâle à séduire (le drame pour elle étant de n'avoir pas de miroir pour s'admirer). Effectivement, il semble que les femmes aiment se faire belles pour se plaire d'abord à elles-mêmes, sans que ce soit forcément pour séduire tous les hommes (ou certains hommes). Ainsi, se colorier les ongles n'est en rien séduisant aux yeux masculins, mais très pratiqué de manière dite féminine.
  Ainsi, les femmes "en liberté" auraient tendance à se maquiller sans que cela signifie de violence envers les hommes. Ça n'empêche pas mon jugement opposé : dans une situation de mélange hommes-femmes, il est moche selon moi que les femmes s'exhibent et joli selon moi qu'elles soient réservées. Même si je n'aime pas la tradition musulmane, polygame à mariages arrangés entre familles. Je n'aime pas qu'on me classe alors en "applaudisseur de femmes exhaibitionnistes condamneur de femmes effacées", c'est beaucoup plus nuancé, intermédiaire, critique des deux côtés et conciliant à la fois.
----- Exhibitionnisme et missionnaires habillant les “sauvages” 27/07/2017
     Au sujet des musulmanes voilées et occidentales demi-nues, je vois un contre-argument majeur : quand les missionnaires occidentaux sont arrivés en Afrique, Amazonie, Indonésie, etc. au contact de tribus vivant nues, ils ont été choqués et les ont habillées. C’est tout le contraire de l’idée que l’Occident adore et promeut la nudité. Il s’agit bien d’une mode extrêmement récente et pas du tout un principe de civilisation.
  Quant à l’argumentaire des missionnaires religieux en question, il me parait insensé. La Torah/la Bible/le Coran disent qu’au Paradis d’Eden initial, Adam et Eve vivaient nus sans aucun problème, et puis – après avoir goûté le fruit interdit (par Dieu) de la connaissance du Bien et du Mal, ils ont eu honte d’être nus. Si des populations se situent en amont de cette pseudo-culpabilité condamnée, pourquoi leur imposer le fruit prétendu interdit, et pourquoi brosser un portrait du Mal condamnant la nudité (bien moins évidente que le meurtre ou l’anthropophagie) ? Bref, il se confirme que je ne suis pas du tout un « coincé traditionaliste » révolté par tout ce qui ressemble de près ou de loin à de la nudité. Néanmoins, dans nos pays tempérés où l’habillement fait figure de standard, j’ai une grande sympathie pour les filles timidement prudes et une franche inimitié vis-à-vis des filles résolument exhibitionnistes – sans que je sois en rien Musulman, le diaporama agitait des idées fausses.
  Enfin, pour ne pas être taxé de « faul-cul », je dois reconnaître qu’une photo de femme nue ou un décolleté plongeant attirent les regards masculins dont le mien, presque à titre automatique réflexe, mais je classe les filles en question comme « salopes bestiales » et pas « adorables jeunes filles », c’est l’explication-clé, la cohérence, pas envisagée du tout par le diaporama.